La Sélection d'Avril 2022




Tom Bourgeois : Murmures/Rumeurs



Tom Bourgeois : Murmures/Rumeurs


[ Neuklang Records ]



CD 1
1. Sonatine II
2. Stir Up A Hornet’s Nest
3. Tell Me, True Love
4. Left On The Napkin
5. Soir
6. Please
7. Slow
8. La Radio Dans La Tête
9. Isolate

CD 2
1. Sonatine II
2. Bubble’s Depot
3. Love Tell Me The Truth
4. The Familiar Note
5. Soir
6. Asleep
7. Fast
8. La tête Dans La Radio
9. Etalosi

Date de sortie : 9 avril 2022

CD 1 : Tom Bourgeois (saxophones, clarinette basse, compositions); Loïs Le Van (chant); Thibault Dille (accordéon); Florent Jeunieaux (guitare) + Veronika Harcsa (chant : 3)

CD 2 : Veronika Harcsa (chant); Tom Bourgeois (sax ténor, clarinette basse, compositions, arrangements); Ruben Verbruggen (sax alto, sax baryton); Thomas Mayade (trompette); Quinten de Craecker (trombone); Esinam Dogbatse (flute & percussions); Thibault Dille (accordéon); Florent Jeunieaux : guitare); Dorian Dumont (piano); Victor Foulon (contrebasse); Jelle van Giel (batterie)

Enregistré en février 2021 au Jet Studio à Bruxelles (Belgique).

Pochette CD : Thomas Wunsch; photos : Tibor Radvanyi




Chronique

Mis en lumière récemment dans Moanin’ Birds enregistré en duo avec le contrebassiste brésilien Fil Caporali, le saxophoniste et compositeur Tom Bourgeois propose aujourd’hui un double album pour le moins original : chacun des deux compacts est un reflet de l’autre, offrant un répertoire de neuf titres en miroir, similaires quoique différents et présentés dans des écrins qui les mettent en perspective dans des contextes distincts.

Sur le premier disque, Murmures, Tom Bourgeois est accompagné par un quartet comprenant Lois Le Van (voc), Thibault Dille (acc) et Florent Jeunieaux (g) auxquels vient s’ajouter sur un titre la chanteuse hongroise Veronika Harcsa. A l’instar de Ravel dans Sonatine II ou de John Dowland dans Tell Me True Love, la musique classique est convoquée mais loin d’être un simple emprunt, elle est ici harmonieusement réinterprétée dans les arrangements très personnels du leader. Aussi est-il impossible de cataloguer cette musique qui butine d’un style à l’autre, du baroque au contemporain et de la Renaissance au jazz de chambre, pour composer un nectar inédit. Intimistes, certains titres ont quelque chose de sacré, de solennel, quand ils ne se font pas la bande son de la célébration païenne d’un solstice quelconque au cours duquel les portes d’un monde spirituel sont brièvement entrouvertes. Un tel syncrétisme des genres associé à une instrumentation singulière contribuent à faire de ce projet une réussite aussi originale qu’insolite. Quant aux textes, écrits pour la plupart par François Vaina et reproduits en intégralité dans le livret, ils sont eux aussi poétiques avec une part de mystère comme si le stylo qui a servi à les écrire avait dansé sur les vibrations de cette musique énigmatique.

Rumeurs, le second compact, est interprété par les même musiciens auxquels viennent s’ajouter Thomas Mayade (trompette), Quinten De Craecker (trombone), Ruben Verbruggen (sax alto et baryton), Esinam Dogbatse (flûte, percussions), Dorian Dumont (piano), Victor Foulon (contrebasse) et Jelle Van Giel (batterie). Et cette fois, c’est Veronika Harcsa qui remplace Lois Le Van au micro, ce dernier n’apparaissant à son tour en invité que sur un seul morceau (Sonatine II). Avec tout ce beau monde à bord incluant une section rythmique traditionnelle, la musique est évidemment plus dense et plus jazz aussi même si, globalement, l’approche musicale et l’ambiance générale restent la même. La plus grande différence réside dans les arrangements somptueux et les passages instrumentaux où les différents solistes ont tous la chance de briller au moins une fois. Parmi les moments les plus habités, on épinglera les formidables vocalises de Veronika sur Bubble’s Depot, le solo émotionnel de trombone sur Love Tell Me The Truth, celui de guitare tout en douceur sur The Familiar Note, le jeu foisonnant de piano sur Fast, ou encore la splendide trompette lyrique qui enchante littéralement Etalosi, dernier morceau de ce second disque.

Il y a une sorte de grâce dans cette musique qui accompagne son mystère et son expressionnisme. Tom Bourgeois s’y révèle comme un compositeur rare de mélodies attrayantes ainsi qu’un arrangeur hors-pair : son savoureux double-album qui sort des sentiers battus contient assez d’idées pour être écouté de multiples fois en boucle sans qu’on puisse prétendre en avoir fait le tour. En plus, on peut y entrer par n’importe quelle plage : c’est à chaque fois une piste qui conduit tout droit à la poésie et à l’imaginaire !

[ Chronique par Pierre Dulieu ]


Tom Bourgeois, JetStudio - Photo ©Tibor Radvanyi


Sur Internet


Tom Bourgeois, JetStudio - Photo ©Tibor Radvanyi



Signez mon livre d'or Commentaires et avis sur ce site : livre d'or
DragonJazz FB
Contact pour promotion : @dragonjazz.com

[ Index | CD base | Vision | Initiation | Europe | Belge | Blues | Sélection | Liens ]
[ Les faces du jazz : 1917 - 1950 ] [ Les Faces du Jazz : 1951-1975 ]

[ Jazz Belge : Nouveautés | Archives ]



[ Sélections : février 98 | avril 98 | juin 98 | sept. 98 | déc. 98 | avril 99 |
| juin 99 | oct. 99 | janvier 2000 | mars 2000 | mai 2000 | juillet 2000 | octobre 2000 |
| janvier 2001 | février 2001 | avril 2001 | juin 2001 | septembre 2001 | décembre 2001 |
| février 2002 | avril 2002 | mai 2002 | juin 2002 | août 2002 | novembre 2002 |
| février 2003 | avril 2003 | septembre 2003 | octobre 2003 | décembre 2003 |
| janvier 2004 | février 2004 | mars 2004 | avril 2004 | mai 2004 | juillet 2004 | novembre 2004 |
| janvier 2005 | février 2005 | avril 2005 | juin 2005 | août 2005 | novembre 2005 |
| janvier 2006 | mars 2006 | juin 2006 | août 2006 | octobre 2006 | décembre 2006 |
| janvier 2007 | mars 2007 | avril 2007 | juin 2007 | septembre 2007 | novembre 2007 |
| janvier 2008 | mars 2008 | mai 2008 | août 2008 | octobre 2008 | décembre 2008 |
| janvier 2009 | mars 2009 | avril 2009 | juin 2009 | août 2009 | novembre 2009 |
| janvier 2010 | mars 2010 | mai 2010 | août 2010 | septembre 2010 | novembre 2010 |
| janvier 2011 | mars 2011 | mai 2011 | juillet 2011 | septembre 2011 | décembre 2011 |
| janvier 2012 | mars 2012 | juin 2012 | août 2012 | septembre 2012 | décembre 2012 |
| janvier 2013 | mars 2013 | mai 2013 | août 2013 | octobre 2013 | décembre 2013 |
| janvier 2014 | février 2014 | mars 2014 | avril 2014 | juin 2014 | octobre 2014 |
| janvier 2015 | février 2015 | avril 2015 | mai 2015 | août 2015 | novembre 2015 |
| janvier 2016 | février 2016 | mars 2016 | avril 2016 | juin 2016 | septembre 2016 | octobre 2016 |
| janvier 2017 | février 2017 | avril 2017 | août 2017 | septembre 2017 | octobre 2017 | novembre 2017 | décembre 2017 |
| janvier 2018 | février 2018 | mars 2018 | août 2018 | septembre 2018 | novembre 2018 |
| janvier 2019 | février 2019 | avril 2019 | juin 2019 | octobre 2019 | décembre 2019 |
| janvier 2020 | février 2020 | mars 2020 | août 2020 | septembre 2020 | octobre 2020 | novembre 2020 | décembre 2020 |
| janvier 2021 | mars 2021 | avril 2021 | juin 2021 | septembre 2021 | octobre 2021 | novembre 2021 |
| février 2022 | mars 2022 | juin 2022 | juillet 2022 | septembre 2022 ]





Ecouter les playlists de DragonJazz : Jazz Guitarists - ECM Northern Light - Cool Fusion
Jazz in Little Belgium Vol. 1 - Jazz in Little Belgium Vol. 2 - Jazz in Little Belgium Vol. 3


Retour à la page d'index

© DragonJazz 2022