Marillion : Discographie sélective


Retrouvez ces albums sur la boutique Prog de DragonJazz - rubrique : Neo-Prog



Script for A Jester's Tear
(EMI) 1983
Script For A Jester's Tear Ce premier essai emprunte certes beaucoup à l'univers de Genesis mais représente quand même une belle réussite avec des chansons qui resteront parmi les meilleurs moments du groupe : Script For A Jester's Tear, He Knows You Know, Garden Party et Forgotten Sons. Optez pour la version remastérisée avec Grendel en bonus.

Fugazi
(EMI) 1984
Fugazi Le batteur Mike Pointer a été remplacé par Ian Mosley (ex-Curved Air). Fugazi fut difficile à accoucher mais confirme le talent du groupe à composer et à arranger de superbes chansons dont trois au moins resteront comme des classiques : Assassing, Incubus et Fugazi. Le Progressif existe encore au milieu des années 80.

Misplaced Childhood
(EMI) 1985
Misplaced Childhood L'album le plus accompli de Marillion avec un Fish au sommet de sa forme qui revisite son enfance et en souligne les fractures dans un style très personnel. Superbement produit (par Chris Kimsey) et comprenant en plus deux courts morceaux irrésistibles (Kayleigh et Lavender), Misplaced Childhood, malgré quelques longueurs sur la fin, est incontournable.

Season's End
(EMI) 1989
Season's End Marillion en quête d'un nouveau chanteur engage Steve Hogarth et l'avenir est assuré. Le groupe compose des chansons qui traitent de problèmes sociaux (Holloway Girl, Easter et The King Of Sunset Town) et continue à les mettre en musique avec beaucoup de talent. Plus le temps passe, plus on oublie Fish et plus ce disque paraît réussi.

Brave
(EMI) 1994
Brave Hogarth et les siens redressent la barre et s'attellent à un concept album sombre et complexe. Marillion empile les couches sonores pour une musique à mi-chemin entre le Progressif symphonique et quelque chose de plus Rock tandis que le producteur "Indie" Dave Meegan donne à l'ensemble une fluidité naturelle. Un disque à part dans la discographie de Marillion !

This Strange Engine
(EMI) 1997
This Strange Engine Après s'être séparés un moment pour réaliser des projets personnels, les membres de Marillion se regroupent pour un disque dont le style a encore changé. Le titre de 15 minutes This Strange Engine emporte l'adhésion mais, pour le reste, on n'est pas loin d'un rock pop léger souvent plus acoustique qu'électrique. Tout ça manque un peu de passion !

Marillion.Com
(Castle) 1999
Marillion.Com Le groupe paie son tribut à Internet auquel il doit sa survie et continue à favoriser un Rock pop classique. Heureusement, il y a aussi les 15 minutes de Interior Lulu plus progressif avec un solo de Mark Kelly qui évoque même ELP. Plus accessible car moins abrasif que le précédent et légèrement plus progressif aussi. Mais pas vraiment de quoi mériter une étoile de plus.

Marbles
(Intact Records) 2004
Marbles Trois années plus tard, Marillion poursuit sa stratégie marketing mais revient à une conception plus néo-progressive de sa musique. La qualité est proche de celle de Brave ou Afraid Of Sunlight. Les chansons individuelles sont raffinées et l'album, conçu comme un tout, est agencé avec génie. La production parfaite de Dave Meegan confirme ce grand retour inattendu à la qualité.

Marbles On The Road [Live]
(Intact / Racket Records) 2004
Marbles On The Road [Live] Le soundtrack du DVD Marbles On The Road. Dommage que Marillion, toujours avide de gros sous, n'ait pas inclus ce compact dans le boîtier du DVD comme tant d'autres le font aujourd'hui.

Happiness Is The Road Vol. 1 - Essence
(Racket Records) 2008
Happiness Is The Road Vol. 1 - Essence Ce premier volume est essentiellement une affaire d'ambiance. Les chansons sont courtes souvent planantes et les mélodies aériennes. Il y a quand même un titre épique, Happiness Is The Road, absolument magnifique dans son lent crescendo lumineux. Essence devrait plaire à la majorité des fans d'un Marillion mélancolique qui retrouve ici la forme par rapport au décevant Somewhere Else.

Less Is More
(Racket) 2009
Less Is More Douze anciens titres de la période Steve Hogarth ont été réarrangés pour une interprétation acoustique et intimiste en studio. Le répertoire, qui comprend notamment des extraits de Marillion.Com (2), d'Anoracknophobia (3) et de Radiation (1), n'est pas vraiment celui qu'on attendait. L'approche est tranquille et l'ambiance soyeuse, quoique dominée par une unité de ton et de tempo. Mais Marillion parvient in fine à insuffler une nouvelle vie à des chansons passées autrefois inaperçues ou simplement oubliées. Less Is More n'est pas indispensable mais quand même agréable.

Sounds That Can’t Be Made
(EarMusic) 2012
Sounds That Can’t Be Made Les textes sont réfléchis et même osés comme sur la salve épique dramatique dédiée aux habitants de la Bande de Gaza. Quant à la musique, elle est se met au service des paroles en leur procurant un contexte émotionnel intense et en les baignant dans une atmosphère envoûtante. Alors que beaucoup de formations modernes se consument dans la lumière des médias, Marillion perdure dans la pénombre en produisant une musique superbe qui leur vient du coeur.

F.E.A.R. (Fuck Everyone and Run)
(EarMusic) 2016
F E A R FEAR a beau porter un titre provocateur, il ne s'inscrit pas moins dans la continuité de ce qui a fait le succès du groupe: une musique atmosphérique immédiatement reconnaissable avec des textes en prise sur l'actualité et une époque troublée. La voix plaintive de Hogarth s'accommode à merveille de ces nappes de sons en apesanteur peaufinées par Marillion depuis Brave en 1994. Une écoute attentive révèle les subtilités des multiples sections imbriquées dont la variété et l'intensité, sans atteindre celles de The Sounds That Can't Be Made, n'en sont pas moins bien réelles.

Recital Of The Script [DVD]
(EMI), 1983
Recital Of The Script [DVD] Enregistré à l'Hammersmith Odeon à Londres le 18 avril 1983, le concert reprend l'intégralité des titres du 1er album plus une version de Grendel de 18 minutes (face B du EP Market Square Heroes paru en 1983). Image et son ne sont pas terribles mais qu'importe : ce DVD est une archive intéressante des premiers pas avec Fish et avec l'actuel batteur d'Arena, Mike Pointer.

Real To Reel [Live]
(EMI) 1984
Real To Reel [Live] Enregistré au Spectrum à Montréal les 19 & 20 juin 1984 et à Leicester en mars 84, ce concert reprend quelques grands titres des deux premiers albums (dont le sublime Forgotten Sons) plus Cinderella Search. Real To Reel a été couplé sur CD avec Brief Encounter qui comprend 2 titres en studio (Lady Nina et Freaks) et 3 autres captés live au Hammersmith Odeon en 1986.

Clutching at Straws
(EMI) 1987
Clutching at Straws Les rapport se détériorent entre le groupe et son chanteur Fish. L'album encore produit par Chris Kimsey est pourtant l'un des plus élaborés de Marillion avec des titres comme Warm Wet Circles, Incommunicado et Going Under. Fish s'interroge sur lui-même ou sur le monde (la montée du néo-nazisme) et vole le disque en lui procurant une dimension dramatique.

Holidays in Eden
(EMI) 1991
Holidays in Eden L'album précédent s'est mal vendu et c'est un Marillion dérouté qui s'acoquine avec le producteur pop Christopher Neil. Le résultat est une musique qui s'éloigne du Progressif et, surtout, qui pêche par un manque d'envergure et d'identité.

Afraid Of Sunlight
(EMI) 1995
Afraid Of Sunlight Encore un bon disque varié et particulièrement bien conçu dont le concept tourne autour de la célébrité et de ses conséquences. Beaucoup de bonnes chansons avec des textes intelligents et des mélodies soignées. Epinglons les deux plages atmosphériques Afraid Of Sunrise et Afraid Of Sunlight et surtout Out Of This World avec un Steve Rothery au sommet de son art.

Radiation
(Castle), 1998
Radiation Certes beaucoup plus électrique que le précédent mais on reste dans le Rock pop et on pense bien trop souvent à des groupes comme les Beatles, U2 ou Radiohead. Three Minute Boy et These Chains sont les meilleurs titres. Le bluesy Born To Run est sympa tandis que Under The Sun surprend par ses riffs lourds. Plaisant dans la forme mais pas assez d'épaisseur pour laisser une empreinte.

Anoraknophobia
(EMI), 2001
Anoraknophobia Préfinancé par 13.000 fans, cet album se veut avant tout moderne, carrément opposé au contexte lié au mot progressif ... et à écouter le dub groove de This Is The 21st Century, Marillion aurait même tendance à se prendre pour Massive Attack. Quand même, ce disque a une couleur différente et, en un sens, Marillion n'a pas tord : Anoraknophobia ce n'est plus vraiment du Marillion.

Marbles On The Road [DVD]
(Intact / Racket Records) 2004
Marbles On The Road [DVD] Filmé spécialement pour DVD les 10 et 11 juillet 2004 à l'Astoria de Londres, ce concert bénéficie d'une image en 16:9 imparfaite et du son 5.1 surround qui, lui, est grandiose. Le répertoire reprend l'intégralité de Marbles plus une collection de chansons plus anciennes. Pas de doute, Marillion a retrouvé la forme et le public ne s'y trompe guère. Le meilleur DVD de Marillion !

Somewhere Else
(Intact Records) 2007
Somewhere Else Entre Pop contemporaine lascive et Rock psyché légèrement alternatif, Somewhere Else est un disque en demi-teintes, relaxant, bridé et un peu désabusé qui, malgré d'indéniables bons moments, laisse un goût d'inachevé et n'ajoute pas grand-chose à une discographie en dents de scie.

Happiness Is The Road Vol. 2 - The Hard Shoulder
(Racket Records) 2008
Happiness Is The Road Vol. 2 - The Hard Shoulder Le volume 2, vendu à part, s'affirme comme un disque plus varié et moins contemplatif que le premier. Rock psyché à la Pink Floyd, rythme légèrement funky, ballade mélodique à la Beatles, néo-prog enchanteur faisant écho à leurs plus belles oeuvres avec Steve Hogarth (Brave, Marbles...) : sur le point de l'achèvement formel, The Hard Shoulder est une performance remarquable.

Live From Cadogan Hall [2 CD]
(Racket Records) 2011
Live From Cadogan Hall [2 CD] Enregistré à la fin de la tournée Less Is More en décembre 2009, ce concert présente Marillion unplugged interprétant les titres de son album acoustique plus d'autres pièces de l'époque post-Fish. Les arrangements sont superbes et tellement originaux qu'ils changent l'atmosphère de plusieurs chansons. Elargissant sa palette instrumentale, le groupe délivre une musique contrastée et chaleureuse, surprenant son public, le bouleversant même par une insoupçonnable profondeur. Existe aussi en DVD.

A Sunday Night Above The Rain - Holland [2 CD]
(Racket Records) 2014
A Sunday Night Above The Rain - Holland [2 CD] Dans la pléthore de DVD et CD live offerts ces derniers temps par Marillion, ce concert du 10 mars 2013 à Port Zélande (Pays-Bas) donné dans le cadre des "Marillion Weekend" est une vraie bonne surprise. Il reprend l'intégralité de l'album Sounds That Can't Be Made en plus de quelques anciens favoris dont The King Of Sunset Town (Seasons End), This Strange Engine et l'épique Neverland (Marbles). Le son est fantastique et l'interprétation glorieuse. A ne pas manquer !






Les discographies présentées ici ne sont pas exhaustives mais plutôt indicatives des disques à écouter en priorité pour suivre l'évolution d'un groupe. En particulier :
  • Le choix s'est porté de préférence sur les disques en studio plutôt que sur ceux enregistrés en concert, sauf s'il s'agit d'albums live approuvés par le groupe, documentant une période particulière et gravés avec une qualité sonore suffisante.
  • Certains disques en studio ne sont pas repris s'ils sont d'une qualité artistique nettement insuffisante par rapport à la moyenne de la discographie du groupe. C'est par exemple parfois le cas pour certains albums réalisés en vitesse pour terminer une obligation contractuelle avec une compagnie de disques.
  • Les compilations ne sont généralement pas reprises sauf cas exceptionnel où des versions alternatives et/ou des titres inédits ont été inclus.
  • Au moins un DVD du groupe, pour autant qu'il en existe, est ajouté à la discographie : ce nouveau support de plus en plus répandu permet en effet de se faire une bonne idée des prestations en concert et offre souvent en bonus des interviews et documentaires intéressants sur les musiciens et leur musique.
  • Les disques d'un groupe qui n'entrent plus dans la catégorie « Rock Progressif », par exemple suite à un changement de personnel ou d'orientation musicale, ne sont pas inclus. Ce qui ne signifie pas qu'il s'agit de « mauvais » disques mais seulement qu'ils ne s'évaluent pas selon le même référentiel.
  • Les disques pirates et autres bootlegs ainsi que les disques non commerciaux distribués confidentiellement via l'Internet ou un « fan club » ne sont pas repris.
Par ailleurs, les notes attribuées gardent toujours leur part de subjectivité et ne sauraient relever d'un jugement universel (voir à ce sujet l'essai sur les disques essentiels publié sur une autre page de ce site).


[ RP 1968-1980 | RP 1981-1990 | RP 1991-2000 | RP post 2000 | Art Progressif ]

Prog Rock StoryL'Art Progressif

Index Rock Progressif

Index Rock Progressif

PDL Home Page - pierre.dulieu@skynet.be