15 Compacts Essentiels de Blues



"Seen from any point of view, the blues is both a state of mind and
a music which gives voice to it. Blues is the wail of the forsaken, the cry of
independence, the passion of the lusty, the anger of the frustrated and the laughter
of the fatalist. It's the agony of indecision, the despair of the jobless, the anguish
of the bereaved and the dry wit of the cynic. As such the blues is the personal emotion of
the individual finding through music a vehicle for self expression."

Paul Oliver in The Story of the Blues, 1969

Bessie Smith : The Collection (Columbia), 1923 - 1933

Ce compact présente 16 titres sur les quelques 160 enregistrés par celle que l'on a surnommée l'Impératrice du Blues. Cette sélection comprend plusieurs chansons accompagnées par Louis Armstrong (dont le célèbre St. Louis Blues dans une de ses plus belles versions), le puissant et profond Downhearted Blues jamais égalé et le fameux Muddy Water à propos des crues récurrentes dans le Delta du Mississippi.

Muddy water 'round my feet
Muddy water in the street
Just God don't shelter
Down on the delta

Eau boueuse autour de mes pieds
Eau boueuse dans la cité
Mon Dieu, ne bâtissez pas
en bas dans le delta
Muddy Water - A Mississippi Moan (DeRose, Richman, Trent), 2 mars 1927 (Columbia)

[ Ecouter / Commander ]
[ A écouter : Down Hearted Blues (1923) - Muddy Water (A Mississippi Moan) (1927) ]

Lonnie Johnson : Steppin' On The Blues (CBS), 1925 - 1932

Un travail de nettoyage impressionnant a réussi à remettre à neuf les blues de ce natif de la Nouvelle Orléans dont le jeu de guitare subtil et inspiré, parfois à la limite du jazz, a fait école.

I told you, next time you go out,
please carry your black dress along
I told you, next time you go out,
please carry your black dress along
'Cause a coffin will be your present
and hell will be your brand new home

La prochaine fois que tu sortiras,
prends ta robe noire avec toi
La prochaine fois que tu sortiras,
prends ta robe noire avec toi
Car un cercueil sera ton présent
et l'enfer ta nouvelle maison

She's Making Whoopee In Hell Tonight (Lonnie Johnson), 7 janvier 1930 (OKeh 8558)

[ Ecouter / Commander ]
[ A écouter : She's Making Whoopee In Hell Tonight - Guitar Blues ]

Tampa Red : The Story Of The Guitar Wizard, 1928 - 1940 (Blues Collection - EPM)

Dans la lignée du précédent, Tampa Red chante d'une voix amère et voilée qu'il accompagne à la guitare en utilisant le bottleneck d'une manière aérée et rigoureuse. Il est en plus le compositeur de nombreux standards qui continuent d'être repris par la plupart des bluesmen modernes : It's Tight Like That, Black Hearted Blues, It Hurts Me Too ....

Mean ol' fireman, good old engineer
Mean old fireman, woo-ooo, good old engineer
They took my baby 'way and left me standin' here

Mon vieux cheminot, cher vieil ingénieur
Mon vieux cheminot, woo-ooo, cher vieil ingénieur
Ils ont emporté ma chérie et m'ont laissé en pleur

Stormy Sea Blues (Tampa Red), 3 avril 1936 (Bluebird)

[ Ecouter / Commander ]
[ A écouter : Black Hearted Blues - It Hurts Me Too ]

Big Bill Broonzy : The Young Big Bill Broonzy 1928-1935 (Yazoo)

Sans doute plus connu pour sa période Folk dans les années 50 (si vous préférez celle-là, écoutez plutôt l'album Trouble in Mind édité par Smithsonian Folkways), Big Bill Broonzy eut aussi une première carrière différente dans les années 30 mettant davantage en évidence ses qualités de guitariste et notamment son jeu en fingerpicking. Sa virtosité sur Skoodle Do Do ou How Do You Want It Done?, le premier guitar boogie de l'histoire du Blues, est époustouflante.

Mississippi river is so long, deep and wide
I can see my good girl Standin' on that other side
I cried an I called, I could not make my baby hear
Lord, I'm 'on get me a boat, woman, paddle on away from here

Le Mississippi est si long, profond et large
Je peux voir ma petite amie debout sur l'autre rive
Je crie et appelle mais elle n'entend rien de ce que je dis
Seigneur, je vais me chercher un bateau et ramer loin d'ici

Mississippi River Blues (Bill Broonzy), 23 mars 1934 (Bluebird)

[ Ecouter / Commander ]
[ A écouter : Long Tall Mama - Mississippi River Blues ]

Robert Johnson : The Complete Recordings 1936 - 1937 (CBS)

Tous les genres ont leur génie. Robert Johnson fut celui du blues qu'il révolutionna par son chant, son style de guitare, sa poésie et ses compositions propices à d'infinies variations. Ce double CD reprend l'intégralité des enregistrements de cet homme qui devint en deux séances le Roi du Delta et qui prétendait avoir vendu son âme au diable en échange de son talent.

I got to keep moving
Blues falling down like hail
And the day keeps on worryin' me
There's a hellhound on my trail

Il faut que je bouge
Le blues tombe comme la grêle,
Et les jours me tourmentent inlassablement
Il y a un chien de l'enfer sur mes talons

Hellhound On My Trail (Robert Johnson), 20 juin 1937 (Vocalion 3623)

[ Ecouter / Commander ]
[ A écouter : Hellhound On My Trail - Me And The Devil Blues ]

Elmore James : The Very Best Of Elmore James (Rhino / Wea), 1951 - 1963

On n'en croit pas ses oreilles! Elmore James réinvente le même morceau à chaque fois et ne lasse jamais : d'ailleurs, Dust My Broom ou The Sky Is Crying seront repris par des centaines d'autres artistes. Qu'importe après tout, puisque son jeu de bottleneck légendaire mettra le feu à Chicago.

The sky is cryin
Can't you see the tears roll down the street ?
Ive been looking for my baby
And I wonder where can she be

Le ciel pleure
Ne voyez-vous pas les larmes rouler dans la rue ?
Je cherche ma chérie
Et je me demande bien où elle est partie

The Sky Is Crying (Elmore James), Novembre 1959 (Fire LP 102)

[ Ecouter / Commander ]
[ A écouter : Dust My Broom (1951) - The Sky Is Crying (1959) ]

Blind Gary Davis : Harlem Street Singer (Prestige Bluesville - OBCCD), 1960

Le Révérend accompagne en acoustique des blues qu'il chante d'une voix tonitruante de preacher. Son jeu en picking sidère par sa virtuosité et impressionne aujourd'hui encore le petit monde de la guitare acoustique.

Death don't have no mercy in this land
Death don't have no mercy in this land
He'll come to your house and he won't stay long
You'll look in the bed and somebody will be gone
Death don't have no mercy in this land

La Mort n'a aucune pitié dans ce pays
La Mort n'a aucune pitié dans ce pays
Elle rentre chez vous et ne s'attarde pas
Un coup d'oeil sur le lit et quelqu'un est parti
La Mort n'a aucune pitié dans ce pays

Death Don't Have No Mercy (Blind Gary Davis)

[ Ecouter / Commander ]
[ A écouter : Death Don't Have No Mercy ]

Muddy Waters : The Real Folk Blues (Chess), 1965

Muddy Waters emmena le blues du Delta à Chicago, l'électrifia et inventa ainsi le blues moderne. Ses enregistrements pour la marque Chess lui assurèrent la gloire : ce sont les meilleurs! Mannish Boy, Rollin' And Tumblin', 40 Days And 40 Nights, Screamin' And Crying ....

You know the gypsy woman told me
That you your mother's bad-luck child
Well, you're having a good time now
but that'll be trouble after while

Tu sais, la magicienne m'a dit :
Tu es un enfant malchanceux
Tu as du bon temps aujourd'hui
Mais plus tard viendront les ennuis

Gypsy Woman (Muddy Waters)

[ Ecouter / Commander ]
[ A écouter : Gypsy Woman ]

B.B. King : Lucille (BGO), 1967
B.B. King : Live At The Regal (MCA - réédition Ultradisc UDCD), 1964


Lucille est le nom donné par B.B. King à sa guitare rouge qui l'accompagne partout. Ce fils de fermier s'impose par sa voix torride et place entre les phrases des lignes de guitare au profond vibrato qui comblent d'aise son public envoûté : "Live At The Regal" reste le meilleur album de blues jamais enregistré en public.

The sound that you're listening to
is from my guitar that's named "Lucille"
I'm very crazy about Lucille
Lucille took me from the planatation
Oh and you might say brought me fame

Le son que vous écoutez
provient de ma guitare nommée "Lucille"
Je suis fou de Lucille
Elle m'a enlevé de la plantation
Et on peut dire qu'elle m'a rendu célèbre

Lucille (B.B. King)

[ Ecouter / Commander ]
[ A écouter : Lucille ]

Lightning Hopkins : Lightnin'! (Arhoolie) 1967 & 1969

Une voix chaude qui se moque des mesures et une guitare qui la suit dans ses moindres inflexions. Ce bluesman texan impose un style traînant inimitable qui, par sa puissance évocatrice, vous téléporte instantanément au beau milieu des champs de coton.

Cold ground was my bed last night, rocks was my pillow too
Cold ground was my bed last night, rocks was my pillow too
I woke up this morning, I'm wondering :
"What in the world am I gonna do ?"
I lay down thinking : "Buy me a mojo hand"

La terre froide fut mon lit hier soir et le rocher mon oreiller
La terre froide fut mon lit hier soir et le rocher mon oreiller
Je me suis réveillé ce matin et je me suis demandé :
"Qu'est-ce que je vais pouvoir faire dans ce monde ?"
Je me suis mis à penser : "je vais m'acheter une main mojo"

Mojo Hand (Lightning Hopkins)

[ Ecouter / Commander ]
[ A écouter : Mojo Hand - My Starter Won´t Start This Morning ]

Albert King : Live Wire / Blues Power (Stax), 1968

Dans l'ombre de B.B. King, ce roi-ci mélangea la soul à son blues et ne connut jamais la gloire. A entendre cet album enregistré en public, on se demande bien pourquoi.

Everybody understands the blues
Are you listening ?
I say : everybody understands the blues
Everybody from one day to another has the blues

Tout le monde comprend le blues
Est-ce que vous écoutez ?
Je dis : tout le monde comprend le blues
Un jour ou l'autre, tout le monde attrape le blues

Blues Power (Albert King)

[ Ecouter / Commander ]
[ A écouter : Blues Power - Blues At Sunrise ]

John Lee Hooker : The Healer (Silvertone), 1989

Après une longue carrière, le patriarche (il est né en 1917) revient en force avec les mêmes accords rudimentaires, les mêmes boogies primitifs, sa guitare saturée, sa voix inimitable et, accompagné par Carlos Santana, Bonnie Raitt ou Robert Cray, met tout le monde dans sa poche. Une fois de plus.

My woman left me, The blues healed me
My woman left me, left me early one morning
The blues healed me, it healed me, healed me

Ma femme est partie, le blues m'a guéri
Tôt un matin, ma femme est partie
le blues m'a guéri, il m'a guéri, m'a guéri

The Healer (Hooker, Rogers, Santana, Thompson)

[ Ecouter / Commander ]
[ A écouter : The Healer ]

Billy Boy Arnold : Back Where I Belong (Alligator), 1993

Sans doute le plus méconnu des artistes repris ici, mais il fallait un représentant de cet autre instrument fondamental du blues : l'harmonica. On aurait évidemment pu faire appel à John Lee Williamson mais B. B. Arnold, qui reçut ses premières leçons de l'original Sonny Boy, est un souffleur de première et son album sonne à la fois moderne, authentique et agréable. Alors, Shake The Boogie!

Early in the morning about the break of day
That's when my baby went away
Crying and pleading won't do no good
Come back baby I wish you would

Tôt le matin à l'aube du jour
Ma chérie est partie pour toujours
Pleurer et supplier n'aideront pas
J'espère ma chérie que tu reviendras

I Wish You Would (B.B. Arnold)

[ Ecouter / Commander ]
[ A écouter : Fool For You - I Wish You Would (version Vee-Jay, 1955) ]

Keb' Mo' : Keb' Mo' (Epic - Okeh), 1994

Alors que plus personne n'y croyait, Kevin Moore revient avec un disque de blues acoustique, comme au bon vieux temps, avec tous les ancêtres qui le regardent dans le miroir et l'ombre de Robert Johnson qui plane au-dessus de sa tête.

I Can't breathe, can't see
The city is no place for me
I can't seem to find my way
just existing from day to day

Je ne peux pas respirer, je ne peux pas voir
La ville n'est pas un endroit pour moi
Je ne peux pas trouver mon chemin
juste en existant au quotidien

City Boy (Kevin Moore)

[ Ecouter / Commander ]
[ A écouter : City Boy - Kindhearted Woman Blues - Dirty Low Down And Bad ]

Clarence Gatemouth Brown : Long Way Home (Gitanes Jazz), 1995

Ce vieux bonhomme, inspiré par T-Bone Walker, joue le swing texan comme personne, touche au jazz, à la country, voire au folk, s'adjoint les services d'Eric Clapton, Ry Cooder ou Sonny Landreth et enregistre à 71 ans le disque blues de l'année.

I was born in a dump
My mama died and my daddy got drunk
He left me to die or grow
In the middle of Tobacco Road

Je suis né dans une décharge
Ma mère est morte et mon père est un ivrogne
Il m'a laissé pour mourir ou grandir
au milieu de Tobacco Road

Tobacco Road (John D. Loudermilk)

[ Ecouter / Commander ]
[ A écouter : Blues Power - Mean And Evil ]



Vous avez aimé cette page ? Faites le savoir sur mon livre d'or.

[ Index | CD base | Vision | Initiation | Europe | Belge | Blues | Sélection | Liens ]
[ Les faces du jazz : 1917 - 1950 | Blues : Autres Suggestions ]





Liste des disques de Blues chroniqués

Mississippi - Mali Blues

Retour à la page d'index


DragonJazz - cdjazz@dragonjazz.com