La sélection d'Octobre 2016






Barbara Wiernik & Nicola Andrioli : Complicity


[ Spinach Pie Records SPR 102 / Distribué par Igloo Circle ]



01. The Water Dance (Andrioli / Wiernik) (4:49)
02. The Beginning Of The End (Andrioli / Wiernik) (5:56)
03. Cradle Song (Komitas / Norma Winstone) (6:10)
04. Empty Zone (Andrioli / Wiernik) (6:06)
05. Lines (Andrioli / Wiernik) (5:40)
06. Sun Ball (Andrioli / Wiernik) (4:26)
07. Running Through The Wind (B. Wiernik) (6:30)
08. The Secret Circus (Mario Laginha / Wiernik) (6:40)
09. Queens Of The Hill (Andrioli / Wiernik) (4:39)
10. Sweet Complicity (Andrioli / Wiernik) (5:49)
11. If You (N. Andrioli) (6:35)
Durée Totale : 63'15" - Sortie le 8 octobre 2016

Barbara Wiernik (chant, effets)
Nicola Andrioli (piano, Fender Rhodes)
Manuel Hermia (saxophones soprano et ténor, flute, bansuri)
Marco Bardoscia (contrebasse); Antoine Pierre (batterie)

Photos : Sacha Wiernik



Chronique

C'est l'album d'un tandem, soit deux funambules en équilibre sur un même fil : un pianiste et une vocaliste qui se complètent, échangent et plus rarement s'opposent pour donner corps à une nouvelle musique de chambre mi-improvisée et ouverte à tous les possibles. Un tandem mais pas un duo au sens strict puisque, excepté sur deux morceaux (The Secret Circus et If You), les deux leaders dialoguent au sein de configurations à géométrie variable allant du trio au quintet avec des contributions de Manuel Hermia à la flûte et aux saxophones, de Marco Bardoscia à la contrebasse et d'Antoine Pierre à la batterie. D'une belle diversité, le répertoire a de quoi ensorceler les esprits les plus réfractaires à la musique de jazz. De l'intimisme mélancolique de Lines aux sons mouvants de Cradle Song qui fleure bon l'Inde et ses mystères, en passant par la surprenante combinaison sur Sun Ball entre vocalises classiques et onomatopées percussives à la Trilok Gurtu, la musique navigue avec inspiration et liberté au gré des envies et des voyages qui l'ont inspirée.

Barbara Wiernik, dont la maîtrise du chant a encore progressé, donne maintenant l'impression qu'elle peut tout tenter avec une bonne probabilité de réussite. Sa palette vocale, qui inclut aussi bien la rigueur d'un chant formel que le scat (Running Through The Wind) ou des effets sonores divers, semble en constante extension et lui permet des incursions dans toutes sortes de styles différents parfois au sein d'une même chanson. Mais outre sa voix dont elle se sert souvent comme d'un instrument, il y a aussi de vraies paroles en anglais dont elle est l'auteur et qui, en plus d'avoir du sens, sculptent d'agréables vibrations sonores en symbiose avec ses partenaires. Quant à Nicola Andrioli, son jeu épouse le chant de sa complice avec une exceptionnelle limpidité. Bien plus qu'un accompagnateur de luxe, il installe un véritable dialogue sous le signe conjoint de l'affinité et de l'invention. On découvre alors dans cette musique gémellaire, combinaison inextricable de lyrisme et de technique, une télépathie secrète, une magie de la création qui en fait une expression artistique rare. Reste Manuel Hermia, troisième soliste, dont l'éclectisme est devenu une spécialité. Nourries par les vents de l'aventure, ses interventions à la flûte (The Beginning Of The End), au saxophone soprano (Empty Zone), ou au ténor (Running Through The Wind, Sweet Complicity) investissent les compositions avec autant d'aisance que de finesse. Qu'ajouter sinon que, le temps d'un compact, ce duo étendu nous fait visiter un monde meilleur où tendresse, joie, partage, poésie, effervescence et découverte ont enfin, dans une utopie salvatrice, pris le pas sur d'autres valeurs plus prosaïques. Magistral.


Barbara Wiernik & Nicola Andrioli (Photo: Sacha Wiernik)

Interview de Barbara Wiernik et de Nicola Andrioli

  • DragonJazz: pouvez-vous nous raconter la genèse et le développement progressif du projet ?

    Barbara: notre rencontre a eu lieu lors d'un stage à l'AKDT (Royale Académie Internationale d'Eté de Wallonie) de Libramont où nous sommes tous deux professeurs. On a eu envie de jouer ensemble pour le concert des profs, et c'est là que tout a commencé. Ce fut un moment incroyable. Ensuite, j'ai recontacté Nicola environ un an plus tard, me disant que j'avais vraiment envie de faire un projet commun avec lui. Et c'est ainsi que nous avons décidé de mettre sur pied un nouveau projet basé principalement autour de notre musique. Quelques concerts ont jalonné notre début de parcours et, à chacune des fois, aussi bien notre plaisir de jouer ensemble que l'engouement du public et des organisateurs furent à leur comble. C'est la raison pour laquelle nous avons pris la décision d'aller de l'avant et de concrétiser notre démarche artistique en voulant enregistrer un premier album.

    Nicola: je pense effectivement que notre rencontre artistique a eu lieu pendant les stages d'été de Libramont durant lesquels on a eu l'occasion de jouer ensemble… C'était magique! A partir de ce moment là, la musique nous a entraîné dans une nouvelle expérience artistique commune. Ce voyage a commencé grâce à Barbara qui m'a proposé une répétition chez elle : c'est comme ça que l'histoire à pris forme..., comme les vagues qui créent la mer...

  • DragonJazz: comment les enregistrements des différents titres de Complicity ont-ils été réalisés ?

    Nicola: le planning de l' organisation de la session studio a été réalisé à l'avance en fonction des disponibilités de chacun et tout était donc préétabli.

    Barbara: nous avons enregistré l'album en trois jours. On avait fait un horaire qui convenait à tous et qui nous laissait également des moments en duo pour jouer les morceaux qui sont effectivement en duo sur l'album. Mais ceci dit, lorsqu'on s'est retrouvé à cinq en cabine, on a été surpris par la force et la cohésion du projet. Les invités ont joué de manière extrêmement impliquée, très à l'écoute de ce que nous voulions, Nicola et moi, mais n'hésitant jamais a donner leur avis ou à prendre des libertés, toujours au service de la musique. Ça a été un moment vraiment incroyable.

  • DragonJazz: quelles sont les parts d'écriture et d'improvisation dans ces superbes compositions personnelles (écrites pour la plupart par Nicola et une par Barbara) où peu de chose semblent avoir été laissées au hasard ?

    Barbara: je laisse la parole à Nicola…

    Nicola: la plupart des compositions respectent la forme traditionnelle du jazz (thème-solo-thème), donc avec des parties d'improvisation préétablies. Mais certaines formes ont été modifiées au dernier moment en studio. C'est toujours surprenant comment le résultat est différent de ce à quoi on s'attendait. Les compositions ont eu un processus de développement, de réarrangement et d'adaptation. Pour certaines compositions il y a eu une transformation du registre mélodique pour les parties vocales tandis que, sur certaines parties, des lignes en contrechant pour le sax et la contrebasse ont été ajoutées. 

  • DragonJazz: quelle fut la part de liberté laissée au saxophoniste / flûtiste Manuel Hermia pour cet enregistrement ?

    Barbara: Manu a eu bien sûr énormément de liberté pour ses solos, mais en ce qui concerne les thèmes, nous n'avions pas spécialement envie d'être à l'unisson. Donc la plupart des parties où Manu joue la mélodie sont écrites. Il y a bien un thème où on est à l'unisson, il s'agit de Sun Ball. C'est un morceau très rapide dans lequel on pouvait justement renforcer la mélodie en la jouant ensemble.

  • DragonJazz: l'influence de musiques non jazz et non européennes se fait sentir à plusieurs moments (sur Cradle Song et Sun Ball en particulier). Quelles en sont les origines ?

    Barbara: Cradle Song est un morceau que j'ai découvert sur un album de Norma Winstone. Mais le morceau a été écrit par Komitas, un compositeur arménien né en 1869. En plus d'être compositeur, il était également poète, philosophe et ethnomusicologue. Je suis sûre qu'il aurait beaucoup aimé les belles paroles que Norma, elle aussi ayant la plume d'un poète, a écrit sur son morceau. Pour Sun Ball, j'avais fait écouter à Nicola un morceau que chantait Tatiana Parra, une merveilleuse chanteuse brésilienne, en lui disant: « J'adorerais chanter quelque chose dans ce style là! ». Il a fait mieux que ce que j'aurais pu espérer!

    Nicola: Sun Ball est inspiré par le répertoire brésilien. On pourrait dire que c'est un clin d'oeil à une composition de Lyle Mays, surtout quand rentre le Fender Rhodes… Mais Euterpe sera gentille avec moi vu que la partie mélodique de Sun-ball est différente et vient probablement d'autres sources.

  • DragonJazz: les textes en anglais de Barbara sont particulièrement bien écrits et, surtout, ils sonnent bien mais pourquoi pas de chansons francophones cette fois ?

    Barbara: merci pour le compliment. Je me vraiment attelée à avoir des textes en anglais qui tiennent la route. C'est entre autre grâce à des aides très précieuses (elles se reconnaîtront). La grande chance que j'ai eue a été de me faire inviter par Norma Winstone pour trois jours de travail intensif avec elle. Elle m'a fait transformer pas mal de choses, toujours pour le bien de la musique. Et pourquoi rien en français? Très bonne question! Si je reviens quelques années en arrière: sur l'album PiWiZ, tous les textes avec paroles étaient en français parce que ça collait bien à la musique de Pirly Zurstrassen. Sur mon album Soul Of Butterflies, j'avais vraiment mixé les langues en fonction de ce que je ressentais pour mes compositions. J'avais écrit dans la langue qui me venait à l'esprit selon ce que mes morceaux m'inspiraient. Sur l'album WRaP déjà, tous mes textes écrits sur les morceaux d'Alain Pierre étaient en anglais. Et sur la musique de Nicola, je sentais vraiment bien les sonorités de l'anglais.

  • DragonJazz: au plan de la sonorité, l'équilibre entre piano et voix est parfait. Qui a supervisé l'enregistrement au niveau technique et quels choix ont été retenus à cet égard ?

    Barbara: c'est Alain Pierre qui a fait la direction artistique pour cet album. Il a été présent de la première note de l'enregistrement jusqu'à la dernière note du Mastering. Il nous a été d'une immense aide! Durant tout l'enregistrement, il était en cabine. On n'avait pas spécialement besoin de tout réécouter, il nous guidait pour nous mener là où on lui avait dit qu'on voulait aller. Mais tous les musiciens ont bien sûr eu leur mot à dire. Ce fût aussi une super collaboration avec Antoine Pierre et Marco Bardoscia. Une section rythmique du tonnerre.

  • DragonJazz: la rencontre de vos personnalités respectives semble avoir été décisive pour la réalisation de ce disque. Est-elle due au hasard ? Qu'est-ce qui vous a attiré chez l'autre au départ ?

    Nicola: il existe une sensibilité mélodique commune entre Barbara et moi, et aussi un goût commun pour certaines ambiances harmoniques. Ceci a fait en sorte que les notes qui étaient encore prisonnières dans la portée d'une partition puissent se libérer et résonner dans l'air... Merci Barbara !

    Barbara: ce qui m'a attiré chez Nicola? La poésie de ses mélodies, le lyrisme dans ses compositions, sa manière d'improviser avec une telle aisance harmonique, mélodique et rythmique, sa compréhension de la musique, son écoute subtile, son jeu toujours renouvelé, son toucher pianistique...

  • DragonJazz: les concerts que vous allez donner par la suite pour interpréter cet album seront-ils toujours en duo pur ou prévoyez-vous à certaines occasions de réunir l'intégralité du groupe ?

    Barbara: nous avons toute une série de concerts prévus pour 2016. Ces concerts seront exclusivement en duo. A partir de 2017 nous ouvrirons les horizons et jouerons encore en duo mais également avec des invités. Nous jouerons notre premier concert en quintet au River Jazz Festival au Marni en janvier 2017.

  • DragonJazz: Complicity est sorti sur Spinach Pie Records, le label indépendant d'Alain Pierre, dont c'est la seconde production. Pas trop de problème pour la distribution et la diffusion de l'album ?

    Barbara: C’est super de sortir ce disque sur Spinach Pie Records, le nouveau label du guitariste et compositeur Alain Pierre, label sur lequel il a sorti le premier album de "Tree-Ho!" et qui a déjà d'autres productions en vue pour le futur. On a ici les avantages de bosser avec un label indépendant impliquant toute liberté artistique (direction musicale, graphisme pour la pochette, lay-out, etc.). De plus, on a la chance de travailler avec Igloo Circle pour la distribution, donc à priori aucun souci pour la diffusion.

  • DragonJazz: est-ce un duo soluble auteur d'un projet unique ou comptez-vous y donner une suite ?

    Barbara: une chose à la fois. Qui sait ce que l’avenir nous réserve ? Là on va faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que la musique de cet album vive aussi longtemps que possible et touche le public.

  • DragonJazz: merci Barbara et Nicola pour avoir pris le temps de répondre à ces questions et bonne continuation !

Nicola Andrioli & Barbara Wiernik (Photo: Sacha Wiernik)

Sur Internet


Discographie en leader ou coleader de Barbara Wiernik

  • 2001 - Barbara Wiernik & Jozef Dumoulin : Eclipse (Mogno), Barbara Wiernik (vocal); Jozef Dumoulin (piano, Fender Rhodes), Hugo Read (as, ss), Ramesh Shotham (percussions) - CD
  • 2009 - Zurstrassen - Wiernik - Pirotton : PiWiZ Trio (Homerecords.be), Pirly Zurstrassen (piano), Barbara Wiernik (vocal); Jacques Pirotton (gt) - CD
  • 2009 - Barbara Wiernik : Soul Of Butterflies (AZ Productions), Barbara Wiernik (vocal); Fabian Fiorini (piano), Laurent Blondiau (tp), Tuur Florizoone (accordéon), Nicolas Thys (b), Yves Peeters (dr) - CD
  • 2014 - WRaP! : Endless (Igloo), Alain Pierre (gt), Jean-Louis Rassinfosse (contrebasse), Barbara Wiernik (vocal) - CD - Chronique
  • 2016 - Barbara Wiernik & Nicola Andrioli : Complicity (Spinach Pie Records), Barbara Wiernik (vocal), Nicola Andrioli (piano, Fender Rhodes), Manuel Hermia (ts, ss, fl, bansuri), Marco Bardoscia (b), Antoine Pierre (dr) - CD

Discographie en leader ou coleader de Nicola Andrioli

  • 2014 - Nicola Andrioli : Les Montgolfières (Dodicilune), Nicola Andrioli (piano); Fabrizia Baressi (vocal), Matteo Pastorino (cl), Hendrik Vanattenhoven (b) + Quatuor à cordes - CD
  • 2016 - Steven Delannoye & Nicola Andrioli Duo : Dining In The Dark (El Negocito), Steven Delannoye (ts, ss); Nicola Andrioli (piano) - CD
  • 2016 - Barbara Wiernik & Nicola Andrioli : Complicity (Spinach Pie Records), Barbara Wiernik (vocal), Nicola Andrioli (piano, Fender Rhodes), Manuel Hermia (ts, ss, fl, bansuri), Marco Bardoscia (b), Antoine Pierre (dr) - CD

Barbara Wiernik & Nicola Andrioli (Photo: Sacha Wiernik)


Vous avez aimé cette page ? Faites le savoir sur mon livre d'or


Contact pour promotion et chronique : @dragonjazz.com

[ Index | CD base | Vision | Initiation | Europe | Belge | Blues | Sélection | Liens ]
[ Les faces du jazz : 1917 - 1950 ]

[ Jazz Belge : Nouveautés | Archives ]



[ Sélections : février 98 | avril 98 | juin 98 | sept. 98 | déc. 98 | avril 99 |
| juin 99 | oct. 99 | janvier 2000 | mars 2000 | mai 2000 | juillet 2000 | octobre 2000 |
| janvier 2001 | février 2001 | avril 2001 | juin 2001 | septembre 2001 | décembre 2001 |
| février 2002 | avril 2002 | mai 2002 | juin 2002 | août 2002 | novembre 2002 |
| février 2003 | avril 2003 | septembre 2003 | octobre 2003 | décembre 2003 |
| janvier 2004 | février 2004 | mars 2004 | avril 2004 | mai 2004 | juillet 2004 | novembre 2004 |
| janvier 2005 | février 2005 | avril 2005 | juin 2005 | août 2005 | novembre 2005 |
| janvier 2006 | mars 2006 | juin 2006 | août 2006 | octobre 2006 | décembre 2006 |
| janvier 2007 | mars 2007 | avril 2007 | juin 2007 | septembre 2007 | novembre 2007 |
| janvier 2008 | mars 2008 | mai 2008 | août 2008 | octobre 2008 | décembre 2008 |
| janvier 2009 | mars 2009 | avril 2009 | juin 2009 | août 2009 | novembre 2009 |
| janvier 2010 | mars 2010 | mai 2010 | août 2010 | septembre 2010 | novembre 2010 |
| janvier 2011 | mars 2011 | mai 2011 | juillet 2011 | septembre 2011 | décembre 2011 |
| janvier 2012 | mars 2012 | juin 2012 | août 2012 | septembre 2012 | décembre 2012 |
| janvier 2013 | mars 2013 | mai 2013 | août 2013 | octobre 2013 | décembre 2013 |
| janvier 2014 | février 2014 | mars 2014 | avril 2014 | juin 2014 | octobre 2014 |
| janvier 2015 | février 2015 | avril 2015 | mai 2015 | août 2015 | novembre 2015 |
| janvier 2016 | février 2016 | mars 2016 | avril 2016 | juin 2016 | septembre 2016 |
| janvier 2017 | février 2017 | avril 2017 ]





Ecouter les playlists de DragonJazz : Jazz Guitarists - ECM Northern Light - Cool Fusion


Retour à la page d'index

© DragonJazz 2016 - cdjazz@dragonjazz.com