KING CRIMSON : Discographie sélective


Retrouvez ces albums sur la boutique Prog de DragonJazz - rubrique : Inclassables



In the Court of the Crimson King
(EG / Virgin) 1969
In the Court of the Crimson King Le line-up original comprend Robert Fripp (gt), Ian McDonald (fl, cl, claviers et vibraphone), Michael Giles (dr), Greg Lake (b, chant) et Peter Sinfield (textes). Avec 21st Century Schizoid Man et Epitaph comme fers de lance, l'album monte à la 5e place des charts britanniques et détrône Abbey Road au Japon. Plus important, il définit le rock progressif en l'imposant comme un genre majeur tandis que la pochette de Barry Godber est au diapason de la musique en illustrant, de façon aussi originale que dérangeante, l'homme schizoïde du XXIe siècle. Culte!

In the Wake of Poseidon
(Virgin) 1970
In the Wake of Poseidon Les changements de personnel commencent avec la sortie de Ian McDonald et l’entrée de Peter Giles. Fripp délaisse un peu sa guitare pour le mellotron, très présent ici. Mais The Devil’s Triangle et Pictures Of A City sont superbes, Cat Food agrémenté du piano de Keith Tippett est un rock jazzy phénoménal tandis que Cadence And Cascade est la plus jolie chanson de KC. Certains ont dénigré l’album pour être trop similaire au précédent. Je confirme mais ce serait plutôt une qualité car réaliser un second disque aussi génial qu’In The Court n’est pas à la portée du premier venu.

Islands
(EG / Virgin) 1971
Islands Première déception de KC en studio : morceaux trop longs et thèmes moins accrocheurs. L'atmosphère est à la mélancolie et emprunte plus que d'habitude à la musique de chambre. Heureusement, la virtuosité est toujours là, émanant du trio composé de Fripp (gt et mellotron), Mel Collins (fl, sax) et Ian Wallace (dr). A Sailor's Tale est le sommet de cet album en demi teintes qui sera la dernière collaboration avec le parolier Peter Sinfield. Fripp sera désormais seul aux commandes.

Larks' Tongues in Aspic
(Virgin) 1973
Larks' Tongues in Aspic Retour en force d'une nouvelle incarnation du groupe avec Robert Fripp, Bill Bruford (dr), John Wetton (b, chant), David Cross (violon) et Jamie Muir (percussions). La musique évolue et devient plus expérimentale, plus agressive aussi dans les moments les plus extrêmes (Larks' Tongues In Aspic, Pt. 1). Fripp sait maintenant où il va et il s'est entouré d'une équipe de choc pour l'aider à concrétiser ses idées.

Starless and Bible Black
(Virgin) 1974
Starless and Bible Black Ce nouveau disque est une compilation de titres enregistrés en studio (The Great Deceiver et Lament) et d’improvisations jouées live à différents endroits, les plus longues (Trio, Fracture et Starless And Bible Black) provenant du concert du 23/11/1973 au Concertgebouw d'Amsterdam dont l’intégralité figure sur le double CD The Night Watch. Dans la ligne de Larks' Tongues In Aspic, la musique est toujours expérimentale. Le titre Improvisation: Trio est une introspection magnifique sur laquelle Bruford, bien que crédité comme compositeur, ne joue pas du tout.

USA [live]
(Atlantic) 1975
USA Robert Fripp ayant décidé de saborder son vaisseau, un album live enregistré en juin 1974 aux Etats-Unis est édité en 1975. Mis à part une nouvelle version live de 21st Century Schizoid Man, il documente la période Wetton/Bruford/Cross. A noter que des parties de violon et de piano électrique, enregistrées ultérieurement en studio par Eddie Jobson, ont été ajoutées sur 3 morceaux. Le concert témoigne de l’énergie et de la virtuosité de cette dernière incarnation de KC tandis que la qualité du son est aussi en net progrès par rapport à Earthbound.

Beat
(Caroline) 1982
Beat Persévérant dans la même veine new-wave, Beat est presque aussi bon, magique et intelligent que Discipline. Presque, car certaines compositions sont un peu moins accrocheuses. Sinon, Waiting Man, Neurotica et surtout Heartbeat, avec son solo de guitare hendrixien, sont des incontournables.

Vrooom [EP]
(Discipline) 1994
Vrooom Toujours avec Adrian Belew, Bill Bruford et Tony Levin, Fripp enregistre un EP de six titres. KC est devenu plus rock, primal et parfois même cacophonique mais s'avère toujours aussi tendu et novateur. L'essentiel de cet EP sera repris sur l'album Thrak.

Vrooom Vrooom [live - 2 CD]
(Disciple Global Mobile) 1995/1996
Vrooom Vrooom [live] Deux CD, deux concerts. L'un à New York en 1995 et l'autre à Mexico en 1996. Le disque Thrak est revisité par le double trio avec énergie et parfois avec frénésie. Y figure aussi l'incontournable 21st Century Schizoid Man.

Heavy ConstruKction
(DGM) 2000
Heavy ConstruKction Ce set de trois CD a été enregistré un peu partout en Europe entre mai et juillet 2000 pendant la tournée de promotion de The ConstruKction Of Light. Les 2 premiers CD sont consacrés à des titres récents extraits des concerts : Fripp, Belew, Gunn et Mastelotto sont comme d’habitude brillants et on a droit à une reprise du Heroes de David Bowie en finale. Le 3e CD reprend un mixage d’improvisations comme le faisait autrefois Frank Zappa. Rien d’essentiel et vu la quantité de disques live de KC déjà disponibles, on peut franchement zapper celui-ci.

The Power To Believe
(Sanctuary) 2003
The Power to Believe Encore un grand disque en studio que l'on peut caractériser par les mots puissance et beauté. Les attaques soniques, qui sont la marque de fabrique de KC depuis sa naissance, sont fracassantes mais il y a aussi les paysages sonores de Fripp et ses solos flamboyants ainsi que les chansons et textes très originaux d’Adrian Belew plus les instrumentaux pourvus d’innombrables cassures rythmiques. Voici du rock progressiste dans tous les sens du terme. Fripp, Belew, Gunn et Mastelotto : un quartet en état de grâce.

EleKtriK [live]
(DGM) 2003
EleKtriK La version audio du DVD Eyes Wide Open présentant KC en concert au Kouseinenkin Hall de Tokyo le 16 avril 2003. Le répertoire, centré sur The Power To Believe, est un témoignage essentiel du KC de l’époque, un groupe qui maîtrise parfaitement sa musique et qui est aussi capable de prendre des risques dans des improvisations difficiles. Belew et Fripp s’y affirment comme deux personnalités très imaginatives et, heureusement, à la fois compatibles et complémentaires au plan musical.

Live In Argentina, 1994 [live - 2 DVD]
(DGM) 2012
Live In Argentina, 1994 [live] Retour au temps du double trio de 1994. Après le mini-album VROOOM paru au printemps 1994 et quelques répétitions à l’été, le groupe embarque pour l’Argentine et enregistre en octobre deux concerts à Buenos Aires. C’est dans cette configuration à six, que KC revisite son répertoire incluant du nouveau matériel extrait de VROOOM et de Thrak. Ce double DVD offre toutes les possibilités modernes permettant de restituer la musique avec la meilleure qualité possible (DTS quadraphonic surround, LPCM stereo, audio MLP lossless).

Live In Toronto [live - 2 CD]
(DGM) 2016
Live In Toronto Ce concert enregistré au Queen Elizabeth Theatre à Toronto le 20 novembre 2015 permet d'entendre la même incarnation du groupe avec trois batteurs que sur Live At The Orpheum. Bootleg officiel, ce concert est livré tel quel, dans sa forme brute et sans édition ultérieure. Avec des titres qui vont du premier (Epitaph) au 13ème et dernier album studio (Level Five), la set liste ratisse large. Attention quand même : avec 3 batteries en ligne, la fatigue auditive, sans doute absente lors du show, guette les auditeurs de ce double compact.
Epitaph [live]
(Discipline) 1969
Epitaph [live] Epitaph comprend 4 titres enregistrés live pour la BBC en mai et en août 1969 ainsi que des extraits de concerts captés en novembre 1969 au Fillmore East de New York et en décembre 1969 au Fillmore West de San Francisco. Le line-up est le même que celui d'In The Court et l'énergie est décuplée par un groupe qui arrive à donner vie à ses chansons complexes sans avoir toutes les facilités du studio. En dépit des doublons (3 fois 21st Century Schizoid Man et Epitaph, 2 fois The Court Of The Crimson King...), ce double CD est recommandé.

Lizard
(EG / Virgin) 1970
Lizard C’est l’album le plus mal aimé des fans de la première heure mais pour quelques-uns dont je fais partie, c’est une œuvre majeure, ambitieuse, progressiste et probablement trop avant-gardiste pour être appréciée par un large public. Influencée par Miles Davis, la musique est aussi plus jazz et rompt définitivement avec le style symphonique des deux premiers opus. La ballade Lady Of The Dancing Water ne vaut peut-être pas I Talk To The Wind mais Cirkus et Indoor Games sont superbes tandis que le chant de Jon Anderson (Yes) bonifie encore l’excellent Prince Rupert Awakes.

Earthbound [live]
(Caroline) 1972
Earthbound [live] Enregistrée pendant l'hiver 1972 au cours de la dernière tournée du KC avec Fripp, Boz Burrell, Ian Wallace et Mel Collins, la musique part dans tous les sens sans aucune direction. L'album témoigne ainsi d'une désintégration annoncée tandis que le son, capté sur un simple magnétophone à cassettes, n'a plus grand chose de l'élégance des méticuleux albums en studio. Seule subsiste la méchante fièvre innoculée par ce fantastique guitariste qu'est Robert Fripp.

Night Watch [live]
(Discipline) 1973
Night Watch [live] Formidable concert enregistré par le nouveau line-up le 23 novembre 1973 au Concertgebouw d'Amsterdam. La plupart des titres proviennent de Larks' Tongues In Aspic et du disque suivant, Starless And Bible Black en plus de l'incontournable 21st Century Schizoid Man. Le son est d'une excellente qualité. A noter la jolie pochette reproduisant une peinture, intitulée The Nightwatch, de l'artiste britannique Pamela June Crook dont les oeuvres illustrent beaucoup d'albums de KC.

Red
(Virgin) 1974
Red David Cross parti, le trio restant Fripp-Wetton-Bruford enregistre un album sombre avec la participation d’anciens membres du groupe (Ian McDonald, Mel Collins et David Cross). Le ton se durcit et Fripp double sa guitare à de multiples reprises, donnant un aspect métal à sa musique, Red étant l’album le plus heavy jamais enregistré par le groupe. A cause de cette agressivité et malgré d’excellentes critiques, Red fut le premier disque de KC à ne pas entrer dans le top 30. Kurt Cobain de Nirvana, par contre, aimait beaucoup ça.

Discipline
(Caroline) 1981
Discipline Quand Fripp écide de faire revivre KC, personne ne s’attend à une telle transformation : les sonorités sombres d’antan sont désormais mixées avec une approche new-wave plus dans l’air du temps. Le miracle est que ça fonctionne. Le guitariste futuriste Adrian Belew s’entend à merveille avec Robert Fripp tandis que le bassiste Tony Levin, aussi maître du Chapman stick, et le batteur Bill Bruford concoctent ensemble une rythmique phénoménale. De l’interprétation aux compositions, tout ici est excellent !

Three of a Perfect Pair
(Caroline) 1984
Three of a Perfect Pair Troisième et dernier disque en studio pour cette mouture du KC. Si vous avez aimé les deux précédents albums, ne vous privez pas de celui-ci car KC va disparaître pendant 10 longues années. Le titre éponyme au groove irrésistible ainsi que l'étrange Sleepless se hissent parmi le meilleur du KC de cette période. La dernière composition s'appelle Larks' Tongues in Aspic, Pt. III : Robert Fripp a de la suite dans les idées.

Thrak
(Virgin) 1995
Thrak Le premier vrai disque studio après Three Of A Perfect Pair. Adrian Belew (gt), Bill Bruford (dr) et Tony Levin (b) sont toujours là. Fripp (gt) leur adjoint Pat Mastelotto (dr) et Trey Gunn (b) formant ainsi un double trio. Les instruments doublés sont combinés de manière unique, créant une musique dense, massive et expérimentale mais toujours passionnante. Le titre Dinosaur est le sommet de cet album visionnaire qui ne ressemble à rien d'autre.

The ConstruKction of Light
(Virgin) 2000
The ConstruKction of Light Douzième album studio de KC. Robert Fripp, en compagnie d'Adrian Belew, Trey Gunn et Pat Mastelotto, continue d'explorer partout où il peut aller, y compris son propre passé (Frakctured et Larks' Tongues in Aspic, Pt. 4), et s'avère en définive en avance sur son temps. Le recours à une batterie électronique n'est pas toujours heureux mais il y a quand même de très bons moments comme Heaven And Earth, qui ressemble à du Krautrock greffé sur du Eno, et le très progressiste Into The Frying Pan.

Happy With What You Have To Be Happy With [EP]
(DGM) 2002
Happy With What You Have To Be Happy With [EP] Ce mini-album est à Power To Believe ce que Vrooom était à Thrak : une sorte d’introduction avec des titres qui seront repris sur le CD complet mais arrangés différemment et parfois dans d’autres versions. On y trouve aussi bien du métal agressif que des chansons plus classiques ainsi que les fameux soundscapes de Robert Fripp plus des haikus en forme de textes récités dont la sonorité est trafiquée par Adrian Belew. Cet EP ne serait pas indispensable s’il n’y avait cette version acoustique très poignante de Eyes Wide Open qui sera repris différemment sur Power To Believe.

Eyes Wide Open [live - 2 DVD]
(Sanctuary) 2003
Eyes Wide Open [live] Deux concerts de KC, l'un durant le Power To Believe tour au Japon (2003) et l'autre pendant le ConstruKCtion Of Light tour en Angleterre (2000). Essentiellement le matériel des derniers disques depuis Vrooom. Indispensable pour comprendre pourquoi KC est resté aussi essentiel pour la musique progressive en 2003 qu'il l'était en 1969.

Jakszyk, Fripp & Collins : A Scarcity Of Miracles
(DGM) 2011
A Scarcity Of Miracles Pas vraiment un nouveau disque de KC mais un King Crimson ProjeKct. Pourtant avec Fripp, Mel Collins, Tony Levin et Gavin Garrison à bord en plus de Jakko M. Jakszyk pour qui l'univers crimsonien n'a pas de secret, ça y ressemble fort d'autant plus que la pochette est aussi peinte par P.J. Crook. Toutefois, même si elle garde sa part de complexité, la musique y apparaît beaucoup plus calme et accessible que d'habitude. A noter que le futur KC de 2014 reprendra live des titres de cet album comme s'il appartenait bien à la discographie du groupe.

Live At The Orpheum [live CD + DVD Audio]
(DGM) 2015
Live At The Orpheum Robert Fripp (gt), Tony Levin (b), Bill Rieflin, Pat Mastelotto et Gavin Harrison (dr), Jakko Jakszyk (gt, voc), et Mel Collins (sax, fl). Le répertoire provient de 2 shows enregistrés les 30/9 et 1/10 2014 au Orpheum Theatre de Los Angeles. La set liste est nouvelle avec des titres qui n'ont plus été joués depuis les 70's, le retour inespéré de Mel Collins est un must pour les fans du groupe, et la présence de trois batteurs sur la scène est pour le moins originale. On regrette seulement la brièveté du disque (41') et le fait que le CD et le DVD audio sont identiques.

Radical Action [live 3 CD + 1 Blu-Ray]
(DGM) 2016
Radical Action To Unseat The Hold Of Monkey Mind Oubliez les deux disques précédents et optez pour ce coffret qui documente d'une façon plus complète la dernière incarnation de KC pendant sa tournée 2015 aux USA, au Canada et au Japon. Le répertoire soigneusement édité et expurgé des bruits du public sonne comme celui d'un nouvel album qui aurait été enregistré live dans un grand studio. En plus, ce sont les meilleures versions qui sont offertes. Force est maintenant de reconnaître que sur ce coup-ci encore, tel un Miles Davis du Prog, Robert Fripp voyait beaucoup plus loin que tout le monde.

En 2009, le label de Robert Fripp, DGM (Discipline Global Mobile), a lancé l’édition du quarantième anniversaire des disques de King Crimson. Chaque album comprend un CD et un DVD audio avec des remix en stéréo et en DTS 5.1 surround, ainsi que des versions alternatives ou inédites de plusieurs titres. Le travail d’orfèvre réalisé sur les sources originales par Steven Wilson, leader de Porcupine Tree, est époustouflant. Apportant transparence, séparation, profondeur et clarté sans pour autant dénaturer les œuvres originales, Wilson les fait entrer dans le 21ème siècle. Jamais la musique n’a été aussi belle tandis que des détails jusqu’ici inaudibles surgissent pour la première fois de la masse sonore. Il difficile d’imaginer que l’on pourra techniquement faire mieux dans le futur si bien que ces nouvelles rééditions sont probablement les versions définitives que l’on ne peut que recommander aux audiophiles.

[ In The Court Of The Crimson King - 40th An. Ed. (CD/DVD) ] [ In The Wake Of Poseidon - 40th An. Ed. (CD/DVD) ]
[ Lizard - 40th An. Ed. (CD/DVD) ] [ Islands - 40th An. Ed. (CD/DVD) ]
[ Larks' Tongues In Aspic - 40th An. Ed. (CD/DVD) ] [ Starless And Bible Black - 40th An. Ed. (CD/DVD) ]
[ Red - 40th An. Ed. (CD/DVD) ] [ Discipline - Fortieth Anniversary Edition ]


Les discographies présentées ici ne sont pas exhaustives mais plutôt indicatives des disques à écouter en priorité pour suivre l'évolution d'un groupe. En particulier :
  • Le choix s'est porté de préférence sur les disques en studio plutôt que sur ceux enregistrés en concert, sauf s'il s'agit d'albums live approuvés par le groupe, documentant une période particulière et gravés avec une qualité sonore suffisante.
  • Certains disques en studio ne sont pas repris s'ils sont d'une qualité artistique nettement insuffisante par rapport à la moyenne de la discographie du groupe. C'est par exemple parfois le cas pour certains albums réalisés en vitesse pour terminer une obligation contractuelle avec une compagnie de disques.
  • Les compilations ne sont généralement pas reprises sauf cas exceptionnel où des versions alternatives et/ou des titres inédits ont été inclus.
  • Au moins un DVD du groupe, pour autant qu'il en existe, est ajouté à la discographie : ce nouveau support de plus en plus répandu permet en effet de se faire une bonne idée des prestations en concert et offre souvent en bonus des interviews et documentaires intéressants sur les musiciens et leur musique.
  • Les disques d'un groupe qui n'entrent plus dans la catégorie « Rock Progressif », par exemple suite à un changement de personnel ou d'orientation musicale, ne sont pas inclus. Ce qui ne signifie pas qu'il s'agit de « mauvais » disques mais seulement qu'ils ne s'évaluent pas selon le même référentiel.
  • Les disques pirates et autres bootlegs ainsi que les disques non commerciaux distribués confidentiellement via l'Internet ou un « fan club » ne sont pas repris.
Par ailleurs, les notes attribuées gardent toujours leur part de subjectivité et ne sauraient relever d'un jugement universel (voir à ce sujet l'essai sur les disques essentiels publié sur une autre page de ce site).


[ RP 1968-1980 | RP 1981-1990 | RP 1991-2000 | RP post 2000 | Art Progressif ]

Prog Rock StoryL'Art Progressif

Index Rock Progressif

Index Rock Progressif

PDL Home Page - pierre.dulieu@skynet.be