La sélection de Mars 2009






Cécile Broché & Etienne Bouyer Duo : Soundscapes


[IGLOO NEW TALENTS IGL 206]

Cécile Broché (violon électrique & voix), Etienne Bouyer (saxophones soprano & ténor)
Invité : Chris Joris (percussions) sur 6, 8, 9 et 11

Enregistré par Daniel Léon au studio Igloo en août 2008




  1. Prélude (Etienne Bouyer) - 01:46
  2. Molvanian Dance (Cécile Broché) - 03:02
  3. Plage Blanche (Etienne Bouyer) - 06:28
  4. E411 (Cécile Broché) - 02:21
  5. Jezerca (Etienne Bouyer) - 06:54
  6. Art (S. Lacy / H. Melville) - 05:11
  7. The Town (Etienne Bouyer) - 03:43
  8. Shqiperia (Cécile Broché) - 03:46
  9. Peut-être (Cécile Broché) - 04:39
  10. Septilune (Etienne Bouyer) - 03:54
  11. Isi Bop (Etienne Bouyer) - 04:30
  12. Lonely Woman (Ornette Coleman) - 02:57
  13. Konnyu Darab (E. Szervanszky) - 02:50
  14. In A Sentimental Mood (Duke Ellington) - 02:43
  15. Postlude (Etienne Bouyer) - 00:16
Total time - 56:04



Cécile Broché est une violoniste, avec une formation à la fois classique et jazz, qui compose aussi bien pour le théâtre que pour la danse. Originaire de Saint-Denis de la Réunion, Etienne Bouyer est un saxophoniste doté d’un bagage musical impressionnant acquis auprès de multiples artistes. Tout deux sont encore peu connus mais talentueux, bourrés d’idées, ouverts à différentes formes d’art et prêts pour des expériences musicales inédites. Les voici rassemblés pour le meilleur dans un duo rare entre sax et violon. Le projet ? Une dérive au gré d’une excursion imaginaire à travers des villes et des pays qui n’existent pas. Du mélancolique prélude qui ouvre le répertoire à la reprise customisée du In A Sentimental Mood de Duke Ellington, on a le temps d’explorer un monde indéfini et riche en surprises. Ici, le folklore nostalgique d’une Molvanie fictive ; là, le mystère d’un parfum oriental et plus loin, la traversée chaotique d’une mégapole à l’heure de pointe. Le saxophone raconte une histoire tandis que le violon abandonne les ritournelles légères pour lesquelles on l’a conçu et s’aventure dans des sons trafiqués par des pédales d’effets, créant un environnement contemporain dans lequel on n’a pas souvent l’occasion de l’y voir traîner. Mélodies croisées et superbes unissons témoignent d’une proximité artistique sans équivalent. Sur quelques plages, voici soudain qu’apparaissent les percussions inattendues de Chris Joris et les couleurs jaunissent d’un coup pour ressembler à celles de l’Afrique. Dissonances et rythmes font bon ménage : on est au cœur d’une nature sauvage pour un inquiétant safari. Des voix se superposent aux instruments et on a l’impression qu’Edouard aux Mains d’Argent est passé par là avec ses ciseaux pour façonner les contours de la musique au gré de son humeur inconstante. Et il y a même une composition époustouflante qu’on croirait interprétée par un trio de jazz bop dans une cave enfumée des sixties. Cette œuvre indéniablement poétique recrée le temps et l’espace dans une vision onirique de parcours aléatoires, de déplacements instantanés, de pas de côtés en divagations impromptues. Le dire ainsi fait craindre une anarchie sophistiquée qui serait réservée aux amoureux de projets bizarres mais il n’en est rien. Le disque s’écoute d’un seul tenant et aurait bien convenu à l’illustration sonore d’un film comme Into The Wild. Car Pureté, liberté, fraîcheur et spontanéité sont en définitive les mots qui reviennent en boucle pour rendre compte de cet insolite voyage.


A écouter en priorité :

  • Isi Bop : extraordinaire improvisation bop avec les percussions de Joris comme batterie et le violon joué en pizzicato comme contrebasse
  • Molvanian Dance : une pièce légère et tournoyante en forme d'hommage à un folklore imaginaire venu de l'Est
  • Plage Blanche : une musique nostalgique, aussi délicate qu'une dentelle, célébrant le croisement étonnant entre ces deux instruments mélodiques que sont le saxophone et le violon électrique.

Sur Internet




Signez mon livre d'or Ce disque vous a plu ? Vous avez aimé cette page ?
Faites le savoir sur mon livre d'or.

[ Index | CD base | Vision | Initiation | Europe | Belge | Blues | Sélection | Liens ]
[ Les faces du jazz : 1917 - 1950 ]

[ Jazz Belge : Nouveautés | Archives ]



[ Sélections : février 98 | avril 98 | juin 98 | sept. 98 | déc. 98 | avril 99 |
| juin 99 | oct. 99 | janvier 2000 | mars 2000 | mai 2000 | juillet 2000 | octobre 2000 |
| janvier 2001 | février 2001 | avril 2001 | juin 2001 | septembre 2001 | décembre 2001 |
| février 2002 | avril 2002 | mai 2002 | juin 2002 | août 2002 | novembre 2002 |
| février 2003 | avril 2003 | septembre 2003 | octobre 2003 | décembre 2003 |
| janvier 2004 | février 2004 | mars 2004 | avril 2004 | mai 2004 | juillet 2004 | novembre 2004 |
| janvier 2005 | février 2005 | avril 2005 | juin 2005 | août 2005 | novembre 2005 |
| janvier 2006 | mars 2006 | juin 2006 | août 2006 | octobre 2006 | décembre 2006 |
| janvier 2007 | mars 2007 | avril 2007 | juin 2007 | septembre 2007 | novembre 2007 |
| janvier 2008 | mars 2008 | mai 2008 | août 2008 | octobre 2008 | décembre 2008 |
| janvier 2009 | avril 2009 | juin 2009 | août 2009 | novembre 2009 |
| janvier 2010 | mars 2010 | mai 2010 | août 2010 | septembre 2010 | novembre 2010 |
| janvier 2011 | mars 2011 | mai 2011 | juillet 2011 ]


Retour à la page d'index

Retour vers page d'index

© DragonJazz 2009 - cdjazz@dragonjazz.com