La Sélection d'Octobre 2017






Thomas Champagne Random House : Sweet Day


[ Igloo Circle IGC 029 ]



01. Home (5:13)
02. Waiting (5:55)
03. Sweet Day (5:40)
04. Oriana (6:26)
05. Tres Chicas (4:42)
06. 3 Octobre (5:33)
07. Evidence (3:14)
08. Mister Ploug (7:13)
Durée Totale : 43'50" - Paru en octobre 2017.

Thomas Champagne (sax alto), Guillaume Vierset (guitare), Ruben Lamon (contrebasse), Alain Deval (batterie).
Les compositions 2, 5 et 7 sont de Thomas Champagne et 1, 3, 4, 6, 8 de Guillaume Vierset.
Enregistré les 30 & 31 janvier et 1er février au Studio Jet à Bruxelles.

Les Photos du groupe sont de Joop Pareyn.



Chronique

Je me souviens d'un disque bariolé sorti il y a une dizaine d'années chez Igloo Records où, soutenu par une rythmique en verve, un jeune saxophoniste bousculait les canons du hard-bop sans aucun soutien harmonique (Charon's Boat). Après divers projets éclectiques, dont l'excellent The Sidewinders qui revisitait le groove de l'âge d'or du label Blue Note, Thomas Champagne propose ce nouvel album enregistré avec son quartet Random House qu'il a fondé en 2014 avec le guitariste Guillaume Vierset (LG Jazz Collective), le contrebassiste Ruben Lamon (Bravo Big Band) et le batteur Alain Deval (leader de l'excellent groupe avant-gardiste Collapse).

Tout commence sur la pointe des pieds avec Home, son contrepoint à la guitare, sa mélodie nonchalante et cette impression de volupté paresseuse quand le saxophone à la sonorité toute de miel et de soleil part en promenade. L'introduction de Waiting ne laisse guère présager de grand bouleversement même si, à un moment donné, l'atmosphère change, l'interaction entre guitare et saxophone faisant passer la musique dans une autre dimension plus abstraite et plus onirique. L'équilibre des timbres et la fluidité des quatre instrumentistes apportent à la composition une impression de mouvement comme un flux qui coule inexorablement au gré des notes imprévisibles. Sur le titre éponyme, le groove cristallise tandis que Guillaume Vierset se fend de son premier vrai envol en solo d'où émergent quelques subtils effets sonores bien intégrés. Difficile de réduire cette musique à une quelconque étiquette : on y trouve bien quelques références stylistiques émanant d'un post-bop contemporain issu de la scène newyorkaise ou évoquant les sonorités diaphanes d'un Lee Konitz mais elles cohabitent avec une sensibilité et une délicatesse plus typiquement européennee. Enfin, s'il faut mettre en exergue le jeu sinueux du guitariste dont les harmonies élégantes, parfois liquides comme sur 3 Octobre, sont essentielles aux colorations de ces compositions, il ne faut pas non plus omettre l'apport d'Alain Deval derrière les fûts qui, en tandem avec un contrebassiste efficace, est tout aussi déterminant. Sa frappe a une souplesse brillante qui dynamise la musique de l'intérieur et quand le tempo s'accélère comme sur Evidence, sa palette s'ouvre, devient arborescente sans pour autant faire l'impasse sur la nécessaire pulsation.

Globalement serein et d'une cohérence exceptionnelle, bien que l'écriture des compositions soit partagée entre les deux solistes, Sweet Day s'avère une belle découverte pleine de trouvailles, d'échanges et de sensibilité, le genre de disque délicieusement ambré qu'on appréciera se passer le matin, de quoi se mettre en forme pour affronter le reste de la journée.


Alain Deval, Guillaume Vierset, Thomas Champagne, Ruben Lamon - © Joop Pareyn


Sur Internet


Interview de Thomas Champagne

  • DragonJazz: Bienvenue Thomas. Quel est ton parcours musical et pourquoi le jazz ?

    Thomas: Bonjour ! Mon parcours musical a commencé vers l'âge de 8 ans, à l'académie d'Evere. Vers mes 15 ans, j'ai suivi mes premiers cours de jazz (à Evere avec Nathalie Loriers et Fabien Degryse et à Eghezée) puis quelques stages à Libramont (avec Bart Defoort et Pierre Vaiana), une année chez Garrett List à Liège, quelques cours particuliers (Bo Van De Werf, Laurent Blondiau...) et ensuite, place au Koninklijk Conservatorium avec Jeroen Van Herzeele. J'ai terminé mon parcours chez les francophones avec Steve Houben. Rajoutez à cela quelques masterclass ou cours privés (Ralph Alessi, Ellery Eskelin...) et vous avez une bonne image de mon parcours 'scolaire'.

    J'ai commencé ma carrière en Trio. Le Thomas Champagne Trio a duré 12 ans! J'ai sorti mon premier album (Charon's Boat) en 2008 pour le label Igloo. Avec le Trio, nous avons aussi accompagné la pièce de théâtre de Nicolas Bedos, 'Promenade de santé' avec Tania Garbarsky et Charlie Dupont. J'ai ensuite multiplié les expériences avec pas mal de groupes : le quintet hardbop The Sidewinders (album A Little Busy pour Igloo Records en novembre 2012), le septet devenu octet de pop/rock brésilien UTZ (projet du chanteur et guitariste Renato Baccarat - 2 albums) et un duo avec le pianiste Christian Claessens. J'ai aussi partagé la scène avec Gino Lattuca, Michel Mainil, Paolo Loveri, Jean-Louis Rassinfosse ou Bruno Castellucci dans le sextet Kind Of Blue Tribute et le Mainil / Champagne Quintet.

    Depuis 2014, je participe aussi au magnifique projet Al Manara, quinze musiciens belgo-palestiniens au service de la musique de Ramzi Aburedwan, arrangée par Eloi Baudimont. Ça m'a permis de tourner en Tunisie, en Palestine, en Belgique, en France et en Espagne. Je tourne également beaucoup avec le projet de jazz pour enfants GribouJazz, un quartet de jazz autour d'illustrations animées.

    J'aime passer du jazz moderne au jazz classique, avec quelques incursions en musique du monde (Création pour l'ouverture du Festival de musiques sacrées de Fès au Maroc en mai 2017). Le jazz a été une évidence depuis toujours ! C'est mon ADN... Ce qui m'attire le plus, c'est la communication humaine et musicale qui s'installe entre les musiciens, la liberté de raconter sa propre histoire à travers les compositions et les improvisations, la surprise à chaque concert !

  • DragonJazz: Quand, comment, et pour quelle raison Random House a-t-il été créé ?

    Thomas: Random House a vu le jour en janvier 2014. Après 12 ans en Trio sans instrument harmonique, j'avais envie de remettre des accords dans le groupe et de trouver un terrain de jeu plus moderne, une musique plus ouverte, plus surprenante.

    Après quelques mois d'existence, nous avons eu la chance de partir une semaine en résidence à Avignon ! On bossait toute la journée et on jouait tous les soirs ! Quand tu vis et respires ensemble pendant une semaine, humainement et musicalement, ça passe ou ça casse ! Et c'était top !

  • DragonJazz: Qu'est-ce que ce groupe Random House a de particulier parmi tes différents projets ? Quelle était ton ambition au départ ?

    Thomas: La couleur que Guillaume amène à la guitare donne une touche plus pop au projet, par rapport à mes autres groupes. Ne prenez pas pop dans le mauvais sens du terme ! Malheureusement, pour certains jazzmen, pop signifie souvent musique d'ascenseur ! Ici je veux parler d'une grande aptitude pour créer des mélodies qui chantent, des suites d'accords différentes du hardbop et une belle présence rythmique.

    Derrière ce changement 'évident' par rapport à mon Trio, il y a aussi une magnifique paire rythmique. Ruben a un son chaud, une liberté et une solidité à rude épreuve. Il laisse beaucoup d'espace à la musique et pose notre jeu. Quant à Alain, j'adore sa faculté à toujours être en mouvement, à nous surprendre. C'est un batteur très organique.

  • DragonJazz: As-tu des modèles ou des références en matière musicale qui t'ont inspiré pour la musique de l'album Sweet Day ?

    Thomas: J'ai été influencé depuis de nombreuses années par les maîtres que sont Lee Konitz, John Coltrane, Joe Henderson ou Wayne Shorter par exemple. Ces influences sont quelque part dans mon jeu. Mais au niveau du quartet, j'ai énormément écouté la scène newyorkaise actuelle. Ellery Eskelin et son Trio New York, le trompettiste Ralph Alessi et son quartet Baida, Ben Wendell, Chris Cheek, la paire Mark Turner / Kurt Rosenwinkel du début des années 2000, le Trio de Tony Malaby avec Nasheed Waits à la batterie.

  • DragonJazz: Comment définirais-tu la musique de Sweet Day ?

    Thomas: Question très difficile. Définir ma musique a toujours été un exercice compliqué ! C'est clairement du jazz moderne mais qui est très mélodique, très harmonique aussi. Quelques titres sont basés sur des lignes de basse qui tourne pendant tout le morceau. Et l'album est au final assez posé. Il y a 2 ou 3 morceaux qui pourraient être assimilés à des ballades. En live, la musique et les structures bougent plus. J'aime cette différence entre un travail plus posé en studio et une énergie plus forte en concert.

  • DragonJazz: Quelle est la part de chacun dans les compositions et les arrangements de Sweet Day ?

    Thomas: Sur le disque, j'ai gardé 4 de mes compositions et 5 sont de Guillaume. Sur tout le répertoire du groupe, c'est moitié moitié. Et aussi quelques propositions de Alain. Je fonctionne toujours comme ça dans mes projets. Ceux qui veulent amènent des choses et on garde ce qui marche le mieux ensemble. Je n'ai pas d'ego par rapport à mes propres morceaux. Les structures et les arrangements se font ensemble.

  • DragonJazz: La complicité mélodique et harmonique entre le saxophone et la guitare est particulièrement remarquable. Comment s'est concrétisée cette relation particulière ?

    Thomas: Merci ! Guillaume a fait quelques concerts avec mon Trio pour nos 10 ans en 2011. Notre connexion a fonctionné naturellement tout de suite ! La relation avec Guillaume est basée sur une envie partagée de raconter une histoire ensemble et de réagir à ce que fait l'autre. Et, comme avec tout le quartet, on se fait découvrir des trucs, on se laisse de l'espace musicalement et surtout, on passe du bon temps ! Ça se sent dans la musique.

  • DragonJazz: Où, quand et par qui l'enregistrement a-t-il été effectué ? Aurais-tu une anecdote à propos des sessions d'enregistrement qui pourrait intéresser ou amuser nos lecteurs ?

    Thomas: Enregistré par Géraldine Capart les 30 et 31 janvier et le 1er février 2017 au Jet Studios. Vincent De Bast était là depuis le début du processus et a mixé et masterisé le disque. Les morceaux se sont faits en 3 ou 4 prises maximum.

    Je rajouterais aussi le super boulot de Joop Pareyn qui a fait 5 Teasers pour la sortie de l'album et nos photos de presse (qui sont aussi dans la pochette). On s'est bien marré à tourner dans une énorme usine en rénovation cachée derrière une porte cochère dérobée près du chemin de fer à Anderlecht !

  • DragonJazz: Peux-tu expliquer le choix de la pochette avec sa petite maisonnette ?

    Thomas: C'est Simon Defosse qui nous a fait une superbe pochette. Il avait déjà fait plusieurs couvertures pour les groupes de Guillaume (LG Jazz Collectif et Harvest Group) et pour Urbex de Antoine Pierre par exemple. On lui a envoyé la musique et il nous a fait plusieurs propositions. Il est parti sur l'idée des maisons aléatoires du nom de notre groupe Random House et il a fouillé des vieilles diapos de son grand-père !

  • DragonJazz: Je me demande si les titres des morceaux font allusion à des évènements particuliers et si oui, quel rapport ces évènements ont-ils avec la musique. Par exemple, Tres Chicas, 3 Octobre, ou encore Mister Ploug pour ne prendre que ceux qui m'intriguent le plus ?

    Thomas: Mes morceaux sont souvent liés à des évènements ou à des périodes de vie. Tres Chicas est un clin d'oeil pour Uxia, Laia et Maira, mes trois chicas à la maison. Les 2 autres titres sont de Guillaume donc il faudrait voir ça avec lui ! Je suis certain qu'il se fera un plaisir d'en parler autour d'une bonne bière après un concert! Je sais que Mister Ploug est une allusion au guitariste danois Mikkel Ploug.

  • DragonJazz: Quels sont tes projets pour le futur ?

    Thomas: D'abord profiter un maximum avec Random House et essayer de se faire plus de place en Flandres et de jouer à l'étranger. Il y a aussi GribouJazz qui joue beaucoup. C'est fantastique de jouer pour les enfants dans les écoles et dans les salles ! Ca donne une énergie très positive !

    Je sais que Random House durera un bout de temps et nous pensons déjà à un invité ou à un deuxième disque pour dans quelques années.

    Et aussi continuer l'aventure de la rencontre, des nouveaux projets, des voyages et des surprises !

  • DragonJazz: Merci Thomas pour ton temps et ces réponses claires. A bientôt alors, à l'occasion d'un prochain concert.


Thomas Champagne - © Joop Pareyn


Discographie sélective de Thomas Champagne

  • 2008 - Charon's Boat (Igloo), Thomas Champagne (sax alto), Nicholas Yates (basse), Didier Van Uytvanck (drums) - CD
  • 2012 - The Sidewinders : A Little Busy (Igloo), Michel Paré (tp), Thomas Champagne (sax alto), Eve Beuvens (p), Nicholas Yates (basse), Toon Van Dionant (drums) - CD
  • 2016 - Random House : Sweet Day [EP : 6 titres] (Indépendant), Thomas Champagne (sax alto), Guillaume Vierset (guitare), Ruben Lamon (contrebasse), Alain Deval (batterie) - CD
  • 2017 - Random House : Sweet Day (Igloo Circle), Thomas Champagne (sax alto), Guillaume Vierset (guitare), Ruben Lamon (contrebasse), Alain Deval (batterie) - CD

Alain Deval, Guillaume Vierset, Thomas Champagne, Ruben Lamon - © Joop Pareyn



Vous avez aimé cette page ? Faites le savoir sur mon livre d'or


Contact pour promotion et chronique : @dragonjazz.com

[ Index | CD base | Vision | Initiation | Europe | Belge | Blues | Sélection | Liens ]
[ Les faces du jazz : 1917 - 1950 ]

[ Jazz Belge : Nouveautés | Archives ]



[ Sélections : février 98 | avril 98 | juin 98 | sept. 98 | déc. 98 | avril 99 |
| juin 99 | oct. 99 | janvier 2000 | mars 2000 | mai 2000 | juillet 2000 | octobre 2000 |
| janvier 2001 | février 2001 | avril 2001 | juin 2001 | septembre 2001 | décembre 2001 |
| février 2002 | avril 2002 | mai 2002 | juin 2002 | août 2002 | novembre 2002 |
| février 2003 | avril 2003 | septembre 2003 | octobre 2003 | décembre 2003 |
| janvier 2004 | février 2004 | mars 2004 | avril 2004 | mai 2004 | juillet 2004 | novembre 2004 |
| janvier 2005 | février 2005 | avril 2005 | juin 2005 | août 2005 | novembre 2005 |
| janvier 2006 | mars 2006 | juin 2006 | août 2006 | octobre 2006 | décembre 2006 |
| janvier 2007 | mars 2007 | avril 2007 | juin 2007 | septembre 2007 | novembre 2007 |
| janvier 2008 | mars 2008 | mai 2008 | août 2008 | octobre 2008 | décembre 2008 |
| janvier 2009 | mars 2009 | avril 2009 | juin 2009 | août 2009 | novembre 2009 |
| janvier 2010 | mars 2010 | mai 2010 | août 2010 | septembre 2010 | novembre 2010 |
| janvier 2011 | mars 2011 | mai 2011 | juillet 2011 | septembre 2011 | décembre 2011 |
| janvier 2012 | mars 2012 | juin 2012 | août 2012 | septembre 2012 | décembre 2012 |
| janvier 2013 | mars 2013 | mai 2013 | août 2013 | octobre 2013 | décembre 2013 |
| janvier 2014 | février 2014 | mars 2014 | avril 2014 | juin 2014 | octobre 2014 |
| janvier 2015 | février 2015 | avril 2015 | mai 2015 | août 2015 | novembre 2015 |
| janvier 2016 | février 2016 | mars 2016 | avril 2016 | juin 2016 | septembre 2016 | octobre 2016 |
| janvier 2017 | février 2017 | avril 2017 | août 2017 | septembre 2017 | novembre 2017 ]





Ecouter les playlists de DragonJazz : Jazz Guitarists - ECM Northern Light - Cool Fusion
Jazz in Little Belgium Vol. 1 - Jazz in Little Belgium Vol. 2


Retour à la page d'index

© DragonJazz 2017 - cdjazz@dragonjazz.com