La sélection de novembre 2009






Jacques Pirotton : Parachute


[Igloo IGL 205] - Février 2009

Jacques Pirotton (guitare acoustique, guitare électrique: 11) - Fabrice Alleman clarinette, clarinette basse
Benoit Vanderstraeten (basse électrique) - Jan De Haas (drums, percussions)





  1. Too Young - 05:49
  2. Untitled - 07:02
  3. The Cake - 04:59
  4. April-Fool - 07:04
  5. Parachute - 05:20
  6. K. Dra - 05:40
  7. December 13th - 04:57
  8. Pictures - 05:21
  9. Primitive - 05:04
  10. Canicule 1 - 05:25
  11. Chinese Doll - 04:02
Total time - 60:01
Toutes les compositions sont de Jacques Pirotton



Pour avoir tâté quelque peu de l’instrument, j’ai toujours eu un faible pour les guitaristes. Par chance, la Belgique a produit d’excellents musiciens de calibre international comme le regretté René Thomas et Philip Catherine mais aussi une kyrielle de guitaristes moins célèbres qui sont pourtant d'authentiques petits princes de la six-cordes comme Pierre Van Dormael, Paolo Radoni, Peter Hertmans, Fabien Degryse et Pierre Lognay pour n’en citer que quelques uns. Parmi ces derniers, Jacques Pirotton, né en 1955 à Liège, fait figure de vétéran sans pour autant avoir la renommée auprès du public que son immense talent aurait dû lui amener. Je me souviens d’avoir été impressionné en 1984 par un LP jamais réédité et aujourd’hui introuvable (Happy Few, MD 110) sur lequel il accompagnait en duo le grand Jacques Pelzer à la flûte et au saxophone alto. A l’époque, il composait déjà des thèmes superbes qui auraient bien mérité de ne jamais tomber l’oubli comme Happy Few et Scarcity. Si sa discographie en véritable leader est plutôt réduite (à peine quatre disques, en comptant celui-ci, dont le plus célèbre reste l’indispensable Artline qui fut édité sur le label B Sharp en 1988), il faut savoir qu’il a aussi participé en tant que co-leader, sideman ou invité, à une multitude d’albums qui se classent, dans des styles fort différents, parmi les plus belles réalisations du jazz européen. A titre d’exemple, on épinglera Ocean et Round du collectif avant-gardiste Octurn, les deux compacts de Phil Abraham dédiés aux Beatles (Jazz Me Do 1 & 2), l’inoubliable We Can't Stop Loving You plein d’humour du trio Steve Houben / Jacques Pirotton / Stephan Pougin, la world-fusion d'Al Orkesta de Joe Higham sans oublier une contribution à une compilation sur Igloo en hommage à René Thomas (1997). Cette trajectoire atypique, associée à une étonnante modestie sur le plan médiatique, explique probablement que, s’il est respecté et recherché par ses collègues musiciens, Jacques Pirotton soit toujours aujourd’hui aussi mal connu du vaste monde qui entoure la cité ardente.

Ce Parachute remet les pendules à l’heure. Dès le premier titre, Too Young, on est confronté à la science du guitariste : un son acoustique formidable, un toucher d’une délicatesse extrême, un phrasé terriblement efficace et surtout un lyrisme à fleur de peau qui transporte l’auditeur hors de son quotidien. Le choix de Fabrice Alleman aux clarinettes (normale et basse) est judicieux : son jeu nerveux dynamise des compositions attrayantes toutes écrites par le leader. La fin du morceau, qui résonne comme 1000 clochettes, se fond dans le suivant via une transition naturelle, presque impalpable. Ici encore, Pirotton varie les plaisirs en alternant plages lyriques (Pictures, Parachute) et compositions plus énergiques (The Cake et son introduction atonale qui mute rapidement sur un tempo enlevé propice à des soli explosifs) sans oublier un voyage au Sud (K. Dra) ainsi qu’une percée subtile dans le genre hard bop / fusion avec December 13th sur lequel le vieux complice Benoît Vanderstraeten à la basse électrique - il était déjà là à la fin des années 80 sur Artline et Jokari - et le batteur Jan De Haas laissent libre cours à leur imagination fertile. Pas de décibels superflus ici, ni de virtuosité gratuite : Pirotton maîtrise son art avec volupté en se mettant au service de mélodies arrangées avec soin. L’album se termine sur un étonnant Chinese Doll interprété cette fois à la guitare électrique par un jeune musicien de 54 ans retrouvant l’énergie d’un rock basique avec lequel il flirta à ses débuts. Ce superbe album, riche, diversifié et finement ciselé, est un régal pour les oreilles.


Discographie sélective de Jacques Pirotton (leader et co-leader)

  • 1984 - Happy Few (MD 110). J.P. (gt), Jacques Pelzer (alto sax, flûte, percussions) - LP
  • 1988 - Artline (B Sharp CDS 070). J.P. (gt), Eric Legnini (p, claviers), Benoit Sourisse (p, claviers), Benoit Vanderstraeten (basse élecrique), André Charlier (drums), Yves Bodson (ténor sax) - LP / CD
  • 1990 - Jokari (Aurophon CD AU 31319). J.P. (gt), Benoit Vanderstraeten (basse élecrique), André Charlier (drums) - CD
  • 1992 - Soty (B Sharp CDS 087). J.P. (gt), Benoit Vanderstraeten (basse élecrique), André Charlier (drums) - CD
  • 1997 - Hommage A René Thomas (Igloo IGL 134). Fabien Degryse, J.P., Philip Catherine, Peter Hertmans, Paolo Radoni, Pierre Van Dormael, Hendrik Braeckman... (gt), Jean Warland (b), Felix Simtaine (drums, percusions) - CD
  • 1998 - We Can't Stop Loving You (Igloo IGL 140). J.P. (p), Steve Houben (alto sax, flûte), Stephan Pougin (drums, percusions) - CD
  • 2005 - Phinc : Old Woes New Wail (Alone Blue Records 005). J.P. (gt), Steve Houben (as, ss, p, flûte), Philippe Thuriot (accordéon), Stephan Pougin (drums, percusions) - CD
  • 2009 - Parachute (Igloo IGL 205). J.P. (gt), Fabrice Alleman (cl, b-cl), Benoit Vanderstraeten (basse électrique), Jan De Haas (drums, percussions) - CD
Jacques Pirotton : Happy FewJacques Pirotton : ArtlineJacques Pirotton : JokariJacques Pirotton : SotyHommage A René ThomasJacques Pirotton : We Can't Stop Loving You


Sur Internet




Signez mon livre d'or Ce disque vous a plu ? Vous avez aimé cette page ?
Faites le savoir sur mon livre d'or.

[ Index | CD base | Vision | Initiation | Europe | Belge | Blues | Sélection | Liens ]
[ Les faces du jazz : 1917 - 1950 ]

[ Jazz Belge : Nouveautés | Archives ]



[ Sélections : février 98 | avril 98 | juin 98 | sept. 98 | déc. 98 | avril 99 |
| juin 99 | oct. 99 | janvier 2000 | mars 2000 | mai 2000 | juillet 2000 | octobre 2000 |
| janvier 2001 | février 2001 | avril 2001 | juin 2001 | septembre 2001 | décembre 2001 |
| février 2002 | avril 2002 | mai 2002 | juin 2002 | août 2002 | novembre 2002 |
| février 2003 | avril 2003 | septembre 2003 | octobre 2003 | décembre 2003 |
| janvier 2004 | février 2004 | mars 2004 | avril 2004 | mai 2004 | juillet 2004 | novembre 2004 |
| janvier 2005 | février 2005 | avril 2005 | juin 2005 | août 2005 | novembre 2005 |
| janvier 2006 | mars 2006 | juin 2006 | août 2006 | octobre 2006 | décembre 2006 |
| janvier 2007 | mars 2007 | avril 2007 | juin 2007 | septembre 2007 | novembre 2007 |
| janvier 2008 | mars 2008 | mai 2008 | août 2008 | octobre 2008 | décembre 2008 |
| janvier 2009 | mars 2009 | avril 2009 | juin 2009 | août 2009 |
| janvier 2010 | mars 2010 | mai 2010 | août 2010 | septembre 2010 | novembre 2010 |
| janvier 2011 | mars 2011 | mai 2011 | juillet 2011 ]


Retour à la page d'index

Retour vers page d'index

© DragonJazz 2009 - cdjazz@dragonjazz.com