La sélection de Juin 2009






Alexandre Furnelle Orchestra : Views Of Xela


[mogno j034]

Alexandre Furnelle (contrebasse, flûte : 2), Barbara Wiernik (vocal : 3, 7 & 10), Daniel Stokart (saxophone soprano)
Peter Hertmans (guitares), Jan de Haas (drums, udu : 4), Erwin Vann (saxophone ténor : 3 & 10)

Cordes (1, 4, 6, 9 & 10) : Hélène Lieben (violon), Marielle Vancamp (violon), Anja Naucler (violoncelle)

Compositions & arrangements de Alexandre Furnelle sauf Giant Steps (John Coltrane)




  1. A grands pas (Giant Steps) - 04:05
  2. Angel’s buzz - 05:24
  3. Far out - 06:04
  4. Premières neiges - 04:16
  5. Views of Xela - 06:20
  6. Ultima passegiata - 04:57
  7. Faust waltz - 05:46
  8. Soleil rouge - 05:12
  9. Vols - 03:58
  10. Turbulences passagères - 05:05
Total time - 51:34



Alexandre Furnelle nous avait séduit avec un premier album éclectique (Le Chant Des Sirènes édité en 2004, également chez mogno) pourvu de mélodies séduisantes mais non dénué d’un groove subtil à l’occasion inspiré par des rythmes africains. Avec les mêmes complices réunis autour de sa contrebasse, le leader nous offre avec ce second disque un autre voyage aussi coloré que le premier. Compositeur intéressant par les ambiances créées qui vont au-delà des simples séquences d’accords, Furnelle se révèle aussi un arrangeur doué qui sait privilégier l’ouverture et laisser de l’espace à ses solistes. Parmi ceux-ci, on reconnaîtra immédiatement les plans de guitare de Peter Hertmans dont le son étiré et électrique contribue à l’atmosphère mystérieuse de certains titres comme Far Out ou Angel’s Buzz. Ailleurs, c’est le saxophoniste Daniel Stokart qui jette une lumière contrastée sur ces paysages sonores attachants. Son envol délicat sur Soleil Rouge témoigne d’une grande sensibilité teintée de mélancolie qui emporte une immédiate adhésion. La chanteuse Barbara Wiernik fait une apparition sur trois titres avec des vocalises qui gonflent les voiles des mélodies et leur permet de planer avec aisance. Grâce à elle, Faust Waltz acquiert une dimension onirique encore amplifiée par un nouveau solo quasiment mystique de Stokart. Le leader a choisi d’enrober cinq de ses compositions dans des arrangements de cordes (deux violons et un violoncelle) particulièrement bien conçus. L’unité sonore avec le groupe est parfaite : les textures sont épaissies tout en restant légères et contribuent à apporter un nouvelle densité à la musique. On notera enfin le dernier titre, Turbulences passagères, sur lequel le quintet est rejoint par le saxophoniste ténor Erwin Vann dont l’instrument ajoute une pointe de gravité à l’ensemble. Views Of Xela affiche ainsi une grande variété de couleurs. La musique, souvent délicate et atmosphérique, se pare à l’occasion de rythmes inattendus et réserve de nombreux moments étonnants. Plus qu’une collection de morceaux sans liens entre eux, il s’agit là d’un vrai projet homogène et fort plaisant de la part d’un musicien et compositeur dont la personnalité s’est indéniablement affirmée depuis sa première apparition discographique.


Mini-interview d'Alexandre Furnelle

  • Musicalement, quel est ton parcours ? Quelles sont tes influences principales ?

    Je suis venu à la musique sérieusement vers 17 ans, en commençant par du rock et du blues, puis vers 20 ans j'ai découvert le jazz par des groupes comme Mahavishnu Orchestra, Miles Davis, Weather Report..., puis sont venus les jazzmen "européens" ou travaillant dans le même état d'esprit comme Ralph Towner, Bobo Stenson, Keith Jarrett, Garbarek, Eberhard Weber, John Abercrombie... Le jazz "classique" est arrivé par la nécessité de l'apprentissage avec en tête toujours Miles. L'apprentissage de l'écriture s'est fait en grande partie par l'étude de l'harmonie tant du jazz que celle de la musique classique. Et pour la contrebasse, c'est en gros le même chemin : autodidacte puis cours de basse jazz et classique. Depuis près d'une vingtaine d'années, j'ai découvert la musique d'ailleurs, ce qui m'a ramené à mes premiers souvenirs en musique : la musique d'Afrique Centrale où j'ai vécu jusqu'à 6 ans. Parallèlement, j'ai fait pas mal de recherches sur l'histoire de la musique occidentale, de la préhistoire à nos jours. J'ai pas mal travaillé avec des musiciens tziganes et "assimilés" et plus récemment avec des musiciens de l'univers arabo-berbère. Toutes ces musiques m'ont influencé. Toutefois, si je dois en citer de plus importantes : Miles, Jarrett, Bach, Steve Reich, Beethoven, la musique médiévale..., et puis des disques phares : "Solstice" de R. Towner, "Mountainscapes" de Barre Philips, les sonates pour violoncelle de Brahms, "Nordan" de Lena Willemark, Charlie Haden "Closeness", "Al Cantara" d'Amina Alaoui, et puis Chet Baker, Oscar Peterson..., difficile de choisir...


  • Alexandre Furnelle, aujourd'hui, c'est qui ? Un instrumentiste, un compositeur ou les deux ? Par laquelle de ces deux activités es-tu le plus intéressé ?

    Effectivement les deux ; la composition est sans doute au centre de mes préoccupations mais j'ai besoin de jouer avec d'autres musiciens, faire de la scène..., et la contrebasse me permet de voyager à travers différents univers musicaux, d'autant que je travaille l'archet autant que le pizz.


  • Contrairement à d'autres contrebassistes, ta discographie en leader et/ou en sideman est assez réduite. Pourquoi ? Pour mieux se concentrer sur ta musique ?

    Je me suis décidé assez tardivement à mener mes projets personnels, mais j'ai enregistré, fait de la scène, écrit, arrangé..., avec toute un série d'artistes mais pas nécessairement du jazz. Ces dernières années, j'ai entre autre fait pas mal de théâtre musical. D'autre part, la musique que j'écris depuis quelques années est plus sophistiquée et me demande plus de temps à finaliser. Ceci dit comme disait Philippe Baron, le premier a mis 20 ans, le 2ème seulement 5, il y a un net progrès...


  • L'album s'appelle Views of Xela. Ca ressemble à un titre de roman ou de film. Qu'est-ce qu'il signifie ?

    Un membre de ma famille (Frédéric Furnelle) est un grand voyageur et aussi photographe (la photo de la pochette est de lui). Du Guatemala, il m'a envoyé une photo sous titrée View of Xela (se prononce Chela). Il s'agit d'une ville située en haute altitude, ce que je ne savais pas mais le titre m'a convenu tout de suite, je l'ai utilisé pour ce morceau et puis pour le titre du Cd. Ce genre de jeu d'inversion se pratique très couramment en composition depuis belle lurette.


  • La musique est homogène et semble raconter une histoire au fil des morceaux. Comment se sont faits la conception de l'album et son enregistrement ?

    Les différentes compositions sont venues séparément mais dans une même recherche d'équilibre entre forme, harmonie, clarté mélodique, contrepoint et improvisation, avec un souci de créer un espace musical ouvert où l'auditeur autant que les musiciens peuvent se projeter. D'autre part, j'avais composé une série de morceaux avec une instrumentation proche de celle du premier CD et d'autres avec mon projet 4Strings. Dès lors, pour garder une cohérence de son à travers tout le Cd, j'ai allié les 2 formules pour une série de titres (donc choix des instrumentations différentes de celles imaginées au départ). Ensuite, après l'enregistrement et le montage, vient l'enchaînement des morceaux de manière à créer une oeuvre (le CD est à cet égard un peu comme une sculpture) cohérente d'un bout à l'autre. Certains morceaux s'imposent en début, d'autres en conclusion et d'autres en milieu. Il faut créer des surprises, des rebondissements, comme dans une histoire effectivement. Pour ce qui est de l'enregistrement, il s'agit de prises à l'ancienne : tout le monde ensemble dans le studio (avec un maximum d'isolation quand même!), quelques prises par morceaux et très peu d'overdub. Le mixage toutefois a pris pas mal de temps.


  • Jusqu'à quel point ta musique est-elle écrite et arrangée ? Quel est l'apport des autres musiciens au sein de tes compositions ?

    En général, les morceaux ont une forme, une harmonie et une orchestration précises mais en les jouant et en écoutant les suggestions des musiciens, il arrive régulièrement que je modifie certains éléments. Je n'écris pas souvent les articulations et les coups d'archet par exemple, on en discute en répétition. Les expositions des thèmes sont souvent écrites de manière assez précise mais les développements s'élaborent en les essayant (je n'utilise pas de logiciel!). Mais ceci dit, j'adore ce mélange d'écriture et d'improvisation où il est parfois difficile de savoir où commence l'un et où finit l'autre. Les 2 derniers titres du CD (Vols et Turbulences Passagères) sont certainement plus "composés" (usage de cordes oblige) d'un point de vue formel.


  • Comment vois-tu ton évolution stylistique dans le futur, en tout cas pour ce qui concerne plus particulièrement la musique de jazz ?

    Une chose est sûre : j'aime écrire et improviser, mais quelle forme ça va prendre ? c'est un peu tôt pour le savoir. Actuellement je me ressource d'une part en jouant des choses très simples, d'autre part en écoutant et en analysant des musiques plus sophistiquées. Et puis, je cherche à faire jouer ce projet-ci pour pouvoir profiter du plaisir qu'il me donne et que je peux partager avec tous ces merveilleux musiciens. Et c'est un travail !


  • Penses-tu déjà à ta prochaine production ?

    J'aimerais enregistrer un cd avec le projet 4Strings, avec quelques invités peut-être. Un peu à l'inverse de ce CD-ci. Mais pas tout de suite!

Discographie d'Alexandre Furnelle

  • 2004 - Alexandre Furnelle Quartet : Le chant des sirènes (mogno J013), A.F. (b), Daniel Stokart (as), Peter Hertmans (gt), Jan De Haas (dr), Barbara Wiernik (voc) - CD
  • 2009 - Alexandre Furnelle Orchestra : Views Of Xela (mogno J034), A.F. (b), Daniel Stokart (as), Peter Hertmans (gt), Jan De Haas (dr), Barbara Wiernik (voc) + Strings + Erwin Vann (ts) - CD

Sur Internet




Signez mon livre d'or Ce disque vous a plu ? Vous avez aimé cette page ?
Faites le savoir sur mon livre d'or.

[ Index | CD base | Vision | Initiation | Europe | Belge | Blues | Sélection | Liens ]
[ Les faces du jazz : 1917 - 1950 ]

[ Jazz Belge : Nouveautés | Archives ]



[ Sélections : février 98 | avril 98 | juin 98 | sept. 98 | déc. 98 | avril 99 |
| juin 99 | oct. 99 | janvier 2000 | mars 2000 | mai 2000 | juillet 2000 | octobre 2000 |
| janvier 2001 | février 2001 | avril 2001 | juin 2001 | septembre 2001 | décembre 2001 |
| février 2002 | avril 2002 | mai 2002 | juin 2002 | août 2002 | novembre 2002 |
| février 2003 | avril 2003 | septembre 2003 | octobre 2003 | décembre 2003 |
| janvier 2004 | février 2004 | mars 2004 | avril 2004 | mai 2004 | juillet 2004 | novembre 2004 |
| janvier 2005 | février 2005 | avril 2005 | juin 2005 | août 2005 | novembre 2005 |
| janvier 2006 | mars 2006 | juin 2006 | août 2006 | octobre 2006 | décembre 2006 |
| janvier 2007 | mars 2007 | avril 2007 | juin 2007 | septembre 2007 | novembre 2007 |
| janvier 2008 | mars 2008 | mai 2008 | août 2008 | octobre 2008 | décembre 2008 |
| janvier 2009 | mars 2009 | avril 2009 | août 2009 | novembre 2009 |
| janvier 2010 | mars 2010 | mai 2010 | août 2010 | septembre 2010 | novembre 2010 |
| janvier 2011 | mars 2011 | mai 2011 | juillet 2011 ]


Retour à la page d'index

Retour vers page d'index

© DragonJazz 2009 - cdjazz@dragonjazz.com