Frank Zappa / Mothers Of Invention (#1)
Discographie sélective 1966 - 1976


Discographie de Frank Zappa




Pointer les meilleurs albums de Frank Zappa, avec et sans les Mothers of Invention, n'est pas chose facile. Non seulement, il fut un compositeur prolifique, allant jusqu'à enregistrer plusieurs LP (parfois doubles) en une seule année, mais il était aussi un archiviste avisé, conservant les enregistrements de ses prises alternatives en studio et de ses innombrables concerts pour les retravailler plus tard. Dans son entreprise de réédition, il lui arrivait de réenregistrer certaines pistes ou parties (comme la basse et la batterie sur We're Only in it for the Money pour sa première édition en compact en 1986) ou de combiner divers éléments en studio avec des titres live enregistrés à différentes époques (Bongo Fury par exemple) ou encore carrément de composer de nouveaux albums à partir d'extraits provenant de toutes les époques (la série des You Can't Do That on Stage Anymore). Pour compliquer encore les choses, sa maison de disques Warner Bros édita des albums sans autorisation du compositeur, comme Studio Tan, Sleep Dirt et Orchestral Favorites, qui n'en contiennent pas moins de l'excellente musique. Enfin, l'homme n'est pas adepte d'un style particulier mais ouvert à d'innombrables expériences musicales allant de la musique classique contemporaine (Edgard Varèse) au jazz en passant par le doo-wop et la comédie musicale genre Broadway. Inutile de dire dans ces conditions que la cinquantaine d'albums parus de son vivant et qu'on peut trouver aujourd'hui sur le marché, sont tellement variés qu'il est bien difficile pour une personne unique, aussi ouverte soit-elle, de les apprécier tous à égalité. D'autant plus que certains sont infusés d'un humour trivial propre à en faire reculer plus d'un. Ainsi, entre les incessantes mutations musicales de Absolutely Free, le travail orchestral de Lumpy Gravy ou Orchestral Favorites, le doo-wop de Ruben & The Jets, la fusion de Hot-Rats ou de Jawa/Jawaka et le rock classique de Over-Nite Sensation, il y a de l'espace pour différents publics.

La sélection discographique ci-dessous porte sur la décennie 1966 – 1976 qui est la période la plus prolifique mais aussi la plus créative de Zappa. Objectivement, il faut quand même préciser que les albums épinglés par cinq notes sont ceux qui correspondent le mieux à la ligne éditoriale de Dragonazz, ce qui signifie qu'ont été privilégiés l'approche progressive de Zappa et son jeu de guitare époustouflant, la fusion et les parties instrumentales au détriment des collages psychés, des compositions orchestrales et des comédies satiriques dont l'humour potache et misogyne n'est pas exempt de tout reproche.

Quoiqu'il en soit, si vous appréciez les albums généralement revus et présentés sur ce site, vos pouvez plonger en toute confiance dans la discographie du maître et acquérir en premier les albums suivants :
  • Hot Rats
  • Jawa Jawaka
  • The Grand Wazoo
  • Weasels Ripped My Flesh
  • Roxy & Elsewhere [Live]
  • One Size Fits All
Si vous optez plutôt pour la musique dématérialisée, voici une quinzaine de titres fantastiques à télécharger chez les vendeurs de MP3, de quoi se constituer un « best of » progressif et personnel :
  • Peaches en Regalia,
  • Willie the Pimp,
  • Gumbo Variations
  • Little House I Used to Live In
  • Orange County Lumber Truck
  • My Guitar Wants to Kill Your Mama
  • Transylvania Boogie
  • Waka / Jawaka
  • Blessed Relief
  • Don't Eat the Yellow Snow
  • Inca Roads
  • Cheepnis
  • Son of Orange County
  • Black Napkins
  • Zoot Alllures

Freak Out!
(Rykodisc) 1966
The Mothers of Invention : Freak Out! Un premier projet complexe et dérangé. Avec ses parodies de pop music, ses dissonances, son avant-gardisme, ses effets bizarres et ses arrangements imprévisibles, Freak Out explose littéralement toutes les conventions de la musique populaire.

Lumpy Gravy
(Rykodisc) 1967
Frank Zappa : Lumpy Gravy Le premier disque de Zappa sous son propre nom ne comprend que deux titres fourre-tout de 16 minutes. Grand orchestre, triturations sonores, dialogues enregistrés à l'intérieur d'un grand piano et petits bouts de chansons qui deviendront célèbres (King Kong), mais aujourd'hui, Lumpy Gravy s'écoute comme un collage plutôt indigeste.

Cruising with Ruben & the Jets
(Rykodisc) 1968
The Mothers of Invention : Cruising with Ruben & the Jets Ce quatrième album des Mothers est dédié au doo-wop, un style de R'n'R datant des années 50 dont le leader était friand. Même si toutes les chansons sont originales et infusées de quelques innovations à la Zappa, ça reste du doo-wop entre parodie et réinterprétation respectueuse. Alors, si (comme moi) vous n'aimez pas trop ce genre de musique, inutile de s'attarder !

Hot Rats
(Rykodisc) 1969
Frank Zappa : Hot Rats Pour ce second album sous son nom, Zappa, aidé par Jean-Luc Ponty et Ian Underwood, abandonne les délires expérimentaux et se focalise sur le jazz-rock instrumental. Alternant entre longues jam sessions (The Gumbo Variations) et compositions plus courtes et soigneusement arrangées (Peaches en Regalia), Hot Rats est un chef d'oeuvre indémodable, superbement produit et qui révèle en plus que le leader est aussi un sacré guitariste.

Weasels Ripped My Flesh
(Rykodisc) 1970
The Mothers of Invention : Weasels Ripped My Flesh A l'instar du précédent, ce disque, postérieur à la dissolution de la première mouture des Mothers, est une compilation d'archives enregistrées de 1967 à 1969 en concert et en studio. Construit à partir de fragments musicaux à priori incompatibles mais qui s'enchaînent comme une oeuvre cohérente, il est un manifeste de la diversité des intérêts d'un artiste constamment en équilibre entre le côté expérimental de la musique et ses manifestations plus populaires.

Fillmore East - June 1971 [Live]
(Rykodisc) 1971
The Mothers of Invention : Fillmore East - June 1971 [Live] En concert au Fillmore, la nouvelle mouture des Mothers avec Mark Volman et Howard Kaylan (ex-Turtles) aux vocaux, Aynslay Dunbar (dr), Don Preston (claviers) et Ian Underwood (multi-instrumentiste). L'ambiance décadente est à la parodie, à la comédie et aux jeux de mots triviaux mais on y rejoue dans toute leur splendeur Little House I Used to Live In, Willie the Pimp et Peaches en Regalia.

Just Another Band from L.A. [Live]
(Rykodisc) 1972
Frank Zappa & the Mothers : Just Another Band from L.A. [Live] Enregistré live en août 1971, cet album est la dernière émanation des Mothers avec Mark Volman et Howard Kaylan. Le son est meilleur qu'au Fillmore mais l'ambiance est quasiment la même. En tout cas, cet album sent la routine et confirme que cette période n'était pas la meilleure de Zappa. Un accident impromptu va y mettre fin : le malheur des uns fait parfois le bonheur des autres !

The Grand Wazoo
(Rykodisc) 1973
Frank Zappa : The Grand Wazoo Ici on a carrément affaire à un big band de 21 musiciens. A l'instar de Hot Rats et de Jawa-Jawaka, The Grand Wazoo est un disque de jazz-rock comme il en existe peu : malin, irrespectueux, curieux et osé. Cette trilogie, qui doit être considérée à part dans la discographie zappaienne, enchantera ceux qui apprécient autant les valeurs du jazz orchestral et modal que celles du rock progressif novateur et expérimental.

Apostrophe (')
(Rykodisc) 1974
Frank Zappa : Apostrophe (') Plus subtil sur le plan des textes que son prédécesseur, Apotrophe ne lui rend rien musicalement et son subtil mélange de rock jazzy, de solos de guitare et de pensées absurdes est tout simplement savoureux. Jack Bruce, Jean-Luc Ponty, Aynsley Dunbar, George Duke, Ruth et Ian Underwood sont de la partie tandis que Don't Eat the Yellow Snow, Cozmik Debris et Uncle Remus sont les nouveaux incontournables du catalogue zappaien.

One Size Fits All
(Rykodisc) 1975
Frank Zappa & the Mothers of Invention : One Size Fits All Finalement, Zappa se cherche un juste milieu entre ses albums plus commerciaux (Over-Nite Sensation et Apostrophe) et la fusion complexe de Roxy & Elsewhere. Cet album en est le résultat avec, d'un côté, le rock classique de San Ber'dino et de l'autre, le fabuleux rock progressif de Inca Roads. Ceux qui ne connaissent encore rien de Zappa peuvent commencer ici sans crainte d'être déçus.

Zoot Allures
(Rykodisc) 1976
Frank Zappa : Zoot Allures A part Terry Bozzio (dr) et Ruth Underwood aux percussions, Zappa joue tous les instruments. Ce disque est plus Rock, plus basique et plus mainstream, totalement atypique dans la carrière discographique extrêmement prolifique du leader. Mais il contient aussi deux des plus grands solos de guitare jamais gravés par Zappa : Black Napkins et Zoot Allures.

Absolutely Free
(Rykodisc) 1967
The Mothers of Invention : Absolutely Free Hilarant, satirique, complexe, insensé parfois jusqu'à l'absurde, ce disque expérimental malaxe dans un désordre indescriptible toutes les influences de Zappa, de Stravinsky au jazz en passant le doo-wop et un mini opéra rock (Brown Shoes Don't Make It). Certains trouveront ça génial et d'autres un peu trop tordu. Peut-être après tout que ce disque surréaliste manque un peu de direction.

We're Only in It for the Money
(Zappa) 1968
The Mothers of Invention : We're Only in It for the Money La pochette de l'édition CD de 1995 l'exprime clairement : cet album est l'antithèse du Sgt Pepper des Beatles. En 19 plages courtes, Zappa attaque le flower power et la contre-culture avec cynisme et enrobe sa diatribe dans son habituel collage de styles et d'influences. Mais cette fois il fait mouche tant la forme et le fonds coïncident dans un inextricable pot-pourri orchestré par un Zappa qui se révèle un maître des studios. Les hippies ne s'en sont jamais remis.

Uncle Meat
(Rykodisc) 1969
The Mothers of Invention : Uncle Meat Second double LP après Freak Out, Uncle Meat est une oeuvre de transition. Incluant une musique pour un film qui sera fini beaucoup plus tard et une mini suite intitulée King Kong louchant vers le jazz-rock, l'album marque le point de départ de l'intérêt de Zappa pour la composition et pour une approche plus instrumentale, au détriment du message qui était au centre de ses albums précédents.

Burnt Weeny Sandwich
(Rykodisc) 1970
The Mothers of Invention : Burnt Weeny Sandwich Retour aux Mothers avec un disque d'archives mêlant des fragments de musique dans des styles les plus divers. L'album commence et se termine par deux plages doo-wop mais au milieu, pris en sandwich, on trouvera des perles comme Little House I Used to Live In (enluminé par le piano de Ian Underwood et le violon de Sugar Cane Harris) et Holiday in Berlin qui sera réutilisé plus tard sur 200 Motels.

Chunga's Revenge
(Rykodisc) 1970
Frank Zappa : Chunga's Revenge Plus commercial, plus facile et un peu vulgaire, Chunga's Revenge est généralement mal côté par les critiques et il est vrai que certains titres sont dispensables. Néanmoins, Transylvania Boogie avec sa sonorité métallique, ses influences orientales et la batterie hypnotique d'Aynsley Dunbar, le bluesy Road Ladies et le solo de guitare torturé de Chunga's Revenge comptent quand même parmi les grands moments du maître.

200 Motels
(Rykodisc) 1972
Frank Zappa : 200 Motels Etrange bande sonore d'un film tout aussi bizarre. Monté comme un pastiche à l'humour potache dont Volman et Kaylan (Flo et Eddie) se sont fait les chantres, 200 Motels, malgré ses orchestrations savantes, est un « melting pot » plutôt indigeste parsemé de dialogues inintéressants. La musique éparse n'est pas sans qualité mais il y a tellement d'autres albums de Zappa meilleurs que celui-ci !

Waka/Jawaka
(Rykodisc) 1972
Frank Zappa : Waka/Jawaka Après avoir dissous les Mothers suite à une chute dans la fosse d'orchestre, Zappa profite de sa longue convalescence pour enregistrer deux albums de jazz-rock presque entièrement instrumentaux : Jawa-Jawaka et The Grand Wazoo. le grand moment du disque est le titre éponyme grâce à une mélodie mémorable et surtout à un arrangement orchestral dont la richesse et la densité n'occultent pas les interventions des solistes (Zappa lui-même, George Duke au piano électrique et Sal Marquez à la trompette).

Over-Nite Sensation
(Rykodisc) 1973
Frank Zappa & the Mothers : Over-Nite Sensation Grâce à ses compositions concises et accessibles, Over-nite Sensation devint le premier disque d'or du moustachu. Les textes sont toujours aussi satyriques et cyniques, que ce soit à propos de la TV (I'm the Slime) ou surtout des relations sexuelles traitées avec trivialité et (il faut bien l'avouer) un brin de stupidité (Dinah-Moe Humm). Mais question musique, avec des formats comme Montana ou Camarillo Brillo, il n'y a rien à redire !

Roxy & Elsewhere [Live]
(Rykodisc) 1974
Frank Zappa & the Mothers : Roxy & Elsewhere [Live] Après deux albums en studio accessibles pour ne pas dire commerciaux, Zappa lâche ce double LP, enregistré le 10 décembre 1973 au Roxy d'Hollywood, qui renoue avec une musique plus complexe dans la lignée de ses albums de fusion que furent Hot Rats, Waka/Jawaka (Hot Rats II) et The Grand Wazoo. Ce concert est un témoignage unique de l'univers complexe d'un musicien atypique qui avait choisi ce jour là d'évoluer aux confins du jazz-rock.

Bongo Fury [Live]
(Rykodisc) 1975
Frank Zappa & Captain Beefheart : Bongo Fury [Live] Enregistré (en partie) live à Austin en 1975, cet album réunit, pour la première fois depuis Hot Rats, Frank Zappa et le fameux Captain Beefheart. L'album est plus Rock mais conserve quand même quelques aspects fusionnels. La guitare de Zappa est au top sur Advance Romance, Muffin Man est devenu un classique et on se délectera sur les parties en concert de la frappe tentaculaire du batteur virtuose Terry Bozzio (futur partenaire de Tony Levin).

Zappa in New York [Live]
(Rykodisc) 1978
Zappa in New York [Live] Enregistré au Palladium de NYC en décembre 1976 et mis au frigo pendant deux ans par le label Warner Bros pour des paroles offensantes (Punky's Whips retiré du double LP original), cet album revisite quelques titres célèbres comme I'm the Slime, Cruising for Burgers, The Torture Never Stops ou Sofa. Le big band est de première force avec même les frères Brecker (Michael et Randy) dans la section de cuivres. En fin de compte, un bon "live" pour conclure en beauté cette première décennie zappaienne.

Les discographies présentées ici ne sont pas exhaustives mais plutôt indicatives des disques à écouter en priorité pour suivre l'évolution d'un groupe. En particulier :
  • Le choix s'est porté de préférence sur les disques en studio plutôt que sur ceux enregistrés en concert, sauf s'il s'agit d'albums live approuvés par le groupe, documentant une période particulière et gravés avec une qualité sonore suffisante.
  • Certains disques en studio ne sont pas repris s'ils sont d'une qualité artistique nettement insuffisante par rapport à la moyenne de la discographie du groupe. C'est par exemple parfois le cas pour certains albums réalisés en vitesse pour terminer une obligation contractuelle avec une compagnie de disques.
  • Les compilations ne sont généralement pas reprises sauf cas exceptionnel où des versions alternatives et/ou des titres inédits ont été inclus.
  • Au moins un DVD du groupe, pour autant qu'il en existe, est ajouté à la discographie : ce nouveau support de plus en plus répandu permet en effet de se faire une bonne idée des prestations en concert et offre souvent en bonus des interviews et documentaires intéressants sur les musiciens et leur musique.
  • Les disques d'un groupe qui n'entrent plus dans la catégorie « Rock Progressif », par exemple suite à un changement de personnel ou d'orientation musicale, ne sont pas inclus. Ce qui ne signifie pas qu'il s'agit de « mauvais » disques mais seulement qu'ils ne s'évaluent pas selon le même référentiel.
  • Les disques pirates et autres bootlegs ainsi que les disques non commerciaux distribués confidentiellement via l'Internet ou un « fan club » ne sont pas repris.
Par ailleurs, les notes attribuées gardent toujours leur part de subjectivité et ne sauraient relever d'un jugement universel (voir à ce sujet l'essai sur les disques essentiels publié sur une autre page de ce site).


[ RP 1968-1980 | RP 1981-1990 | RP 1991-2000 | RP post 2000 | Art Progressif ]

Prog Rock StoryL'Art Progressif

Index Rock Progressif

Index Rock Progressif

PDL Home Page - pierre.dulieu@skynet.be