La Sélection de Décembre 2020






Michel Mainil Quartet & Lisa Rosillo :
Victor Jara, le Poète au Chant Libre


[ Travers Emotion TRA 025 ]



01. El Derecho de Vivir en Paz (4:12)
02. Manifiesto (3:52)
03. Duerme Negrito (3:37)
04. La Cocinerita (3:00)
05. Deja la Vida Volar (5:50)
06. Lo Unico que Tengo (4:50)
07. Vientos de Pueblo (3:12)
08. Canto Libre (5:40)
09. Angelita Huenuman (4:15)
10. Te Recuerdo Amanda (5:08)
11. Gracias a la Vida (7:05)
Date de sortie : novembre 2020.

Lisa Rosillo (chant); Michel Mainil (saxophones ténor & soprano); Alain Rochette (direction musicale, piano & arrangements); Nicholas Yates (contrebasse); Antoine Cirri (drums)

Enregistré par Mario Benvenuto du 6 au 9 juillet 2020 au Palace (La Louvière, Belgique)

Cover design : Lisa Rosillo; Crédit Photos : Christian Verlent; Production : Michel Mainil



Chronique

Víctor Jara est un poète et chanteur populaire chilien. Engagé dans des activités politiques dans les années 60 et 70, il fut arrêté à Santiago pendant le coup d'État militaire du 11 septembre 1973, emprisonné, torturé et finalement exécuté quelques jours plus tard avant d'être enterré clandestinement. C'est à sa mémoire qu'est consacré ce nouvel album de la chanteuse Lisa Rosillo et du saxophoniste Michel Mainil.

A part José Bedeur, ici remplacé à la contrebasse par Nicholas Yates, l'équipe est restée la même que celle du Spanish Jazz Project, sorti il y a six ans déjà mais resté, par sa grande qualité et sa force émotionnelle, incrusté dans nos mémoires.

Sur ce nouvel album, chaque chanson raconte à nouveau une histoire, défend une idée ou affirme un engagement. El Derecho De Vivir En Paz est par exemple une vive contestation de la guerre du Vietnam (Aucun canon n'effacera le sillon de votre rizière. Le droit de vivre en paix). Cette ode à Ho Chi Minh et à la lutte vietnamienne est joliment arrangée par le pianiste Alain Rochette qui a assuré la direction musicale de l'album. Le saxophone ténor alimente ce morceau et lui donne un souffle supplémentaire qui rehausse l'impact du message, un peu comme Gato Barbieri le faisait autrefois dans ses propres compositions.

Certaines chansons ont un rythme entraînant comme Lo Unico Que Tengo (Tout Ce Que J'ai) dans laquelle le poète constate que la seule richesse qu'il possède sont ses propres mains. Un texte qui résonne de façon d'autant plus poignante quand on sait que, pendant ses derniers instants, les soldats de Pinochet lui avaient tranché les doigts en lui intimant l'ordre de chanter : les mains ensanglantées, il aurait alors obtempéré en entonnant l'hymne de l'Unité Populaire. D'autres sont plus mélancoliques comme Vientos Del Pueblo (Les Vents Du Peuple), un hommage au peuple spolié par "ceux qui parlent de liberté et qui ont les mains sales" mais qui garde néanmoins l'espoir envers et contre tout.

Ces onze chansons magnifiquement retravaillées dans une perspective "jazz" restent très respectueuses de leur auteur et de son message de paix et de liberté. L'émotion apportée par les textes de Victor Jara, retransmis par la voix de Lisa Rosillo, est bien sûr au rendez-vous et elle est encore amplifiée par la musique intelligemment réarrangée. Voilà 50 minutes qui vous apporteront à la fois une belle détente musicale et de la nourriture pour l'esprit. Qui dit mieux ?

[ Chronique par Pierre Dulieu ]




Sur Internet





Vous avez aimé cette page ? Faites le savoir sur mon livre d'or


Contact pour promotion et chronique : @dragonjazz.com

[ Index | CD base | Vision | Initiation | Europe | Belge | Blues | Sélection | Liens ]
[ Les faces du jazz : 1917 - 1950 ]

[ Jazz Belge : Nouveautés | Archives ]



[ Sélections : février 98 | avril 98 | juin 98 | sept. 98 | déc. 98 | avril 99 |
| juin 99 | oct. 99 | janvier 2000 | mars 2000 | mai 2000 | juillet 2000 | octobre 2000 |
| janvier 2001 | février 2001 | avril 2001 | juin 2001 | septembre 2001 | décembre 2001 |
| février 2002 | avril 2002 | mai 2002 | juin 2002 | août 2002 | novembre 2002 |
| février 2003 | avril 2003 | septembre 2003 | octobre 2003 | décembre 2003 |
| janvier 2004 | février 2004 | mars 2004 | avril 2004 | mai 2004 | juillet 2004 | novembre 2004 |
| janvier 2005 | février 2005 | avril 2005 | juin 2005 | août 2005 | novembre 2005 |
| janvier 2006 | mars 2006 | juin 2006 | août 2006 | octobre 2006 | décembre 2006 |
| janvier 2007 | mars 2007 | avril 2007 | juin 2007 | septembre 2007 | novembre 2007 |
| janvier 2008 | mars 2008 | mai 2008 | août 2008 | octobre 2008 | décembre 2008 |
| janvier 2009 | mars 2009 | avril 2009 | juin 2009 | août 2009 | novembre 2009 |
| janvier 2010 | mars 2010 | mai 2010 | août 2010 | septembre 2010 | novembre 2010 |
| janvier 2011 | mars 2011 | mai 2011 | juillet 2011 | septembre 2011 | décembre 2011 |
| janvier 2012 | mars 2012 | juin 2012 | août 2012 | septembre 2012 | décembre 2012 |
| janvier 2013 | mars 2013 | mai 2013 | août 2013 | octobre 2013 | décembre 2013 |
| janvier 2014 | février 2014 | mars 2014 | avril 2014 | juin 2014 | octobre 2014 |
| janvier 2015 | février 2015 | avril 2015 | mai 2015 | août 2015 | novembre 2015 |
| janvier 2016 | février 2016 | mars 2016 | avril 2016 | juin 2016 | septembre 2016 | octobre 2016 |
| janvier 2017 | février 2017 | avril 2017 | août 2017 | septembre 2017 | octobre 2017 | novembre 2017 | décembre 2017 |
| janvier 2018 | février 2018 | mars 2018 | août 2018 | septembre 2018 | novembre 2018 |
| janvier 2019 | février 2019 | avril 2019 | juin 2019 | octobre 2019 | décembre 2019 |
| janvier 2020 | février 2020 | mars 2020 | août 2020 | septembre 2020 | octobre 2020 | novembre 2020 | décembre 2020 |
| janvier 2021 ]





Ecouter les playlists de DragonJazz : Jazz Guitarists - ECM Northern Light - Cool Fusion
Jazz in Little Belgium Vol. 1 - Jazz in Little Belgium Vol. 2


Retour à la page d'index

© DragonJazz 2020