CD NEWS : les Nouvelles du Disque (2013)

Chroniques de Pierre Dulieu et Albert Maurice Drion




Retrouvez sur cette page une sélection des grands compacts, nouveautés ou rééditions, qui font l'actualité. Dans l'abondance des productions actuelles à travers lesquelles il devient de plus en plus difficile de se faufiler, les disques présentés ici ne sont peut-être pas les meilleurs mais, pour des amateurs de jazz et de fusion progressive, ils constituent assurément des compagnons parfaits du plaisir et peuvent illuminer un mois, une année, voire une vie entière.

A noter : les nouveautés en jazz belge font l'objet d'une page spéciale.




Chick Corea : The Vigil (Concord Jazz), 2013

Galaxy 32 Star 4 (8:21) - Planet Chia (11:07) - Portals to Forever (16:05) - Royalty (9:20) - Outside of Space (5:01) - Pledge for Peace (17:36) - Legacy (10:00) - Durée Totale : 77'29"

Chick Corea (claviers); Tim Garland (sax ténor et soprano, clarinette basse, flûte); Charles Altura (guitare electrique et acoustique); Hadrien Feraud (basse); Marcus Gilmore (drums); Pernell Saturnino (percussions sur 1 à 3); Gayle Moran Corea (vocals sur 5); Stanley Clarke (basse sur 6); Ravi Coltrane (saxophone sur 6)

La pochette renvoie illico au légendaire Romantic Warrior de Return To Forever, indiquant ainsi que Corea est revenu une fois encore au jazz-rock. Et Galaxy 32 Star 4, premier titre de l'album, le confirme : The Vigil est effectivement un disque de fusion auquel participe aussi le bassiste vétéran et virtuose Stanley Clarke qui solote avec volupté sur l'épique Pledge For Peace. Pour le reste, c'est un groupe de jeunes et talentueux musiciens que Corea initie aux plaisirs de l'improvisation électrique et il faut dire qu'il a rarement été aussi bien entouré. On mentionnera en particulier le saxophoniste anglais Tim Garland (soprano, ténor, flûte et clarinette basse) qui rappelle les beaux jours du tandem Corea - Joe Farrell et le batteur Marcus Gilmore, le petit-fils de Roy Haynes si impressionnant au sein du Vijay Iyer Trio, qui fait preuve ici d'une extraordinaire versatilité (écoutez-le sur Royalty qui un hommage à son grand-père Roy). Quant au bassiste français Hadrien Féraud, c'est l'un des nouveaux prodiges de l'instrument dont on n'a pas fini d'entendre parler. Le plus surprenant restant quand même le quasi inconnu Charles Altura, un guitariste polyvalent, aussi à l'aise en acoustique qu'en électrique qui, par sa sonorité et son jeu legato, évoque le meilleur du grand Allan Holdsworth. Avec un tel équipage, Corea parvient à surprendre et surtout à faire la synthèse d'une carrière qui dure depuis cinq décades et au cours de laquelle il a abordé toutes sortes de musiques improvisées. Car tout n'est pas électrique et Corea joue aussi du grand piano à côté du Moog et du Rhodes (émulé, il est vrai, sur un synthé). Il compose des thèmes forts qui restent en mémoire, invente de nouvelles espagnolades sur Planet Chia et pousse ses complices au bout de leurs capacités dans des swing forcenés irrésistibles (ce Portals To Forever qui fuse à vitesse-lumière). Sur Pledge For Peace, Féraud et Garland sont remplacés respectivement par Clarke et Ravi Coltrane pour une exploration modale pleine de verve et de feu en un éblouissant hommage à John Coltrane. Sur son fringuant destrier, dans une armure sans rouille et qui brille comme du platine au soleil, le chevalier Corea, quand même âgé de 72 ans, passe le flambeau aux jeunes générations mais continue de jouter avec eux avec la même férocité et la même passion qu'autrefois.

[ The Vigil (CD & MP3) ]
[ Galaxy 32 Star 4 (extrait de The Vigil) ] [ Legacy (extrait de The Vigil) ]
Tonbruket: Nubium Swimtrip (ACT), 2013

A Road (to Anders Burman) (5:10) - Nightmusic (6:45) - Little Bruk (5:13) - Liga (7:12) - Nubium Swimtrip (7:59) -The Harmonist (4:51) - Dukes and Wells (7:17) - Arbat (5:56) - Peace (4:07) - Closing (3:36) - Floatsome (3:33) - Durée Totale : 61'39"

Dan Berglund (contrebasse); Martin Hederos (piano, claviers, violon); Johan Lindström (guitare, pedal steel, claviers); Andreas Werliin (drums, percussions), Magnus Holmström (nyckelharpa sur 4). Enregistré par Ake Linton et Johan Lindström aux Studios Abbey Road et Hammarby, printemps 2013. L'album est dédié à Ake Linton considéré comme le cinquième membre du groupe.

Quasiment en même temps que le batteur Magnus Ostrom, c'est cette fois le bassiste du défunt Esbjorn Svensson Trio qui sort un nouvel album. Comme son ancien complice, Dan Berglund est lui aussi passionné par le son, et sa passion s'étendant également au rock classique, il a choisi d'enregistrer sa musique dans les mythiques studios Abbey Road. Toutefois, plus que les Beatles, ce sont les climats aériens du Pink Floyd et la performance sonique du célèbre Dark Side Of The Moon, qui y fut enregistré entre mai 1972 et janvier 1973, qui ont inpiré Tonbruket (Atelier Sonore en suédois). Le résultat est une fusion étonnante d'influences diverses, bien plus proche du prog que du jazz, ce dernier n'apparaissant vraiment dans une forme pure que sur la ballade au piano intitulée Little Bruk. Pour le reste, on a droit à un florilège dynamique de musiques progressistes ici sombres et oppressantes, et là, atmosphériques et planantes. Parfois, comme sur Liga, un violon se combine aux synthés en procurant à la composition une lointaine nuance orientale d'origine inconnue. Ailleurs, c'est une pedal steel guitare qui fait monter en spirale des volutes de fumée multicolore comme dans Ummagumma ou le grand happening floydien sur le volcan de Pompei (Nubium Swimstrip). Le plus étrange consiste en ces petites pièces peuplées de bruitages et centrées sur des rythmes hypnotiques qui s'abreuvent au krautrock expérimental des seventies (The Harmonist) à moins bien sûr que ce ne soit du post-rock velouté ultra moderne (Nightmusic). Et enfin, il y a ces amples compositions évanescentes qui évoquent des paysages sonores imaginaires comme savent si bien le faire Sigur Ros ou Brian Eno et ses acolytes des séries "Ambient" (le mystérieux Closing et Floatsome). Quoi qu'il en soit, on l'aura compris, la musique de Tonbruket est bien difficile à catégoriser. Dan Berglund (b), Martin Hederos (claviers et violon), Johan Lindström (guitares et pedal steel) et Andreas Werliin (drums) sont certes des musiciens de jazz accomplis mais le fait de les voir ainsi créer une musique d'une sensibilité différente, sans improvisations démesurées, et qui se référe au monde du rock, est tout à fait réjouissant. Magnifiquement enregistré par l'ingénieur du son Ake Linton (Anders Jormin, Bobo Stenson, Yaron Herman Trio et bien sûr E.S.T.), Nubium Swimtrip, tout comme Searching Of Jupiter de Magnus Ostrom dans un autre registre, est un vrai disque de rock progressiste multifacettes recommandé à tous ceux qui apprécient le genre dans une version ouverte et instrumentale où le jazz n'est qu'une influence parmi d'autres. Recommandé !

[ Nubium Swimtrip (CD & MP3) ]
[ Tonbruket: Nubium Swimtrip teaser ]
Magnus Ostrom : Searching For Jupiter (ACT), 2013

The Moon (And The Air It Moves) (7:07) - Dancing At The Dutchtreat (5:02) - Mary Jane Doesn't Live Here Anymore (4:24) - Searching For Jupiter (9:30) - Hour Of The Wolf (6:38) - Through The Sun (5:47) - Happy And The Fall (5:33) - Jules And Jim's Last Voyage (5:18) - At The End Of Eternity (7:15)

Magnus Ostrom (drums, percussions, voix, claviers); Andreas Hourdakis (guitare, banjo); Daniel Karlsson (piano, claviers); Thobias Gabrielson (basse et synthés). Enregistré par Janne Hansson au Studio Atlantis, Stockholm, 28 janvier au 1er février 2013

Cette musique s’abreuve à deux sources. La première est le trio E.S.T. dont Ostrom fut le batteur jusqu’à la mort tragique de son leader, Esbjörn Svensson, en juin 2008 pendant une plongée sous-marine. On retrouve ici le même appétit pour les sons et les climats aériens qui rendaient la musique de E.S.T. si moderne, à mi-chemin entre le rock progressif, la musique d’ambiance électronique et le jazz. La seconde source est Pat Metheny ou, plus exactement, cette fusion électro-acoustique particulière que le guitariste créa pour le label ECM à la fin des années 70 (Watercolors, New Chautauqua, American Garage...). Elle-aussi est atmosphérique, propice au voyage et à la méditation. Ces deux univers compatibles s’étaient d’ailleurs déjà rencontrés comme en témoigne le DVD d’un concert donné au Festival Jazz Baltica (Allemagne) en 2003 - voir la vidéo référencée ci-dessous - et Metheny joua aussi en invité sur un titre de Thread Of Life (ACT), le disque précédent de Magnus Ostrom paru en 2011. Toutefois, le guitariste américain n’apparaît pas sur cet album, Ostrom étant désormais entouré d’un groupe soudé et compétent composé d’Andreas Hourdakis (gt), de Thobias Gabrielson (b) et du pianiste Daniel Karlsson. Cinq années après le décès de Svensson, la douleur semble enfin s’apaiser : la musique renoue avec les mélodies et une paix intérieure tandis que l’espoir et l’optimisme refont surface comme en témoignent les musiques quasi joyeuses de Dancing At The Dutchtreat et de Happy And The Fall ainsi que le dernier titre du répertoire (At The End Of Eternity). Au final, Searching For Jupiter est un album magnifique qui reprend la créativité musicale là où le Esbjörn Svensson Trio l’avait laissée et c’est tant mieux !

[ Searching For Jupiter (CD & MP3) ] [ Vidéo : Magnus Ostrom / The Moon (And The Air It Moves) ]
[ Esbjorn Svensson Trio, Schleswig Chamber Orchestra et Pat Metheny, Jazzbaltica, 2003 ]
Terje Rypdal : Melodic Warrior (ECM), 2013

Melodic Warrior op.79 : Awakening (3:05) - Easy Now (4:30) - Song Of Thunders (2:54) - The Secret File (5:48) - Easy Living (4:25) - But Then Again (3:39) - A Prayer (6:13) - Magician Song (9:13) - The Morning Star (4:09) - And The Sky Was Coloured With Waterfalls And Angels op.97 : I (6:50) - II (7:00) - III (7:50) - IV (5:29)

Melodic Warrior : Terje Rypdal (guitare); The Hilliard Ensemble; Bruckner Orchester Linz conduit par Dennis Russell Davies. Enregistré au Brucknerhaus Linz en 2003 And The Sky Was Coloured With Waterfalls And Angels op.97 : Terje Rypdal (guitare); Wroclaw Philharmonic Orchestra conduit par Sebastian Perloswski. Enregistré au Jazztopad Festival de Wroclaw en 2009.

La première partie de ce disque est consacrée à la suite Melodic Warrior en neuf mouvements, enregistrée live en 2003, avec l’orchestre Bruckner et le célèbre groupe vocal britannique The Hilliard Ensemble. Si ce dernier nom évoque tout de suite les fameux albums éthérés réalisés en compagnie du saxophoniste norvégien Jan Garbarek (Officium, Mnemosyne et Officium Novum), la musique est par contre très différente, ne se rattachant pas à un genre quelconque sinon à la musique symphonique contemporaine et aux œuvres inclassables du compositeur György Ligeti (utilisées à plusieurs reprises par le réalisateur Stanley Kubrick dans 2001 l'Odyssée de l'espace, The Shining et Eyes Wide Shut). Les longues notes en sustain de la guitare électrique du leader planent au-dessus des cordes, installant des ambiances dramatiques tandis que l’ensemble The Hilliard chante des poèmes écrits par les Natifs américains. La seconde partie de l’album offre la suite And The Sky Was Coloured With Waterfalls And Angels interprétée live en 2009 en compagnie du Wroclaw Philharmonic. Aussi expressive que la première, cette suite en quatre mouvements est toutefois plus sombre et plus explosive. Dans les deux cas, on est confronté à une œuvre prenante et aventureuse d’une grande originalité, le guitariste ayant réussi à créer, disque après disque, une musique de chambre aux confins du jazz-rock électrique et de la musique classique moderne qui n’appartient qu’à lui.

[ Melodic Warrior (CD & MP3) ]
Charles Lloyd Quartets (ECM 2316-20 - Coffret 5 CD), 2013

CD 1 - Fish Out Of Water (ex ECM 1398) : Fish Out Of Water - Hagia Sophia - The Dirge - Bharati - Eye Of Love - Mirror - Tellaro; Enregistré en juillet 1989
CD 2 - Notes From Big Sur (ex ECM 1465) : Requiem - Sister - Pilgrimage To The Mountains (Part 1 Persevere) - Sam Song - Takur - Monk In Paris - When Miss Jessye Sings - Pilgrimage To The Mountains (Part 2 Surrender); Enregistré en novembre 1991
CD 3 - The Call (ex ECM 1522) : Nocturne - Song - Dwija - Glimpse - Imke - Amarma - Figure In Blue, Memories Of Duke - The Blessing - Brother On The Rooftop; Enregistré en juillet 1993
CD 4 - All My Relations (ex ECM 1557) : Piercing The Veil - Little Peace - Thelonious Theonlyus - Cape To Cairo Suite (Hommage To Mandela) - Evanstide, Where Lotus Bloom - All My Relations - Hymne To The Mother - Milarepa; Enregistré en juillet 1994
CD 4 - Canto (ex ECM 1635) : Tales Of Rumi - How Can I Tell You - Desolation Sound - Canto - Nachiketa’s - Lament - M - Durga Durga; Enregistré en décembre 1996


Charles Lloyd (saxophone ténor, flûte, hautbois chinois, hautbois thibétain); Bobo Stenson (piano); Palle Danielsson double ou Anders Jormin (contrebasse); Jon Christensen ou Ralph Peterson ou Billy Hart (drums).

Après avoir contribué au début des années 80 à imposer le pianiste Michel Petrucciani sur la scène internationale, Charles Lloyd est entré dans une longue période de silence marquée par des problèmes de santé dont il n'émergera qu'en 1988. S'associant alors avec le pianiste Bobo Stenson et d'autres musiciens scandinaves, il va enregistrer pour le label ECM, de 1989 à 1996, cinq albums qui, pour beaucoup d'amateurs, constituent un jalon essentiel de sa discographie. Ce sont eux qui sont inclus dans ce coffret édité en mars 2013 par ECM dans sa série Old & New Masters, juste à temps pour fêter le 75ème anniversaire du saxophoniste. La rythmique varie d'un disque à l'autre mais le dénominateur commun de cette musique est l'extraordinaire complicité qui s'est immédiatement installée entre Lloyd et le pianiste Bobo Stenson qui deviendra bientôt lui aussi l'un des grands solistes du label munichois. L'interaction magique entre ces deux musiciens atteindra son apogée sur Canto (1996), véritable chef d'oeuvre lyrique rempli d'une spiritualité universelle qui, à l'instar du Crescent ou de A Love Supreme de John Coltrane, exsude des improvisations modales. On n'oubliera pas non plus de mentionner la justesse des lignes de basse d'Anders Jormin ainsi que le jeu subtil du batteur Billy Hart qui contribuent à faire de cet album une des pièces majeures du catalogue ECM et du jazz des années 90. Ceci dit, le premier de la série, Fish Out Of Water, sorti sept années plus tôt, est déjà remarquable, imposant un style post-coltranien à la fois hanté et mystique qui prendra de plus de consistance au fil des albums. Aidé ici par la rythmique impressionniste du quartet européen de Keith Jarrett (Palle Danielsson à la basse et Jon Christensen à la batterie), Lloyd y déploie son immense talent d'improvisateur et démontre en passant sur Haghia Sophia et Tellaro qu'il est aussi un flûtiste accompli. Ce superbe objet est recommandé à tous les mélomanes et en particulier à ceux qui ne possèdent encore aucun des cinq disques originaux qu'il contient, disques qui ne ne furent d'ailleurs pas reconnus à l'époque comme les véritables chefs d'oeuvre qu'ils sont en réalité.

[ Quartets (CD & MP3) ]
Joshua Redman : Walking Shadows (Nonesuch), 2013

The Folks Who Live on the Hill (4:00) - Lush Life (6:42) - Stop This Train (4:42) - Adagio (3:14) - Easy Living (5:31) - Doll Is Mine (5:55) - Infant Eyes (5:05) - Let It Be (5:12) - Final Hour (2:42) - Last Glimpse of Gotham (3:26) - Stardust (5:50)

Joshua Redman (saxophone); Brad Mehldau (piano); Larry Grenadier (bass); Brian Blade (drums) + orchestre de chambre - Enregistré du 27 au 29 september 2012 aux Studios Avatar, New York.

Sans doute parce que le label Nonesuch ne roule pas sur l'or, Joshua Redman n'a eu droit qu'à cinq heures de studio avec un petit orchestre de chambre pour enregistrer son Walking Shadows. Mais le résultat est impressionant. Avec le pianiste Brad Mehldau à bord, également responsable avec Dan Coleman de quelques arrangements, on pense forcément à Highway Rider qui a probablement inspiré cet album de ballades. Incluant, en plus de compositions originales, aussi bien des standards (Lush Life de Billy Strayhorn, The Folks Who Live On The Hill de Jerome Kern, Stardust) que des adaptations de musique classique (l'Adagio en ut majeur de la Toccata BWV 564 de Bach) et de chansons pop (Stop This Train de John Mayer et Let It Be des Beatles), le répertoire se déroule comme un tapis de velours dans un décor lyrique plein de fastes et de couleurs. Rarement, le saxophone sophistiqué de Redman, qu'il soit ténor ou soprano, n'a paru aussi romantique que sur ce disque, véhiculant des tonnes d'émotion que ce soit en interaction avec son quartet de stars, avec l'orchestre ou avec les deux à la fois. Et paradoxalement, le discours a pris du poids tandis qu'il se dégage souvent de cette musique claire et accessible une gravité et une profondeur qui n'existaient pas dans les premiers albums du fils de Dewey Redman. En ce sens, même s'il risque de décevoir les amateurs d'un jazz plus pétillant et moins confortable, Walking Shadows marque une nouvelle évolution dans la carrière du saxophoniste qui, à l'âge de 44 ans, ne s'est encore jamais montré à court d'idées.

[ Walking Shadows (CD & MP3) ]
Ibrahim Maalouf : Wind (Mister Productions), 2012 - [ Chronique de Albert Maurice Drion ]

Doubts (3:13) - Suspicions (7:10) - Waiting (4:50) - Questions & Answers (4:38) - Waiting 2 (0.55) - Excitement (6:45) - Certainly (6:08) - Sensuality (7:41) - Issues (6:03) - Surprises (6:27) - Doubts 2 (4:54) - Mistery (3:25)

Ibrahim Maalouf (trompette); Larry Grenadier (contrebasse); Clarence Penn (batterie); Mark Turner (saxophone tenor); Frank Woeste (piano) - Enregistré "live" en mai 2011 au Systems Two Recording Studio, New York City.

Le trompettiste, Ibrahim Maalouf, est né au Liban. Il quitte son pays alors en guerre pour vivre en France. Il ne découvrira le jazz vers ses 17-18 ans. Son père, musicologue, l’initiera très tôt à la culture musicale arabe. Le paternel mettra également dans ses mains cette trompette à quart de ton dont il est l’inventeur avec le professeur français Maurice André. Ibrahim Maalouf, c’est d’abord un son unique qui provient, sans aucun doute, de l’utilisation de cet instrument particulier mais aussi surtout de cette capacité à développer une articulation d’une grande pureté et fluidité, s’infléchissant par intermittence sous des accents plus rugueux, apportant ainsi aux dix compositions de l’album tout le relief nécessaire à une écoute attentive et captivante. Wind, quatrième album du trompettiste, réunit, au-delà de ces atouts indéniables, tous les ingrédients de la réussite. Des musiciens de haut vol : un trio d’instrumentistes newyorkais de haut vol et dont la réputation n’est plus à faire (le contrebassiste Larry Grenadier, le batteur Clarence Penn et le saxophoniste Mark Turner dont la sonorité se marie magnifiquement avec celle du trompettiste), et un claviériste ami et complice du leader qui, petit à petit, s’impose comme une valeur sûre de la scène jazz française. Les compositions sont attachantes, pour la plupart caractérisées par des structures simples où les solistes ont toute la liberté d’ériger les contours d’un climat souvent empreint d’une grande sérénité, toujours riche en émotion, et privilégiant fréquemment la sensualité ou encore le mystère. Des climats ponctués aussi çà et là de sonorités orientales sans que cela n’atténue le choix délibéré d’Ibrahim Maalouf de s'inscrire dans la tradition d’un jazz de facture classique. Wind, plaisir des oreilles mais également plaisir des yeux. L’album se présente en effet sous la forme d'un luxueux coffret comprenant deux livrets dont l'un propose une magnifique suite graphique qui illustre de la meilleure manière aussi bien toute la cohérence et l’équilibre de l’œuvre que le plaisir qu’on éprouve à son écoute.

[ Wind (CD & MP3) ]
Miles Davis Quintet : Live In Europe 1969 - The Bootleg Series Volume 2 (Sony Music / Columbia Legacy), 2013

CD1 (Festival du Jazz d’Antibes, Juan-les-Pins, France, 25/07/1969): : Introduction by André Francis - Directions - Miles Runs The Voodoo Down - Milestones - Footprints - 'Round Midnight - It's About That Time - Sanctuary - The Theme
CD2 (Festival du Jazz d’Antibes, Juan-les-Pins, France, 26/07/1969): Introduction by André Francis - Directions - Spanish Key - I Fall In Love Too Easily - Masqualero - Miles Runs The Voodoo Down - No Blues - Nefertiti - Sanctuary - The Theme
CD3 (The Newport Jazz Festival in Europe, Stockholm, 05/11/1969): Introduction by George Wein - Bitches Brew - Paraphernalia - Nefertiti - Masqualerio (incomplete) - This
DVD (Berlin Philharmonie, 07/11/1969): Introduction - Directions - Bitches Brew - It's About That Time - I Fall In Love Too Easily - Sanctuary - The Theme

Miles Davis (tp); Wayne Shorter (ts, as); Chick Corea (Fender Rhodes, piano); Dave Holland (b); Jack DeJohnette (drums)

Certains pensent qu’il y a un chainon manquant entre le second quintet de Miles Davis (incluant Tony Williams, Wayne Shorter, Herbie Hancock et Ron Carter) et la formation élargie ayant enregistré l’album Bitches Brew, célèbre pour avoir modifier le cours du jazz. Et cette production tardive de concerts enregistrés en 1969 sur le continent européen n’est pas loin de leur donner raison. On y entend en effet le « troisième quintet » de Miles qui, pour d’obscures raisons, ne fut jamais enregistré sous cette forme par le label Columbia. La valeur de ces enregistrements historiques est d’autant plus grande qu’à l’époque, Miles incluait dans un répertoire éclectique des morceaux issus de ses différentes périodes stylistiques : « bop et standards » (’Round Midnight, I Fall In Love Too Easily), modale (Milestones), « second quintet » (Nefertiti, Footprints, Masqualero, Paraphernalia) et électrique (Spanish Key, Miles Runs The Voodoo Down, Bitches Brew), ce qu’il ne fera plus jamais par la suite. Enfilant le costume du génial Tony Williams, Dejohnette se montre un batteur étonnamment agressif et inventif, parfaitement en phase avec les lignes de basses profondes et groovy de Dave Holland. Affichant une assurance technique étourdissante, Shorter et Davis sont eux-aussi dans une forme éblouissante qui reflète le choix de vie de musiciens qui, à ce moment-là, avaient fait une croix sur les substances interdites et opté pour une alimentation macrobiotique. Mais le plus impressionnant de tous est le pianiste Chick Corea qui est à la fois à l’eau et au moulin, assurant les harmonies et prenant aussi des solos d’anthologie avec un maximum de risques, détournant d’anciennes mélodies en de fulgurantes et modernes improvisations. Son rôle, qui est occulté par la présence d’un guitariste (McLaughlin) et d’autres claviers (Joe Zawinul et Larry Young) sur l’ enregistrements en studio de Bitches Brew, est ici mis en avant, dévoilant une maîtrise du Fender Rhodes qui n'a jamais été égalée. Même la vidéo enregistrée à Berlin montre en son et image un ensemble hors-normes au sommet de ses possibilités. Ne vous laissez surtout pas abuser par le mot « bootleg » sur la pochette : ces moments d’histoire ont été fort bien remastérisés par l’ingénieur de Sony, Mark Wilder, à partir des masters originaux heureusement conservés dans leurs archives par les différents centres de diffusion européens. L’idée que l’on peut se faire de l’évolution du trompettiste à un tournant essentiel de son histoire personnelle, qui coïncide par ailleurs avec celui de la musique populaire, ne saurait être ni correcte ni complète sans avoir entendu l’extraordinaire musique de ce « quintet perdu ».

[ Miles Davis Quintet: Live In Europe 1969 - The Bootleg Series Vol. 2 (CD & MP3) ]
Wayne Shorter Quartet : Without A Net (Blue Note), 2013

Orbits (4:49) – Starry Night (8:48) - S.S. Golden Mean (5:17) - Plaza Real (6:56) – Myrrh (3:03) – Pegasus (23:08) – Flying down to rio (12:04) - Zero Gravity To The 10th Power (8:14) - (The Notes) Unidentified Flying Objects (4:13)

Wayne Shorter (sax soprano et ténor); Danilo Pérez (piano); John Patitucci (basse); Brian Blade (drums)

Depuis la formation de son dernier quartet il y a une dizaine d’années et son nouvel intérêt pour un jazz acoustique longtemps délaissé au profit d’une musique plus fusionnelle, Wayne Shorter s’est réaffirmé comme le grand visionnaire qu’il était déjà dans les années 60 quand il alignait des chefs d’œuvre comme Juju (1964), Speak No Evil (1965) et Adam's Apple (1966). Toutefois, sa musique est aujourd’hui devenue plus cérébrale comme en témoignait déjà son précèdent album sorti en 2005 (Beyond The Sound Barrier). Apres une aussi longue absence, Without A Net était d’autant plus attendu qu’il marque le retour du saxophoniste âgé de 80 ans dans le giron de son label fétiche, Blue Note. Rassemblant principalement des extraits de la tournée européenne de 2011, le répertoire inclut quelques anciennes compositions comme Orbits, qui date de l’époque du Mile Davis Quartet (Miles Smiles, 1967) ou Plaza Real, l’une de ses grandes contributions au répertoire de Weather Report (Procession, 1983) mais il renferme aussi six nouvelles compositions comme Myrrh, Starry Night et S.S. Golden Mean qui bénéficient de l’entente magique entre le leader et ses complices Danilo Perez (piano), John Patitucci (bass), et Brian Blade (drums). Tranchant sur les autres morceaux, le titre fleuve Pegasus, qui dépasse les 23 minutes, est ancré dans un arrangement sophistiqué avec des instruments à vent joués par le quintet de musique de chambre Imani Winds. Ici, on est carrément à mi-chemin entre le jazz improvisé et le répertoire classique moderne. On pourra lui préférer la relecture en forme de déconstruction de Flying Down To Rio, un thème chanté jadis par Fred Astaire dans une comédie musicale de 1933: le quartet y apparait beaucoup plus dynamique et interactif. Plus exigeant et ambitieux, plus abstrait aussi et donc forcément moins accessible, Without A Net ne plaira pas à tout le monde mais il n’en reste pas moins un grand disque de jazz moderne et innovant, un de plus à porter au crédit de cette véritable légende qu’est Wayne Shorter.

[ Without A Net (CD & MP3) ]
Chris Potter : The Sirens (ECM), 2013

Wine Dark Sea (8:49) – Wayfinder (6:52) - Dawn (With Her Rosy Fingers) (7:26) - The Sirens (8:39) – Penelope (7:16) – Kalypso (8:25) – Nausikaa (5:43) - Stranger at the Gate (8:15) - The Shades (2:11)

Chris Potter (saxophones soprano et ténor, clarinette basse); Craig Taborn (piano); David Virelles (piano preparé, piano, célesta, harmonium; Larry Grenadier (contrebasse); Eric Harland (drums) - Enregistré en septembre 2011 aux Studios Avatar, New York. Produit par Manfred Eicher.

Fait assez peu courant dans le monde du jazz, The Sirens est un vrai concept album comme on en rencontre plutôt dans le rock progressif. Inspirée par le récit d’Homère, L’Odyssée, la musique évoque des sentiments profonds et universels comme l’exaltation spirituelle qui précède un long voyage (Wine Dark Sea), le romantisme lié à la navigation sur des océans exotiques (Dawn With Her Rosy Fingers), le trouble naissant de rencontres mystérieuses (The Sirens), sans oublier les lamentations du navigateur solitaire (Penelope). A l’instar de Michael Brecker, Chris Potter sait tout faire et son saxophone exprime une gamme infinie d’émotions, traduisant avec une belle perspicacité la dimension épique du récit qu’il a choisi d’illustrer. Pour son premier disque en solo sur le label ECM, il s’est entouré de musiciens hors-pairs comme le pianiste virtuose à géométrie variable Craig Taborn, l’inamovible bassiste Larry Grenadier, et le batteur Texan Eric Harland. Plus un quasi inconnu nommé David Virelles, Cubain d’origine, qui ajoute un peu de poésie abstraite à l’ensemble avec son piano préparé, son harmonium et son célesta (un instrument hybride entre glockenspiel et piano). Il faut écouter en particulier l’interaction entre lui et Taborn sur Nausikaa et sur The Shades, un titre atmosphérique minimaliste et le seul qui ne soit pas de la plume de Potter. Doté d’une sonorité magnifique, The Sirens est un album éclectique et original. Il témoigne que le jazz moderne peut aussi être un art dramatique qui permet, à travers la musique écrite et les échanges individuels spontanés, de partager les plus grands sentiments humains.

[ The Sirens (CD & MP3) ]
Michael Formanek Quartet : Small Places (ECM), 2012

Small Places (5:19) – Pong (6:36) - Parting Ways (18:05) - Rising Tensions And Awesome Light (9:00) - Slightly Off Axis (5:05) - Seeds And Birdman (12:36) - Wobble And Spill (6:24) - Soft Reality (8:12)

Tim Berne (saxophone alto); Craig Taborn (piano); Michael Formanek (contrebasse); Gerald Cleaver (drums, shruti box) - Enregistré en décembre 2011 aux Studios Avatar, New York

Après l’album The Rub And Spare Change, sorti en 2010, qui reçut un accueil unanime et plaça en un coup de maître le quartet de Michael Formanek en orbite, Small Places enfonce le clou. Il y a bien longtemps qu’un groupe de ce calibre ne s’était pas fait entendre. Tim Berne au sax alto, Craig Taborn au piano et Gerald Cleaver à la batterie (le seul des quatre hommes à ne pas avoir fait de disque en solo pour ECM) interprètent les compositions du leader avec une intelligence hors du commun. Certes, la musique est complexe, sophistiquée, cérébrale, et même parfois avant-gardiste (Parting Ways) mais elle est aussi émotionnelle, délicate, mystérieuse et somptueuse, la brillance légendaire des enregistrements de Manfred Eicher mettant ici particulièrement en valeur les interactions subtiles entre quatre musiciens en totale empathie. Que ce soit sur des tempos plus rapides (Small Places) ou sur des mélodies atmosphériques (Soft Reality), la musique est simplement remarquable. Raison de plus pour insister sur le fait que si Small Places est bien de la nourriture pour l’esprit, il n’en est pas pour autant réservé qu’aux nouveaux intellectuels du jazz. A écouter absolument.

[ The Rub And Spare Change (CD & MP3) ] [ Small Places (CD & MP3) ]
Pat Metheny : Unity Band (Nonesuch), 2012 - [ Chronique de Albert Maurice Drion ]

New Year (7.37) - Roofdogs (5.33) - Come and See (8.28) - This Belongs to You (5.20) - Leaving Town (6.24) - Interval Waltz (6.26) - Signals (Orchestrion Sketch) (11.26) - Then and Now (5.57) - Breakdealer (8.34)

Pat Metheny (guitares, guitare synthé, Orchestrion); Chris Potter (saxophones, clarinette basse); Ben Williams (contrebasse), Jon Christensen (drums) - Enregistré en février 2012 aux Studios Avatar, New York

Hormis une couverture de pochette dénuée d’originalité, il ne manque rien à cette nouvelle production du guitariste Pat Metheny. Tout y est. Que peut-on souligner en premier lieu ? La qualité des compositions est indéniable et si elles se distinguent les unes des autres par la variété des climats, elles ont toutes la capacité de séduire d’emblée l’auditeur. Il n’y a qu’à écouter le premier titre de l’album : New Year. Pat Metheny y exploite avec intelligence et raffinement tout le potentiel de sa guitare acoustique, à la fois soutenu et ponctué par les interventions tout en nuances du saxophone ténor de Chris Potter, sans parler de l’improvisation dont nous gratifie le prometteur et jeune contrebassiste Ben Williams. Indubitablement une réussite comme l’est aussi le titre suivant Roofdogs, morceau au rythme décapant où le guitariste et le saxophoniste développent, l’un à la guitare synthé et l’autre au saxophone soprano, un thème irrésistible qui n’est sans nous rappeler les plus belles heures du jazz fusion. Tout le talent du guitariste s’exprime dans cet album où il exploite avec un bel à-propos la gamme étendue des sonorités que lui offrent les instruments auxquels il a recours, que ce soit la guitare acoustique, électrique ou synthé et même l’Orchestrion. C’est ainsi qu’on se souviendra de cet étonnant défi que Pat Metheny a relevé avec cet orchestre qu’il dirige par le miracle de l’électronique de sa guitare alliant le son des claviers, des percussions et bien sûr, celui de la guitare (voir chronique dragonjazz.com CD news 2010). Sur le présent album, une superbe composition intitulée Signals, donne l’occasion à Pat Metheny de faire dialoguer les deux orchestres, l’Orchestrion d’un côté et l’Unity Band de l’autre. Et c’est en incontestable maître d’œuvre et fantastique virtuose qu'après une introduction aux accents free, soutenu par un Chris Potter particulièrement inspiré et dans une envolé à la guitare synthé dont lui seul à le secret, il nous offre une improvisation d'envergure stratosphérique.

Pour servir toutes ces compositions, Pat Metheny fait appel à un nouveau groupe dont le nom se confond à celui de l’album, l’Unity Band dans lequel un saxophoniste, et le fait n’est pas coutumier du guitariste, prend une place de prédilection. Et le choix de Chris Potter ne doit sans aucun doute rien au hasard. Qu'écrire sur ce saxophoniste qui est très certainement un des musiciens majeurs de la scène jazz actuelle. Rien, sinon qu'on apprécie toute l’étendue de son talent, que ce soit à la clarinette base (Come And See), au saxophone soprano (Roofdogs) ou bien entendu au saxophone tenor, sur les titres Come And See, Leaving Town et Interval Waltz. Tout y est : la virtuosité et la richesse du phrasé, la pertinence et l’intelligence du propos, et un son dont il maitrise peut-être mieux qu’à l’accoutumée la puissance, apportant ainsi le supplément de relief qui lui a parfois manqué. Et ce qui est sans doute le plus irréprochable dans la contribution du saxophoniste est cette capacité à allier la sonorité de son instrument à celles, pourtant multiples, des guitares de Pat Metheny. L’alliage est parfait. Et c’est sans doute là que se trouve la signature de l’Unity Band. Ce groupe ne serait pas non plus ce qu’il est sans la rythmique composée d’Antonio Sanchez et de Ben Williams. Le batteur d’origine mexicaine marque de son empreinte tout l’album. Le jeu aux multiples colorations est dynamique, précis et percussif à souhait, d’une efficacité à toute épreuve. Le batteur atteint des sommets sur le dernier titre de l’album Breakdealer : un pur joyau de groove ponctué par d’époustouflantes interventions du batteur qui y déploie sans retenue tout son talent. Quant à Ben Williams, jeune contrebassiste, élève, nous dit Pat Metheny, de Christian Mc Bride, il constitue une belle découverte tant il nous surprend agréablement par le son qu’il déploie tout au long de l’album, un son exquis qui fait merveille sur des titres comme New Year, Come And See, This Belongs To You et Then And Now.

Unity Band, tant l’album que le groupe, marque un tournant dans la carrière du guitariste et prouve une nouvelle fois que Pat Metheny se renouvelle sans cesse, varie les expériences et relève avec bonheur les défis qu’il veut bien se donner. En cela, Pat Metheny est non seulement un grand musicien mais un artiste hors du commun.

[ Unity Band (CD & MP3) ]
Les News plus anciennes sont encore en ligne :

Vous avez aimé cette page ? Faites le savoir sur mon livre d'or.

[ Index | CD base | Vision | Initiation | Europe | Belge | Blues | Sélection | Liens ]

[ NEWS : 1998-1999 | 1999-2000 | 2000-2001 | 2001-2002 | 2002-2003 | 2003-2004 | 2004-2005 | 2005-2006 | 2006-2007 | 2007-2008
| 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2014 | 2015 (1) | 2015 (2) ]

Retour à la page d'index

DragonJazz - cdjazz@dragonjazz.com