La Sélection de Septembre 2018






Julien Tassin : Sweet Tension


[ Igloo Records IGL 291 ]



01. Working Class (3:59)
02. Escape (5:23)
03. Ghost Town (5:20)
04. Housewives (5:15)
05. Le Blues (5:51)
06. Last Call From The Factory (7:46)
07. Green Lady (3:58)
08. Dance (3:57)
09. George Harrison (3:26)
10. Sweet Tension (4:00)
Date de sortie : 07 Septembre 2018.

Julien Tassin Guitariste (guitare, compositions); Nicolas Thys (contrebasse); Dré Pallemaerts (batterie)

Enregistré à La Patrie à Gand (Belgique) en janvier 2018, sauf Sweet Tension enregistré au Studio Pyramide à Bruxelles (Belgique) en juin 2015.

Photos © Alexander Popelier



Chronique

Pour beaucoup d'entre nous le nom de Julien Tassin est encore inconnu. Certains ont a pu le voir sur scène avec Lorenzo di Maio au sein du Borderline Quartet ou avec Daniel Romeo dans le Crazy Moondog Band, ou même avec son propre trio, mais sur disque, rien avant ce premier essai qui donne enfin l'occasion d'aller plus loin dans son univers. Le morceau intitulé Le Blues dévoile une première piste : Julien Tassin aime la note bleue même s'il la joue à sa manière, avec décontraction, lâchant dans l'air moite des notes qui pleurent sur un groove aussi organique qu'ascétique digne d'un vieux bluesman texan. Ghost Town précise l'esthétique de cette musique mobile. Le guitariste remplit tout l'espace avec ses notes claires et frémissantes, pourvues en fréquences aigües et agrémentées d'un brin d'écho, dans l'esprit d'un Jeff Beck quand il lui arrive de jouer sur une Telecaster. Enregistré en mode intimiste, Sweet Tension renvoie plutôt à Bill Frisell, à ses phrases irrésolues habillées d'électronique et à ses mélodies en apesanteur dans une gravité pourtant pesante. Quant au mordant Last Call from the Factory, c'est un forage en zone fusionnelle mâtinée de psychédélisme à l'instar de ce que faisait jadis le regretté Larry Coryell. Enfin, sur le morceau intitulé George Harisson, Julien Tassin parvient à recréer l'essence quasi mystique et réputée insaisissable de celui qui, derrière les Beatles, ornementait avec délicatesse la musique de ses partenaires en lui donnant un supplément d'âme.

Tout ça ne fait que la moitié des dix morceaux de cet album, tous composés par le leader, mais sachez que le reste est à l'avenant, tantôt réservé, tantôt vif, toujours imprévisible. Julien Tassin embrasse différents genres mais les restitue à sa manière toute personnelle, composant ainsi un répertoire terriblement varié mais quand même homogène en ce que tous les titres sont marqués par le timbre particulier de son instrument et son phrasé original. Le guitariste est magnifiquement secondé par deux complices expérimentés, vétérans de croisements musicaux en tous genres : le contrebassiste Nicolas Thys et le batteur Dré Pallemaerts qui évoluent ici en toute simplicité en subordonnant leur art au service des compositions et de leurs ambiances.

"J'ai une guitare, je vais voyager" disaient autrefois les bluesmen. Avec cette musique dans les oreilles, ceux qui n'ont pas de guitare voyageront aussi !


Julien Tassin Trio (© Alexander Popelier)


Sur Internet


Julien Tassin Trio (© Alexander Popelier)Julien Tassin (© Alexander Popelier)Julien Tassin Trio (© Alexander Popelier)


Vous avez aimé cette page ? Faites le savoir sur mon livre d'or


Contact pour promotion et chronique : @dragonjazz.com

[ Index | CD base | Vision | Initiation | Europe | Belge | Blues | Sélection | Liens ]
[ Les faces du jazz : 1917 - 1950 ]

[ Jazz Belge : Nouveautés | Archives ]



[ Sélections : février 98 | avril 98 | juin 98 | sept. 98 | déc. 98 | avril 99 |
| juin 99 | oct. 99 | janvier 2000 | mars 2000 | mai 2000 | juillet 2000 | octobre 2000 |
| janvier 2001 | février 2001 | avril 2001 | juin 2001 | septembre 2001 | décembre 2001 |
| février 2002 | avril 2002 | mai 2002 | juin 2002 | août 2002 | novembre 2002 |
| février 2003 | avril 2003 | septembre 2003 | octobre 2003 | décembre 2003 |
| janvier 2004 | février 2004 | mars 2004 | avril 2004 | mai 2004 | juillet 2004 | novembre 2004 |
| janvier 2005 | février 2005 | avril 2005 | juin 2005 | août 2005 | novembre 2005 |
| janvier 2006 | mars 2006 | juin 2006 | août 2006 | octobre 2006 | décembre 2006 |
| janvier 2007 | mars 2007 | avril 2007 | juin 2007 | septembre 2007 | novembre 2007 |
| janvier 2008 | mars 2008 | mai 2008 | août 2008 | octobre 2008 | décembre 2008 |
| janvier 2009 | mars 2009 | avril 2009 | juin 2009 | août 2009 | novembre 2009 |
| janvier 2010 | mars 2010 | mai 2010 | août 2010 | septembre 2010 | novembre 2010 |
| janvier 2011 | mars 2011 | mai 2011 | juillet 2011 | septembre 2011 | décembre 2011 |
| janvier 2012 | mars 2012 | juin 2012 | août 2012 | septembre 2012 | décembre 2012 |
| janvier 2013 | mars 2013 | mai 2013 | août 2013 | octobre 2013 | décembre 2013 |
| janvier 2014 | février 2014 | mars 2014 | avril 2014 | juin 2014 | octobre 2014 |
| janvier 2015 | février 2015 | avril 2015 | mai 2015 | août 2015 | novembre 2015 |
| janvier 2016 | février 2016 | mars 2016 | avril 2016 | juin 2016 | septembre 2016 | octobre 2016 |
| janvier 2017 | février 2017 | avril 2017 | août 2017 | septembre 2017 | octobre 2017 | novembre 2017 | décembre 2017 |
| janvier 2018 | | février 2018 | mars 2018 | mai 2018 | août 2018 ]





Ecouter les playlists de DragonJazz : Jazz Guitarists - ECM Northern Light - Cool Fusion
Jazz in Little Belgium Vol. 1 - Jazz in Little Belgium Vol. 2


Retour à la page d'index

© DragonJazz 2018 - cdjazz@dragonjazz.com