RENAISSANCE : Discographie sélective


Retrouvez ces albums sur la boutique Prog de DragonJazz - rubrique : Prog symphonique



Renaissance Renaissance
(Island) 1969
Deux ex-Yardbirds, Keith Relf (voc, gt) et Jim McCarty (dr) associés à Jane Relf (voc), John Hawken (p) et Louis Cennamo (b), inventent le concept de Renaissance en mixant du rock, du Folk et des influences classiques. Curieusement, la musique est romantique et ne manque pas de fraîcheur.

Prologue Prologue
(Sovereign/EMI) 1972
Renaissance renaît de ses cendres avec un nouveau line-up : les claviers de John Tout sont mieux intégrés et la voix fabuleuse d'Annie Haslam donne le frisson. Les références au classique se font plus obscures et la tendance Rock de la musique s'accentue. Mais ce n'est encore que le prologue.

Turn of the Cards Turn Of The Cards
(RCA) 1974
Renaissance accentue le côté rock et progressif de sa musique. L'orchestration se fait plus complexe et une section de cuivres est même ajoutée ici et là. Mother Russia est un titre phénoménal avec une partie symphonique éclatante et un texte engagé de Betty Thatcher à propos des goulags.

Live at Carnegie Hall Live At Carnegie Hall
(RCA) 1976
Enregistré pendant trois concerts en juin 1975 au Carnegie Hall de New York, le groupe interprète Scheherazade avec le New York Philharmonic et d'autres titres parfois dans des versions réécrites. Malheureusement, on en vient à regretter le son parfait des studios qui convient décidément mieux à ce genre de musique.

A Song For All Seasons A Song For All Seasons
(Warner Bros) 1978
La sonorité luxuriante est toujour là, on a fait appel au Royal Philarmonic Orchestra et le titre Northern Lights devient même un premier succès populaire. Mais on pressent déjà le glissement vers une musique moins ambitieuse.

Camera Camera Camera Camera
(Illegal/A&M) 1981
En persistant à s'enfoncer dans une musique pop dominée par les synthétiseurs et en espérant comme beaucoup d'autres s'accrocher à la New Wave, Renaissance a perdu son âme et tout intérêt.

The Other Woman The Other Woman (HTD Records) 1994
Dans cette éphémère version de Renaissance montée par Michael Dunford, la chanteuse (the other woman) est l'américaine Stephanie Adlington. Celle-ci chante bien et différemment d'Annie Haslam qu'elle ne pourrait de toute façon imiter. Le problème vient surtout des chansons pop-rock lisses et sans grande substance et, mis à part Somewhere West Of Here qui est plutôt réussi, le répertoire n'offre rien de remarquable.

Songs From Renaissance Days Songs From Renaissance Days
(Repertoire) 1997
Ce disque est une compilation de faces B, de démos et de titres inédits enregistrés entre 1979 et 1988. En soi, une aubaine pour les nostaligues du groupe heureux de découvrir ces titres inconnus.

Grandine Il Vento Grandine Il Vento (Avalon) 2013
Dédié au guitariste Michael Dunford, décédé en novembre 2012 après l'enregistrement, cet album constitué de compositions de Dunford renoue avec la tradition progressiste du groupe mais malheureusement, la muse était capricieuse et l'album est inégal. Il n'empêche que la magie opère encore comme sur les superbes The Mystic And The Muse et Symphony Of Light à propos de Leonardo Da Vinci qui évoquent les fastes d'antan. John Wetton et Ian Anderson en invités sont venus adouber la renaissance de Renaissance.

Illusion Illusion
(Island) 1971
Ce deuxième et dernier disque du line-up fondateur, accouché dans des conditions difficiles, prolonge le concept du premier album avec l'aide de musiciens invités comme le batteur Terry Slade et surtout le guitariste Michael Dunford dont la contribution sera essentielle au futur de Renaissance.

Ashes Are Burning Ashes Are Burning
(Sovereign/EMI) 1973
Avec la maturité, le style Folk romantique de Renaissance, avec ses effluves médiévales, russes ou indiennes, apparaît plus spontané, plus frais, plus mélodique que jamais. Le titre éponyme, qui dépasse les 11 minutes, est un premier essai réussi dans le genre Progressif.

Scheherazade and Other Stories Scheherazade And Other Stories
(RCA) 1975
Pour les amateurs de Prog, c'est le chef d'oeuvre de Renaissance. Toute une face du LP est en effet consacrée à Song Of Scheherazade, une suite ambitieuse, épique et symphonique en neuf sections. Les trois titres de la première face sont moins prétentieux mais tellement plus jolis.

Novella Novella
(Warner Bros) 1977
La mode change, pas Renaissance qui délivre une fois encore une musique exemplaire aux confins du Rock, du Folk anglais et de la musique classique. Et comme toujours, la voix angélique d'Annie Haslam, qui s'étend sur 5 octaves, emplit le coeur des fans d'une incommensurable reconnaissance.

Azure d'Or Azure d'Or
(Warner Bros) 1979
Le groupe a perdu cette touche magique qui rendait ses compositions nuancées, fragiles et romantiques. Les belles mélodies finement ciselées sont devenues des rengaines. En un mot, Renaissance s'est banalisé.

Time-Line Time-Line
(IRS/A&M) 1983
La fin du voyage ! Après avoir couru en vain après un succès commercial qui lui a échappé, Renaissance déclarait forfait avec cet album doté d'une pochette tellement banale qu'elle aura sans doute tenu à l'écart ses derniers fans.

Ocean Gypsy Ocean Gypsy (Sanctuary) 1997
Dunford corrige le tir et propose cette fois un album de reprises d'anciennes chansons du groupe interprétées quasiment tout en acoustique et chantées par Stephanie Adlington. Cette dernière étant une excellente chanteuse, le résultat est plaisant et les deux nouvelles compositions, The Star Of The Show et The Great Highway, sont même prometteuses. Ceci dit, ce disque ne peut être comparé aux classiques du Renaissance des 70's.

Tuscany Tuscany (Giant Electric Pea) 2002
Sorti confidentiellement au Japon en 2000, Tuscany a finalement été édité en Europe par le label progressif d'IQ. De façon inespérée, Haslam, Dunford, Tout et le reste du groupe font un come-back réussi retrouvant une grande part de la sensibilité et du style qui caractérisaient leurs meilleurs disques.

Symphony Of Light Symphony Of Light (Red River Entertainment) 2014
Le même disque que le précédent avec une nouvelle pochette également peinte par Annie Haslam et trois titres en bonus parmi lesquels on retiendra l'émouvant Renaissance Man chanté et dédié par Annie à son complice décédé Michael Dunford. Des deux versions de l'album, c'est évidemment pour celle-ci qu'il faut opter.

Les discographies présentées ici ne sont pas exhaustives mais plutôt indicatives des disques à écouter en priorité pour suivre l'évolution d'un groupe. En particulier :
  • Le choix s'est porté de préférence sur les disques en studio plutôt que sur ceux enregistrés en concert, sauf s'il s'agit d'albums live approuvés par le groupe, documentant une période particulière et gravés avec une qualité sonore suffisante.
  • Certains disques en studio ne sont pas repris s'ils sont d'une qualité artistique nettement insuffisante par rapport à la moyenne de la discographie du groupe. C'est par exemple parfois le cas pour certains albums réalisés en vitesse pour terminer une obligation contractuelle avec une compagnie de disques.
  • Les compilations ne sont généralement pas reprises sauf cas exceptionnel où des versions alternatives et/ou des titres inédits ont été inclus.
  • Au moins un DVD du groupe, pour autant qu'il en existe, est ajouté à la discographie : ce nouveau support de plus en plus répandu permet en effet de se faire une bonne idée des prestations en concert et offre souvent en bonus des interviews et documentaires intéressants sur les musiciens et leur musique.
  • Les disques d'un groupe qui n'entrent plus dans la catégorie « Rock Progressif », par exemple suite à un changement de personnel ou d'orientation musicale, ne sont pas inclus. Ce qui ne signifie pas qu'il s'agit de « mauvais » disques mais seulement qu'ils ne s'évaluent pas selon le même référentiel.
  • Les disques pirates et autres bootlegs ainsi que les disques non commerciaux distribués confidentiellement via l'Internet ou un « fan club » ne sont pas repris.
Par ailleurs, les notes attribuées gardent toujours leur part de subjectivité et ne sauraient relever d'un jugement universel (voir à ce sujet l'essai sur les disques essentiels publié sur une autre page de ce site).


[ RP 1968-1980 | RP 1981-1990 | RP 1991-2000 | RP post 2000 | Art Progressif ]

Prog Rock StoryL'Art Progressif

Index Rock Progressif

Index Rock Progressif

PDL Home Page - pierre.dulieu@skynet.be