La Sélection d'Octobre 2022




Trio Grande : Impertinence



Trio Grande : Impertinence


[ Igloo Records IGL336 ]



01. Pour les petits (2:24)
02. Jamais Deux Sans Trois (4:05)
03. Impertinence (7:22)
04. Escalles (5:04)
05. Mimi (4:52)
06. Heureux (3:39)
07. Menuet Transfiguré (4:26)
08. Murmures (3:31)
09. Charleston (3:13)
10. Mathilde (4:35)
11. Rue de la Brasserie (4:18)
12. Taiko Blues (5:55)
Date de sortie : 7 octobre 2022

Michel Massot (euphonium, sousaphone, trombone) ; Laurent Dehors (sax, clarinettes, cornemuse, guimbarde, harmonica) ; Michel Debrulle (batterie, percussions).

Enregistré en mai 2022 au Studio Jet à Bruxelles.

Artwork : Racasse Studio. Photos du livret et sur cette page : Lara Herbinia




Chronique

Trente années de complicité et six albums dans leur escarcelle, le plus petit big band du monde (comme il se définissent eux-mêmes) a de quoi se réjouir : ils ont traversé les décennies en gardant leur bonne humeur un rien facétieuse, un immense plaisir de jouer … et la même instrumentation hirsute qui décuple les possibilités sonores : saxophone, clarinettes, cornemuse, guimbarde, harmonica pour Laurent Dehors ; euphonium, sousaphone et trombone pour Michel Massot ; et percussions diverses pour Michel Debrulle.

Comme l'indique son titre, le tonique Pour Les Petits est parfaitement capable d'égayer une fête d'anniversaire débordant de dragées colorées et de ballons multicolores mais ce ne sont là que les prémices d'un long programme au cours duquel les rythmes vont danser, les mélodies rayonner et l'émotion s'épanouir en corolles ébouriffantes. Leur musique ressemble à celle d'une parade joyeuse, bariolée et un peu déglinguée (pensez à la Zinneke surréaliste de Bruxelles), à laquelle on emboîte le pas sans trop réfléchir. Et puis, Imaginez ces trois-là sur scène, bondissant et changeant constamment d'instrument pour créer une abondance de sonorités qui n'appartiennent à aucun style ni à aucune mode. Oui, il y a quelques moments déjantés perdus ici et là entre les boucles mélodiques et les improvisations car il faut bien laisser la porte ouverte aux envies libertaires mais l'essentiel est globalement structuré et joué d'ailleurs avec une précision diabolique.

Evidemment, avec une telle approche aussi ouverte, tout est possible et on ne s'étonnera guère de passer d'une danse futuriste glanée dans un bar de Tatooine (Charleston) à une fanfare avec des cornemuses (Taiko Blues), ou d'une musique déambulatoire (Heureux) à du baroque revisité pour ceux qui ont du mal à rester assis (Menuet Transfiguré).

Tout ça respire l'effronterie, d'où le titre de l'album, Impertinence, subtilement symbolisé par trois grands échassiers en vadrouille s'élançant sur un piétonnier alors que le feu « piéton » est au rouge (la musique sur le morceau éponyme semble par ailleurs évoquer les discussions animées de ces trois volatiles à la Disney qu'on imagine passablement éméchés). Mais c'est aussi enjoué, imprévisible et, surtout, très drôle. Vingt-huit ans après leur premier album éponyme, le Trio Grande revenu à son format de base n'a rien perdu de sa vitalité, de sa fantaisie et de son aptitude naturelle à tout emporter dans un grand élan de sonorités festives.

[ Chronique par Pierre Dulieu ]


Trio Grande - Photo ©Lara Herbinia


Sur Internet


Trio Grande - Photo ©Lara Herbinia



Signez mon livre d'or Commentaires et avis sur ce site : livre d'or
DragonJazz FB
Contact pour promotion : @dragonjazz.com

[ Index | CD base | Vision | Initiation | Europe | Belge | Blues | Sélection | Liens ]
[ Les faces du jazz : 1917 - 1950 ] [ Les Faces du Jazz : 1951-1975 ]

[ Jazz Belge : Nouveautés | Archives ]



[ Sélections : février 98 | avril 98 | juin 98 | sept. 98 | déc. 98 | avril 99 |
| juin 99 | oct. 99 | janvier 2000 | mars 2000 | mai 2000 | juillet 2000 | octobre 2000 |
| janvier 2001 | février 2001 | avril 2001 | juin 2001 | septembre 2001 | décembre 2001 |
| février 2002 | avril 2002 | mai 2002 | juin 2002 | août 2002 | novembre 2002 |
| février 2003 | avril 2003 | septembre 2003 | octobre 2003 | décembre 2003 |
| janvier 2004 | février 2004 | mars 2004 | avril 2004 | mai 2004 | juillet 2004 | novembre 2004 |
| janvier 2005 | février 2005 | avril 2005 | juin 2005 | août 2005 | novembre 2005 |
| janvier 2006 | mars 2006 | juin 2006 | août 2006 | octobre 2006 | décembre 2006 |
| janvier 2007 | mars 2007 | avril 2007 | juin 2007 | septembre 2007 | novembre 2007 |
| janvier 2008 | mars 2008 | mai 2008 | août 2008 | octobre 2008 | décembre 2008 |
| janvier 2009 | mars 2009 | avril 2009 | juin 2009 | août 2009 | novembre 2009 |
| janvier 2010 | mars 2010 | mai 2010 | août 2010 | septembre 2010 | novembre 2010 |
| janvier 2011 | mars 2011 | mai 2011 | juillet 2011 | septembre 2011 | décembre 2011 |
| janvier 2012 | mars 2012 | juin 2012 | août 2012 | septembre 2012 | décembre 2012 |
| janvier 2013 | mars 2013 | mai 2013 | août 2013 | octobre 2013 | décembre 2013 |
| janvier 2014 | février 2014 | mars 2014 | avril 2014 | juin 2014 | octobre 2014 |
| janvier 2015 | février 2015 | avril 2015 | mai 2015 | août 2015 | novembre 2015 |
| janvier 2016 | février 2016 | mars 2016 | avril 2016 | juin 2016 | septembre 2016 | octobre 2016 |
| janvier 2017 | février 2017 | avril 2017 | août 2017 | septembre 2017 | octobre 2017 | novembre 2017 | décembre 2017 |
| janvier 2018 | février 2018 | mars 2018 | août 2018 | septembre 2018 | novembre 2018 |
| janvier 2019 | février 2019 | avril 2019 | juin 2019 | octobre 2019 | décembre 2019 |
| janvier 2020 | février 2020 | mars 2020 | août 2020 | septembre 2020 | octobre 2020 | novembre 2020 | décembre 2020 |
| janvier 2021 | mars 2021 | avril 2021 | juin 2021 | septembre 2021 | octobre 2021 | novembre 2021 |
| février 2022 | mars 2022 | avril 2022 | juin 2022 | juillet 2022 | septembre 2022 | novembre 2022 ]





Ecouter les playlists de DragonJazz : Jazz Guitarists - ECM Northern Light - Cool Fusion
Jazz in Little Belgium Vol. 1 - Jazz in Little Belgium Vol. 2 - Jazz in Little Belgium Vol. 3


Retour à la page d'index

© DragonJazz 2022