La Sélection de Mai 2004




Ivan Paduart Trio : Blue Landscapes


Ivan Paduart Trio : Blue Landscapes


(VIDEOARTS MUSIC / SARAH VACD 1006)

Ivan Paduart (piano)
Philippe Aerts (contrebasse), Dré Pallemaerts (drums)

Enregistré les 28 et 29 octobre 2003 à Genk (Belgique)




  1. Igor (Ivan Paduart) - 04:32
  2. Blue Landscapes (Ivan Paduart) - 04:06
  3. Madeira (Ivan Paduart) - 04:03
  4. Broken Hearts (Ivan Paduart) - 07:13
  5. Perpetual Movements (Ivan Paduart) - 04:53
  6. Sweet Georgia Fame (Blossom Dearie) - 06:18
  7. I Had A Ball (Ivan Paduart) - 03:07
  8. Falling Grace (Steve Swallow) - 04:12
  9. My Song (Keith Jarrett) - 07:54
  10. Why Not (Ivan Paduart) - 06:17
Total Time 52:40




Blue Landscapes / intérieur Sauf erreur, ce cédé est le treizième du pianiste belge Ivan Paduart et, si l’on excepte les productions en concert, le deuxième seulement enregistré en trio. Mais contrairement à Clair Obscur dédié entièrement à la musique de Fred Hersch, Paduart signe pour la première fois avec Blue Landscapes un disque studio en trio consacré à ses propres compositions. Bien sûr, il y a aussi quelques reprises : Sweet Georgia Fame de Blossom Dearie qui n’a pas souvent été joué sinon par Tete Montoliu et que Phil Abraham avait aussi interprété récemment sur son album Surprises ; Falling Grace de Steve Swallow qu’on pourra comparer avec la version de Bill Evans sur Intuition (1974) ; et le thème habité de My Song qui fit le succès du quartet de Keith Jarrett avec Jan Garbarek en 1977. Le reste est dû à la plume de Paduart et on est surpris tout de suite par la force intrinsèque de ces nouvelles mélodies et de la vie qui palpite en elles. Il semble qu’elles aient été inspirées au pianiste par un épisode personnel suffisamment difficile à vivre pour affecter son art. Toujours est-il que chacun de ces titres dégage une puissante nostalgie et dévoile une profondeur qui va au-delà de la forme et de la beauté envoûtante de ses précédentes productions. Tout est ici joué à une échelle intimiste et on a l’impression que chaque thème est interprété comme si Paduart voulait raconter dans le moindre détail une histoire, la sienne probablement. Igor par exemple, dédié à son fils, est un véritable enchantement : légèreté, mélancolie, fluidité du toucher et touches caressées, et une épaisseur en plus qui en fait quelque chose de spécial et d’inédit. Il est ici magnifiquement accompagné par le contrebassiste Philippe Aerts et le batteur Dré Pallemaerts qui, au lieu de se mettre en retrait de la musique, participent au jeu avec souplesse et un profond respect des émotions du leader. Ce nouvel album embué de tendresse s’écoute sans fin à l’ombre ou dans la lumière tamisée avec le cœur et l’âme en éveil. Et l’on se dit qu’Ivan Paduart, en donnant à imaginer des mondes oniriques d’une telle puissance évocatrice, est bien l’un des rares véritables poètes de la touche d’ivoire. Sublime !


A écouter en priorité :
  • Igor : la mélodie s'installe, tendre, légère, luminescente. L'auditeur est emporté par de subtiles variations dans un voyage intérieur. Il échappe au caractère ordinaire de l'existence pour glisser dans un rêve dont il émerge quelques quatre minutes plus tard totalement séduit. Cette musique ne s'analyse pas, elle se ressent.

  • Blue Lanscapes : Paduart a un talent indéniable pour écrire des thèmes qui, dès la première écoute, sonnent comme des standards. Discrètement bluesy, Blue Landscapes affiche une architecture tellement bien agencée qu'elle doit donner envie aux solistes de s'envoler dessus. D'ailleurs, Robert Jeanne, attiré par le classicisme et la West Coast, ne s'y est pas trompé : il l'a interprété et en a même fait l'intitulé de son dernier album (Ce qui fait qu'on se retrouve en Belgique avec deux très bons disques de jazz sortis à quelques mois d'intervalle et qui portent le même titre). Très belle interprétation tout en finesse et retenue par un pianiste qui sait décidément conjuguer swing, émotion et beauté.


MINI INTERVIEW

Pourquoi Blue Landsapes est-il produit sur un label japonais ? Est-il distribué au Japon et dans d'autres pays ?
Ivan Paduart : Ce disque m'a été commandé par des Japonais en juillet dernier; tout s’est fait très vite; ils m'ont demandé si j'avais un projet en trio dans mes tiroirs; j'ai dit oui, et ils m'ont proposé un deal! À priori, le disque n'était distribué qu'en Asie mais A.M.G. s'occupe également de le couvrir au BENELUX.

Tes compositions sur ce disque sont-elles globalement inspirées par des émotions et/ou par des évènements personnels ou sont-elles plutôt le produit de recherches purement musicales ?
Je traversais une période sentimentale particulièrement dure et je pense qu'il en ressort une certaine profondeur.

Qu'est-ce qui t'a conduit à reprendre le fameux thème de Keith Jarrett : My Song ?
C'est une idée des producteurs japonais; au départ, je n'étais pas trop chaud pour ce thème car Keith Jarrett l'a si bien joué qu'il était difficile de faire mieux mais comme ils produisaient le disque, je me devais un minimum de concessions.

Quel regard portes-tu aujourd'hui sur l'ensemble de ta discographie ?
Le fait d'enregistrer un disque par an depuis 1990 m'a beaucoup appris; d'année en année, j'ose espérer me rapprocher de la quintessence, négligeant peu à peu les effets faciles, laissant vivre la musique de façon plus naturelle en réduisant l'aspect "prémédité".

Still Belgian Suites Quel disque conseillerais-tu en premier à une personne qui ne te connaît pas encore ? Et pourquoi ?
C'est difficile à dire; je dirais peut-être que mes disques les plus aboutis sont, chronologiquement, "BELGIAN SUITES", "STILL" et "BLUE LANDSCAPES". D'abord, parce qu'ils sont les plus homogènes; chaque morceau est indissociable des autres, contrairement à d'autres de mes disques, plus disparates...

Après 13 disques, comment vois-tu l'évolution de ta musique ?
L'année passée, j'ai enregistré un disque en solo dont je suis fier (30 minutes de compositions et 30 minutes d'improvisations libres). Par ailleurs, j'ai enregistré avec Richard Galliano et l'ensemble de musique nouvelle pour IGLOO ; ce disque sort en septembre.

Qu'écoutes-tu le plus en ce moment ? Quels sont tes disques de chevet ?
J'écoute beaucoup Ravel, Fauré, Arvö Part, Brad Meldhau, Michael Brecker et Bill Evans; je n'ai pas UN disque de chevet, je trouve ça réducteur !

Quels sont tes futurs projets discographiques (en leader et avec d'autres musiciens) ?
En août, j'enregistre en duo avec Quentin Dujardin avec qui nous explorons d'excitants univers. J'aime toujours le trio et prépare un disque pour 2005 ; probablement sur le même label japonais.

[Co PDL - 8 mai 2004]


Discographie d'Ivan Paduart

Sur Internet :




[ Voir toutes les pochettes des sélections en thumbnails ]

[ Index | CD base | Vision | Initiation | Europe | Belge | Blues | Sélection | Liens ]
[ Les faces du jazz : 1917 - 1950 ]
[ Jazz Belge : Nouveautés ]

[ Sélections : février 98 | avril 98 | juin 98 | sept. 98 | déc. 98 | avril 99 |
| juin 99 | oct. 99 | janvier 2000 | mars 2000 | mai 2000 | juillet 2000 | octobre 2000 |
| janvier 2001 | février 2001 | avril 2001 | juin 2001 | septembre 2001 | décembre 2001 |
| février 2002 | avril 2002 | mai 2002 | juin 2002 | août 2002 | novembre 2002 |
| février 2003 | avril 2003 | septembre 2003 | octobre 2003 | décembre 2003 |
| janvier 2004 | février 2004 | mars 2004 | juillet 2004 | novembre 2004 ]

Retour à la page d'index

Retour vers page d'index

DragonJazz - cdjazz@dragonjazz.com