La Sélection de Février 2024




Wajdi Riahi Trio : Essia


Wajdi Riahi Trio : Essia


[ Fresh Sound New talent ]



01. Opening (3:48)
02. Agree, Hypocrite or Leave (3:38)
03. Yala Qawmi (5:20)
04. Inel Blues (8:27)
05. Nawres (2:24)
06. Road to... (6:39)
07. Akahaw (1:04)
08. Hymn to Stambeli (7:44)
09. Hroub (2:06)
10. Choral Stambeli (3:21)
11. Essia (4:08)
Date de sortie : 1er décembre 2023

Personnel: Wajdi Riahi (piano), Basile Rahola (bass), Pierre Hurty (drums)

Enregistré les 19 & 20 juin 2023 au Studio La Buissone, Pernes-les-Fontaines, France

Photos de Valentine Jamis.



Chronique

« Le premier titre de l'album intitulé Opening nous transporte dans le parcours quotidien que Wajdi Riahi a pris dès l'âge de six ans pour rejoindre le conservatoire, niché au cœur de la vieille ville de Tunis : la Médina » nous apprend la présentation de l'album sur le site du label Fresh Sound. Son esprit, poursuit l'auteur de ces lignes, débordait d'ambition et d'un amour indéfectible pour la musique et le piano, toujours guidé par la présence bienveillante de sa mère, Essia. Essia, le titre éponyme qui clôture de belle manière un album qui, au fil des morceaux, s'affirme comme une invitation à partager l'amour de la musique, du pays, de la famille que Wajdi revendique sans ambages. Essia, c'est avant tout une œuvre où s'exprime la personnalité d'un musicien talentueux, pas seulement par sa virtuosité, mais surtout par sa capacité à tisser des paysages d'une richesse et d'une beauté qui ne peuvent susciter qu'émotion, enchantement et dépaysement.

Sur les onze titres de l'album, tous composés par le jeune pianiste à l'exception du titre Yala Quawmi que chante Wajdi Riahi avec beaucoup de profondeur et de délicatesse, la Tunisie, pays que le musicien a quitté pour s'installer à Bruxelles, n'est jamais loin. Elle est même formellement présente sur trois titres qui font référence au Stambeli, un rythme rituel qui fait en quelque sorte le pont en l'Afrique du Nord et l'Afrique subsaharienne. Le trio constitué du leader, de Pierre Hurty à la batterie et du contrebassiste Basile Rahola, se propulse alors dans une autre dimension : l'osmose est totale et on se plait à se laisser transporter par une musique où rythme et poésie se conjuguent parfaitement.

Wajdi Riahi nous gratifie de quelques perles déposées avec délicatesse dans notre oreille attentive pour y déceler toutes les subtilités : Nawres, qui renvoie au prénom de sa soeur, mélodie tout en douceur ; Hroub, où piano et Fender Rhodes se superposent subtilement ; et Essia, un hommage émouvant à sa maman.

A un peu plus de 28 ans, Wajdi Riahi, fait preuve d'une maturité étonnante s'appuyant sur un langage, tantôt empreint de lyrisme et de rêverie, tantôt s'ancrant dans une démarche où tradition, intériorité et audace se conjuguent parfaitement. Il nous produit une musique où tout est savamment construit avec de larges espaces où le trio s'aventure sans fioriture, laissant libre cours à son inspiration, construisant ainsi une œuvre qui nous fait tellement de bien et nous procure un moment, suspendu dans le temps, comme pour faire barrage à la violence et à la haine qui se déversent sur le monde.

Il y a près de vingt ans, grâce au label espagnol Fresh Sound New Talent, je découvrais un jeune talent : le pianiste américain Robert Glasper. On sait aujourd'hui ce qu'il est advenu de la carrière de ce musicien. Sans prédire, le même destin à Wajdi Riahi, il ne fait aucun doute que le jeune pianiste tunisien est promis à un bel avenir et Essia fait plus que le confirmer !

[ Chronique par Albert Drion ]


Wajdi Riahi Trio (Photo Valentine Jamis)


Sur Internet


Dans le studio (Photo Valentine Jamis)


Rencontre avec Wajdi Riahi

Nous nous sommes fixés rendez-vous Place Jourdan à Bruxelles. D'emblée, le jeune pianiste tunisien m'invite à prendre un café dans un petit bistrot où il semble avoir ses habitudes.

La conversation s'engage aisément et très vite, nous nous surprenons à échanger comme de vielles connaissances. Du moins, c'est ce que je ressens de mon côté. Wajdi répond avec spontanéité à mes questions. D'emblée, je lui signifie que je suis face à un des pianistes le plus en vue et le plus demandé de la scène jazz belge voire européenne. En effet, hormis Essia sorti le 1er décembre, Wajdi est présent sur pas moins de trois albums sortis successivement en novembre 2023, à savoir l'album, Petrichor du trompettiste grec Andreas Polyzogopoulos et le mois suivant, les albums New Lands du batteur italien Armando Luongo et Ruby du guitariste belgo-italien Lorenzo Di Maio, des albums aux inspiration variées où le lyrisme du pianiste s'exprime sans retenue. A la date à laquelle a lieu cet entretien, Wajdi vient de rentrer de Grèce où il a séjourné pour une série de concerts organisés dans le cadre de la sortie de l'album Petrichor. La Méditerranée est bien présente dans notre conversation ! France, Italie, Grèce, Tunisie...

Notre conversation dérive naturellement vers la Tunisie et la passion précoce du jeune musicien pour le piano. Il s'oriente d'abord vers la musique classique et orientale. Sa curiosité le mène à explorer l'univers du jazz. Au début, il travaille à l'oreille en s'inspirant de vidéos qu'il visionne sur You Tube. Et puis, il y a la rencontre en Tunisie avec Basile Rahola. Le bassiste français accompagne une chanteuse syrienne. Une amitié est née... Elle est loin de s'arrêter là. En 2018, Wajdi a l'opportunité de participer à un stage à Libramont. Ensuite, il y a les cours au conservatoire royal de Bruxelles. Nous abordons la question délicate de ses influences. Je l'interpelle sur ce qui s'écrit à propos d'une proximité de son jeu avec celui de Brad Mehldau. Comparaison flatteuse s'il en est ! Cependant, je lui avoue que je ne partage pas tout à fait cette affirmation. Pas tant que je remets en cause son talent. Mais je perçois chez lui un langage, une sonorité qui lui sont propres. Une telle comparaison n'est donc pas, à mon avis, pertinente. Il me fait comprendre que si cela revient souvent dans les articles qu'on lui consacre, c'est qu'il fait régulièrement référence au pianiste américain auquel il voue une grande admiration à tel point qu'il s'est plongé dans sa biographie. Certes, pour lui Brad Mehldau est une référence qu'il partage avec Éric Legnini, son professeur au Conservatoire.

Je reviens sur mon affirmation :
– Qu'est-ce qui t'inspire ? Comment as-tu pu développer, je veux dire précocement, un langage qui t'est spécifique ?
Après que secondes d'hésitation, il me répond :
– Je pense que j'ai été baigné à la fois dans la musique traditionnelle orientale et plus précisément tunisienne. En l'occurrence, je suis imprégné du Stambeli, un rythme qui est bien présent dans l'album. Mais j'ai également beaucoup étudié la musique classique. Et puis ce que j'aime dans le jazz, c'est la liberté et l'espace qu'il offre pour exprimer ses propres émotions. C'est la conjugaison de tous ces éléments qui nourrissent ma façon d'aborder la musique. A une époque, m'apprend-il, l'improvisation qui est l'apanage du jazz, existait également dans l'interprétation de la musique classique. Dans les œuvres les plus exécutées, il y avait des parties non écrites. L'interprète pouvait s'y exprimer en toute liberté. On parle de Cadenza.
– M'exprimer, partager mes émotions, au travers de la musique est fondamental pour moi, me dit-il.

La conversation se poursuit et sans transition, Wajdi s'exprime sur les musiciens qu'il fréquente régulièrement à Bruxelles ou ailleurs. Il ne peut évidemment pas passer sous silence Pierre Hurty et Basie Rahola qui sont les membres fidèles de son trio. Il s‘agit plus d'une amitié et d'une complicité musicale que d'une collaboration. Il a également une grande admiration pour les membres du groupe Aka Moon. Il a fait partie des musiciens invités sur la scène du Théâtre national pour fêter le trentième anniversaire du groupe. Mais bien avant cela, il a eu la chance de participer à des stages dirigés par Fabrizio Cassol. Il rencontre fréquemment Michel Hatzigeorgieou : le véritable détenteur du répertoire d'Aka Moon, me confie-t-il. Enfin, il travaille depuis trois ans sur le prochain projet de Stephane Galland. C'est ainsi qu'il est devenu proche de Sylvain Debaisieux qui lui a fait découvrir un percussionniste particulièrement talentueux venu tout droit du Bénin : Angelo Moustapha. L'occasion pour Wajdi d'évoquer le trio Macondo.

Il serait prétentieux et fastidieux de retranscrire le contenu de notre échange et tous les noms des musiciens qui ont été évoqués au cours de notre conversation. Le temps est passé bien trop vite. Il nous faut déjà nous séparer.
– Tiens, me dit-il, Laurent Blondiau m'a appelé ce matin. Il souhaite me rencontrer.
Une nouvelle collaboration en perspective ? Je disais bien : Wajdi, un des pianistes le plus demandés de la scène jazz belge actuelle !

Albert Drion




Signez mon livre d'or Commentaires et avis sur ce site : livre d'or
DragonJazz FB
Contact pour promotion : @dragonjazz.com

[ Index | CD base | Vision | Initiation | Europe | Belge | Blues | Sélection | Liens ]
[ Les faces du jazz : 1917 - 1950 ] [ Les Faces du Jazz : 1951-1975 ]

[ Jazz Belge : Nouveautés | Archives ]



[ Sélections : février 98 | avril 98 | juin 98 | sept. 98 | déc. 98 | avril 99 |
| juin 99 | oct. 99 | janvier 2000 | mars 2000 | mai 2000 | juillet 2000 | octobre 2000 |
| janvier 2001 | février 2001 | avril 2001 | juin 2001 | septembre 2001 | décembre 2001 |
| février 2002 | avril 2002 | mai 2002 | juin 2002 | août 2002 | novembre 2002 |
| février 2003 | avril 2003 | septembre 2003 | octobre 2003 | décembre 2003 |
| janvier 2004 | février 2004 | mars 2004 | avril 2004 | mai 2004 | juillet 2004 | novembre 2004 |
| janvier 2005 | février 2005 | avril 2005 | juin 2005 | août 2005 | novembre 2005 |
| janvier 2006 | mars 2006 | juin 2006 | août 2006 | octobre 2006 | décembre 2006 |
| janvier 2007 | mars 2007 | avril 2007 | juin 2007 | septembre 2007 | novembre 2007 |
| janvier 2008 | mars 2008 | mai 2008 | août 2008 | octobre 2008 | décembre 2008 |
| janvier 2009 | mars 2009 | avril 2009 | juin 2009 | août 2009 | novembre 2009 |
| janvier 2010 | mars 2010 | mai 2010 | août 2010 | septembre 2010 | novembre 2010 |
| janvier 2011 | mars 2011 | mai 2011 | juillet 2011 | septembre 2011 | décembre 2011 |
| janvier 2012 | mars 2012 | juin 2012 | août 2012 | septembre 2012 | décembre 2012 |
| janvier 2013 | mars 2013 | mai 2013 | août 2013 | octobre 2013 | décembre 2013 |
| janvier 2014 | février 2014 | mars 2014 | avril 2014 | juin 2014 | octobre 2014 |
| janvier 2015 | février 2015 | avril 2015 | mai 2015 | août 2015 | novembre 2015 |
| janvier 2016 | février 2016 | mars 2016 | avril 2016 | juin 2016 | septembre 2016 | octobre 2016 |
| janvier 2017 | février 2017 | avril 2017 | août 2017 | septembre 2017 | octobre 2017 | novembre 2017 | décembre 2017 |
| janvier 2018 | février 2018 | mars 2018 | août 2018 | septembre 2018 | novembre 2018 |
| janvier 2019 | février 2019 | avril 2019 | juin 2019 | octobre 2019 | décembre 2019 |
| janvier 2020 | février 2020 | mars 2020 | août 2020 | septembre 2020 | octobre 2020 | novembre 2020 | décembre 2020 |
| janvier 2021 | mars 2021 | avril 2021 | juin 2021 | septembre 2021 | octobre 2021 | novembre 2021 |
| février 2022 | mars 2022 | avril 2022 | juin 2022 | juillet 2022 | septembre 2022 | octobre 2022 | novembre 2022 |
| janvier 2023 | mars 2023 | avril 2023 | juin 2023 | août 2023 | octobre 2023 | novembre 2023 |
| mars 2024 | avril 2024 | juin 2024 ]





Ecouter les playlists de DragonJazz : Jazz Guitarists - ECM Northern Light - Cool Fusion
Jazz in Little Belgium Vol. 1 - Jazz in Little Belgium Vol. 2 - Jazz in Little Belgium Vol. 3
Jazz Guitar in Belgium
- 2021 Jazz Selection - 2022 Jazz Selection - 2023 Jazz Selection

Retour à la page d'index

(*) En tant que Partenaire Amazon, DragonJazz réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises

© DragonJazz 2023