Jazz & Fusion : Sélection 2020





Retrouvez sur cette page une sélection des grands compacts, nouveautés ou rééditions, qui font l'actualité. Dans l'abondance des productions actuelles à travers lesquelles il devient de plus en plus difficile de se faufiler, les disques présentés ici ne sont peut-être pas les meilleurs mais, pour des amateurs de jazz et de fusion, ils constituent assurément des compagnons parfaits du plaisir et peuvent illuminer un mois, une année, voire une vie entière.

A noter : les nouveautés en jazz belge font l'objet d'une page spéciale.


Eleven Mike Stern - Jeff Lorber Fusion : Eleven (Concord Jazz), USA, 27 septembre 2019.

1. Righteous (4:01) - 2. Nu Som (5:28) - 3. Jones Street (7:28) - 4. Motor City (4:04) - 4. Big Town (5:05) - 6. Slow Change (8:38) - 7. Tell Me (5:0127) - 8. Ha Ha Hotel (5:12) - 9. Rhumba Pagan (4:09) - 10. Runner (4:24). Enregistré les 20 et 21 mai 2019 au Blackbird Music Studio, Berlin

Mike Stern (guitare); Jeff Lorber (claviers); Jimmy Haslip (basse); Dave Weckl (drums); Vinnie Colaiuta (drums); Gary Novak (drums); Dave Mann (cuivres); Leni Stern (ngoni).


On peut dire que Mike Stern a un talent certain pour choisir ses complices. Après Yellowjackets, Jan Gunner, Eric Johnson, Dave Weckl et quelques autres, il s'allie aujourd’hui au claviériste Jeff Lorber, lui-même auteur de pas mal d'albums de jazz fusion mais à tendance plus douce (proche du smooth jazz). Avec Mike Stern qui est un musicien beaucoup plus mordant à bord, la musique est au croisement de deux approches différentes, ce qui a engendré un style intermédiaire à la fois accessible et sophistiqué avec, en plus, une pointe d'humour. D'ailleurs, le titre de l'album fait référence au film parodique Spinal Tap dans lequel le guitariste expliquait fièrement que son potentiomètre de volume avait onze degrés, soit un de plus que la normale, pour un extra de puissance en concert.

Le résultat est ainsi un jazz-rock esthétique et plein de groove, funky même comme sur Ha Ha Hotel qui évoque carrément les fabuleux Brecker Brothers. Mike Stern y délivre un solo de guitare pyrotechnique tandis que Jeff Lorber qui joue ici de l'orgue Hammmond conclut en réduisant le studio en cendres. Cette composition, qui était apparue pour la première fois sur l'album Is What It Is de Mike Stern en 1994, est ici revivifiée dans une version définitive.

Coproduit par le bassiste Jimmy Haslip (Yellowjackets) et bénéficiant, entre autres, de la présence remarquable des batteurs Dave Weckl et Vinnie Colaiuta, Eleven réunit le meilleur de deux mondes en offrent une fusion à la fois mélodique et incendiaire, de quoi plaire à tout le monde.

[ Chronique de Pierre Dulieu ]

[ Eleven (CD / Digital) ]
[ A écouter : Ha Ha Hotel ]








Les News plus anciennes sont toujours en ligne : Jazz News 2019 (2e semestre)

Vous avez aimé cette page ? Faites le savoir sur mon livre d'or.

[ Index | CD base | Vision | Initiation | Europe | Belge | Blues | Sélection | Liens ]

[ NEWS : 1998-1999 | 1999-2000 | 2000-2001 | 2001-2002 | 2002-2003 | 2003-2004 | 2004-2005 | 2005-2006 | 2006-2007 | 2007-2008
| 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 (1) | 2015 (2) | 2016 (1) | 2016 (2) | 2017 (1) | 2017 (2) | 2018 (1) | 2018 (2) | 2018 (3) ]


[ Les faces du jazz : 1917 - 1950 | Jazz Européen : Autres Suggestions ]

Ecouter les playlists de DragonJazz : Jazz Guitarists - ECM Northern Light - Cool Fusion

Retour à la page d'index


© 1998-2019 DragonJazz