Progressive Dream & Cover Art : Science Fiction


Depuis les temps les plus anciens, depuis que l’homme a la faculté de penser, son regard s’est fixé sur les cieux et il a rêvé qu’un jour viendrait où il voyagerait à travers l’espace et explorerait la lune et ces planètes qui de toute éternité ont captivé son imagination. Cet antique rêve de voyage dans l’espace est maintenant terminé. Ce n’est désormais plus un rêve mais la réalité, car l’homme a maintenant à sa disposition la fusée. Dans un futur proche, une grande fusée s’élèvera de la terre dans un bruit de tonnerre pour emporter l’homme vers la lune. Ce qu’il trouvera là-bas ou combien d’autres innombrables planètes il explorera reste inconnu. Mais le fait qu’un jour il partira est une certitude.

- Wernher Von Braun -

Phénomènes
Lindisfarne : The News (Mercury), 1979 - Wishbone Ash : Argus (Decca) 1972 - UFO : Phenomenon (Chrysalis), 1974

Trois très belles pochettes liées à l'apparition de phénomènes. Celle de Lindisfarne relève de l'uchronie ou du voyage dans le temps: un Conquitadore, que l'on imagine stupéfait, aperçoit dans le ciel en feu un biplan de la première guerre mondiale. Belle vision d'un monde paradoxal et peut-être parallèle. Pour le meilleur disque de Wishbone Ash, le studio Hipgnosis a imaginé une superbe pochette à peu près sur le même thème : cette fois, c'est un garde probablement de l'époque médiévale qui, du haut de sa muraille, aperçoit une soucoupe volante traversant fugacement le ciel lumineux. Le designer a eu l'idée géniale de placer le garde sur l'image frontale de l'album si bien que l'on ne découvre la soucoupe qu'après avoir déplié la pochette double. Dommage que pour la réédition CD, quelqu'un ait cru bon de gommer la soucoupe du ciel, laissant ainsi une image certes toujours belle mais qui a perdu son pouvoir intrigant. La dernière pochette, également conçue par le studio Hipgnosis pour le groupe UFO, représente un homme sur la pelouse devant son cottage surpris par un objet volant non identifié alors que sa femme qui regarde ailleurs ne s'est encore aperçue de rien : un superbe montage dans le genre des nombreux canulars photographiques sur les OVNI publiés régulièrement par des livres ou des journeaux à sensation. Pour ce qui concerne la musique, The News n'est pas le disque à acquérir du groupe de folk-rock anglais Lindisfarne qui n'a jamais fait mieux que ses deux premiers albums parus sur le label Charisma : Nicely Out of Tune (1970) et Fog on the Tyne (1971). Par contre, Argus compte parmi les meilleurs disques de Wishbone Ash - avec Pilgrimage (1971) et Wishbone Four (1973) - et c'est sans aucun doute aussi le plus progressif de tous avec ses deux titres épiques et médiévaux et ses complexes interplays de guitares. Quant à Phenomenon, quatrième disque du groupe anglais UFO, il bénéficie grandement de l'apport du guitariste virtuose Michael Schenker fraîchement débarqué des Scorpions et c'est sans doute le dernier opus qui contient encore quelques réminiscences de leur style initial basé sur le Space-Rock. Schenker ne tardera guère à les embarquer définitivement dans un Hard-Rock anglais sans doute plus conventionnel mais qui leur siéra finalement mieux comme en témoigne avec succès l'album suivant intitulé Force It (Chrysalis, 1975).


Rencontres du Troisième Type
Thomas Dolby : Aliens Ate My Buick (EMI), 1988 - Boston : Don't Look Back (Decca) 1972 - ELO : Out Of The Blue (Jet), 1977 - ELO : Zoom (Epic), 2001

Quatre pochettes avec des soucoupes volantes en vedette, toutes dans un style différent. Celle de Thomas Dolby est directement inspirée des couvertures des pulps américains comme Amazing ou autres Astounding Stories ou encore des posters hollywoodiens des films de science fiction des années 50 et 60 mais avec l'humour en plus. On y voit Dolby lui-même serrant son épouse tandis qu'à l'arrière plan, un Alien tout vert sorti d'une soucoupe commence à manger sa Buick rutilante. La scène au verso où un conducteur découvre sa voiture enlevée par les ET dans un drive-in pendant la projection d'un film de SF est encore plus amusante et réussie. Vu le succès remporté par le groupe de rock Boston, la pochette de leur deuxième et très attendu album a fait le tour du monde. Elle reprend le concept de la soucoupe volante rouge du premier disque qui cette fois a atteint la terre. Avec sa ville sous dôme et ses faisceaux de lumière balayant la surface, on sent l'influence de Spielberg. Après tout, le film "Rencontres du Troisième Type" est sorti l'année précédente avec un succès considérable et les OVNI ont plus que jamais la côte. La pochette de Don't Look Back, dessinée par Gary Norman, sera même imitée sans vergogne par Atari pour un jeu informatique intitulé Space Invaders. La magnifique soucoupe du double LP Out Of The Blue de ELO, elle aussi inspirée par les vaisseaux lumineux de Spielberg (avec quand même une petite touche 2001-Odyssée de l'Espace pour la récupération de la navette par le vaisseau mère), a été conçue par l'illustrateur Shusei Nagaoka. Originaire de Nagasaki, Nagaoka est devenu célèbre pour ses fabuleux dessins d'inspiration égyptienne pour le groupe Earth Wind & Fire. Lauréat en 1976 du prix de la meilleure pochette attribué par Rolling Stone, il incline à dessiner des scènes spatiales et des vaisseaux galactiques (Deep Purple : When We Rock ... ; Kitaro). La double pochette intérieure représente ce que Spielberg avait refusé de montrer : l'intérieur de la soucoupe avec ses astronautes et sa machinerie complexe et colorée. La dernière pochette pour l'album Zoom de ELO témoigne de l'évolution du genre. Créée par Oliver Burston, elle a été conçue par la technologie digitale qui confère à l'image un réalisme et une réelle profondeur 3D mais aussi une certaine froideur par sa haute définition et sa précision. Sur le plan musical, le disque de Dolby peut être oublié ; Boston fait du bon Hard-Rock calibré pour la FM ; Zoom paraît rétro, suranné et nostalgique dans un style proche de ce que faisaient les Beatles de Sergent Pepper. Quant à Out Of The Blue, c'est relativement parlant le plus progressif des quatre disques présentés ici sans pour autant représenter le meilleur dans la discographie d'ELO (essayez d'abord ELO 2 édité sur le label Harvest en 1973 et qui offre lui quelques traces d'un Prog véritable).





Etranges planètes

... Mondes oubliés






Greenslade : Cactus Choir (Warner Brothers), UK 1976 - Cover Art by Roger Dean

Gamma Ray : Blast From The Past (FAD), All 2000 - Cover Art by Derek Riggs

Ivory Tower : Beyond The Stars (SPV Music), All 2000 - Cover Art by Rainer Kalwitz
Roger Dean, concepteur des plus belles pochettes de Yes, a aussi dessiné des mondes étranges pour beaucoup d’autres artistes. Et l’illustration ornant le premier disque en solo de Dave Greenslade paru en 1976 est incontestablement une de ses grandes réussites. Elle n’a par ailleurs rien à voir avec le concept de l’album qui traite globalement de la conquête de l’Ouest américain et de la guerre de sécession. Cactus Choir est un disque agréable, en partie instrumental, qu’on peut rattacher à un certain rock progressif dans le style plaisant parfois atmosphérique et parfois grandiose de Mike Oldfield. De manière incompréhensible, cet album qui pourrait pourtant intéresser pas mal de monde n’a jamais été réédité en CD. Si Roger Dean reste le créateur le plus connu en matière de paysages imaginaires, il en est d’autres qui se sont aussi adonné au genre avec beaucoup de talent. Derek Riggs par exemple, connu pour avoir dessiné pendant 20 années le monstre d’Iron Maiden, s’est depuis quelques années reconverti dans des illustrations moins extrêmes, voire parfois symboliques (Infinite pour Stradivarius par exemple). Son dessin pour la compilation du groupe germanique de Heavy Metal Gamma Ray est un mélange de ses anciennes prédilections et de son ouverture vers d’autres penchants : le monde de Blast From The Past relève de la pure science fiction mais la sculpture sur la pyramide rappelle aussi le masque grimaçant de ce bon vieux « Eddie ». Ivory Tower est un groupe germanique de Prog Metal un peu trop vite assimilé à un clone de Dream Theater : ils ont depuis montré leur réelle spécificité en matière de mélodie et d’arrangement. L’illustration qui orne la pochette de leur second album a été créée par Rainer Kalwitz, natif lui-aussi d’Allemagne, qui avait déjà collaboré à leur premier disque. Dans un mail que Rainer m'a transmis récemment, il explique qu'il n'est pas satisfait de ce travail et ceci pour deux raisons : d'abord, il lui a été commandé par le label qui a imposé ses idées et souhaitait finalement une image plutôt stéréotypée et, ensuite, l'artiste n'a disposé que de quatre jours pour terminer son dessin alors que cela lui prend en moyenne deux semaines. Quoiqu'il en soit et malgré ces contraintes, le résultat reste probant. Rainer Kalwitz, dans un style extrêmement précis, combine des objets réalistes avec des visions fantastiques dans des tableaux d’une beauté glacée dévoilant une technique époustouflante. L’immensité parfaite des horizons galactiques donne à ces images un réel sens poétique. On s’en apercevra encore mieux en les découvrant dans leur intégralité et en grand format sur son site.

Space Opera : Le Grand Saut
Hawkwind : Hall Of The Mountain Grill (United Artists/EMI), UK 1974 - Ian Gillan Band : Clear Air Turbulence (Island/Metal Blade), UK 1977 - Star One : Space Metal (Inside Out), HOLL 2002

La science fiction, c'est avant tout ces images de grands vaisseaux qui, comme jadis les voiliers sur les océans, sillonnent en silence les espaces infinis en quête de nouveaux mondes à coloniser. Le temps passé n'a pas dépossédé les grands mythes des explorateurs : comme Ulysse ou Colomb, le voyageur de l'espace affronte dans sa quête le silence, le vide et d'autres ennemis inconnus des anciens navigateurs comme les astéroïdes, les rayons cosmiques, les extraterrestres sans parler des robots, machines et ordinateurs qui peuplent son propre navire. Parfois, le voyage finit mal et le vaisseau naufragé, tel un oiseau blessé, reste prisonnier d'une terre étrangère comme sur la pochette de Hall Of The Mountain Grill, l'un des grands albums de Hawkwind. L’illustration due à Barney Bubbles, artiste irrémédiablement hippie et excentrique mais au talent incontestable, ne manque pas de panache et dégage même une poésie avant-gardiste, annonciatrice des mythes modernes de la culture populaire, que Lucas exploitera plus tard dans les Star Wars et qui va comme un gant à la musique Space Rock du groupe. Ian Gillan, sans se jamais se départir tout à fait de l'influence de Deep Purple, explora quand même diverses voies dans ses albums en solo et Clear Air Turbulence constitue sans doute ce qu'il a produit de plus expérimental dans un style Hard/Jazz-Fusion qui n'est pas sans intérêt. Pour illustrer son disque le plus progressif, il a choisi une image du célèbre peintre anglais Chris Foss, l'homme qui dessine des vaisseaux gigantesques aussi grands que des villes et bourrés de détails fonctionnels qu'il place sur des fonds étoilés ou nuageux. Le résultat est indescriptible et la double pochette originale du Ian Gillan Band est une devenue une véritable pièce de collection recherchée par tous les amateurs. Quant au guitariste hollandais Arjen Lucassen, pour son projet Star One consacré à une relecture des thèmes des grands films de SF, il a fait appel comme il se doit au plus célèbre des peintres de la science fiction : Vincent Di Fate qui s'est contruit une réputation internationale par ses puissantes évocations du futur. Sa maîtrise de l'art aérospatial et astronomique est non seulement reconnue par les milieux artistiques mais aussi par de nombreuses institutions scientifiques et par la NASA. Image superbe pour un disque qui ne l'est pas moins !




Autres thèmes ...


L'Ange des Etoiles, protecteur ou exterminateur, probablement inspiré par le chef d'œuvre de Stanley Kubrick, pour le Time To Turn (Electrola, 1982) du groupe germanique de rock progressif Eloy

Bien avant le réalisateur M. Night Shyamalan, Robert Plant et ses acolytes avaient déjà aperçu les signes ésotériques imprimés dans les champs de blé (Led Zeppelin Remasters)

La Guerre Eternelle, avec son amalgame effrayant d'armes anciennes et futuristes, démontre qu'en dépit de l'évolution technologique, les instincts de l'espèce humaine sont inéluctables (Jaz Panzer : Mechanized Warfare, USA 2001)

Quand les mondes parallèles se rencontrent à l'occasion d'une faille spatio-temporelle imaginée par Mattias Norén pour Knight Area (The Sun Also Rises)

Vous avez aimé cette page ? Faites le savoir sur mon livre d'or.



This website is a public service to anyone interested to know more about the progressive art.
The cd cover artwork, photographs and booklet excerpts are offered under the assumption that it is "fair use" to share this with individuals on a non-profit basis.
Any materials considered questionable will be removed if requested to do so by anyone holding copyrights if they voice objection to their material being included here.



[ Rock Progressif : 1968 - 1980 | 1981 - 1990 | 1991 - 2000 | 2001 - 2003 | 2003 | 2004 ]

[ L'Art Progressif : les plus belles pochettes ]



Index Rock Progressif

DragonJazz - cdjazz@dragonjazz.com