La Sélection de Février 2005






Take The Duck : Duck's Food


(C.S.M.)

Daniel Nösig (trompette), Toine Thys (sax alto & ténor), Sal Larocca (contrebasse : 1, 2, 6, 7, 8)
Manolo Cabras (contrebasse : 3, 4, 5), Thorsten Grau (drums)

Avec : Maarten van der Grinten (guitares : 1, 7, 8) & Martin Reiter (Fender Rhodes : 3)

1, 2, 6, 7 & 8 enregistrés à Bruxelles en janvier 2004
3, 4, 5 : enregistrés à Kangenfurt, Autriche, en octobre 2003




  1. Years (Thys) - 04:53
  2. Duck's Food (Thys) - 05:44
  3. The Lamp (Nösig) - 04:46
  4. Part II: Dark (Thys) - 04:46
  5. Playground Gossip (Nösig) - 06:32
  6. Miss Koko (Nösig) - 06:60
  7. The Dude (Thys) - 09:37
  8. I though I Know (Nösig) - 05:50



Composé d’un saxophone, d’une trompette, d’une contrebasse et d’une batterie, Take The Duck est un quartet sans instrument dit harmonique. C’est Gerry Mulligan (avec Chet Baker) qui inventa le concept au début des 50’s et qui ouvrit la voie à de nombreuses autres formations du même genre mais c’est le quartet d’Ornette Coleman avec Don Cherry qui restera dans l’histoire pour avoir libéré le jazz de toute référence harmonique. Les solistes improvisent alors hors du cadre des accords en se concentrant sur des lignes mélodiques qui s’enroulent les unes sur les autres uniquement portées par le beat de la section rythmique. Dans ce contexte, on écoutera avec intérêt le titre Duck’s Food qui est une belle pièce de jazz moderne représentative d’une musique abstraite qui naît de l’ajustement et de la vivacité des échanges improvisés. Le leader Toine Thys, ici au ténor, joue comme un libre penseur rappelant quelque peu son mentor John Ruocco et, à travers lui, quelqu’un d’aussi captivant que Joe Lovano. Les notes s’enroulent avec celles de la trompette jouée par l’autrichien Daniel Nösig qui se distingue par un timbre chaleureux et s’emballe parfois sur des contre-chants ultrarapides ajustés au millimètre. Toutes les possibilités de créer des lignes mélodiques subtiles et complexes sont explorées par les solistes. On en jouit d’autant mieux qu’au milieu du morceau, ils ont eu l’intelligence de placer un petit interlude rythmique d’une sobriété exemplaire avant le retour au thème. Les improvisations simultanées sont sidérantes et l’ensemble est un régal pour les oreilles. On se croirait parfois écouter une pièce interprétée par Dave Douglas et Chris Potter, ce qui, on en conviendra, n’est pas la moindre des références. Le morceau suivant, The Lamp, est complètement différent. Après quelques notes de contrebasse égrenées par Manolo Cabras, le sax et la trompette, munie d’une sourdine à la Miles Davis, composent cette fois un climat apaisant sur fond de Fender Rhodes discret joué par Martin Reiter en invité. On se blottit dans cette ambiance feutrée en priant pour qu’elle dure le plus longtemps possible mais à la troisième minute, le rythme change et la composition évolue en quelque chose de plus chaud, latin, expressif. La plage se termine par un long solo de saxophone habité. C’est tout simplement parfait. Ecoutez encore The Dude gentiment chaloupé comme du Hard Bop joué au ralenti avec la contrebasse tout en souplesse de Sal Larocca, la guitare subtilement funky et les contrepoints des deux solistes et vous serez définitivement convaincu d’être en présence d’un évènement musical. Trois titres, trois voyages et le compact en offre huit, tous différents et tous réussis. Voici un groupe européen qui a beaucoup de choses à dire et dont l'héritage commun est le goût de l'équilibre, le plaisir de l'innovation et la hantise de tout cliché.


A écouter en priorité :
  • Duck’s Food : la liberté sans le chaos. Un bel exemple de ce qu'on peut faire quand on a décidé de se priver de piano et de tout autre instrument susceptible d'être joué en accords.

  • The Dude : un des titres parmi les plus accessibles d'un disque par ailleurs exigeant qui ne livrera toutes ses richesses qu'après de nombreuses écoutes.


Discographie de Take The Duck

  • 2002 - Resolution (Ducktone Productions)
  • 2004 - Duck's Food (C.M.C., Autriche)
Sur Internet :



Signez mon livre d'or Ce disque vous a plu ? Vous avez aimé cette page ?
Faites le savoir sur mon livre d'or.

[ Index | CD base | Vision | Initiation | Europe | Belge | Blues | Sélection | Liens ]
[ Les faces du jazz : 1917 - 1950 ]

[ Jazz Belge : Nouveautés | Archives ]



[ Sélections : février 98 | avril 98 | juin 98 | sept. 98 | déc. 98 | avril 99 |
| juin 99 | oct. 99 | janvier 2000 | mars 2000 | mai 2000 | juillet 2000 | octobre 2000 |
| janvier 2001 | février 2001 | avril 2001 | juin 2001 | septembre 2001 | décembre 2001 |
| février 2002 | avril 2002 | mai 2002 | juin 2002 | août 2002 | novembre 2002 |
| février 2003 | avril 2003 | septembre 2003 | octobre 2003 | décembre 2003 |
| janvier 2004 | février 2004 | mars 2004 | avril 2004 | mai 2004 | juillet 2004 | novembre 2004 |
| janvier 2005 | avril 2005 | juin 2005 | août 2005 ]

Retour à la page d'index

Retour vers page d'index

DragonJazz 1998 / 2005 - cdjazz@dragonjazz.com