Kamelot : Discographie sélective


Retrouvez ces albums sur la boutique Prog de DragonJazz - rubrique : Métal progressif



Eternity
(Noise) 1995
Eternity Le chanteur de l'époque, Mark Vanderbilt, rappelle Crimson Glory en moins agressif. L'inclination pour les ambiances médiévales est déjà là mais la musique Heavy mélodique de ce premier opus n'a rien à voir avec ce que produira Kamelot dans quelques années. Même la production est datée et le design quelconque attend l'arrivée du génial Derek Gores. Patience !

Siége Perilous
(Noise) 1998
Siége Perilous Ca y est : le Norvégien Roy Khan (ex-Conception) est arrivé et son chant s'intègre à merveille dans le Power Rock mélodique du groupe. Casey Grillo s'installe à la batterie et, là aussi, on goûte la différence. Question musique, Where I Reign et King's Eyes en mettent plein les oreilles tandis que le Speed Metal européen fait son apparition avec Millenium.

The Expedition [LIVE]
(Noise) 2000
The Expedition Le répertoire de ce concert, enregistré en Allemagne et en Grèce en avril 2000, délaisse les premiers albums et se concentre avec sagesse sur The Fourth Legacy. Gunter Werno de Vanden Plas comble le vide aux claviers. Deux titres rares sont ajoutés en bonus ainsi qu'une nouvelle version de We Are Not Separate.

Epica
(Noise) 2003
Epica Entre Métal Prog américain et Power Rock européen, Kamelot s'est inventé une troisième voie. Délaissant les vaines prouesses techniques, Thom Youngblood (gt) et ses accolytes réinventent un monde médiéval futuriste et se concentrent sur l'essentiel : des mélodies magiques, des compositions élaborées et des arrangements somptueux.

One Cold Winter's Night [LIVE] - 2 CD
(SPV / Steamhammer) 2006
One Cold Winter's Night [LIVE] - 2 CD Oslo est désert en ce soir de février 2006 et la température bien en dessous de zéro, mais à l'intérieur du Rockefeller Music Hall, le froid est battu en brèche par le beat brûlant qui déferle de la scène comme l'haleine du dragon. Un show superbement agencé avec des chansons provenant quasi-exclusivement de leurs trois derniers et meilleurs opus.

Ghost Opera
(SPV / Steamhammer) 2007
Ghost Opera Sous le design désormais conventionnel de Mattias Norén, se cache une production de métal symphonique irréprochable. Mais en dépit du violon, des orchestrations léchées et du chant épique de Roy Khan enrobé de voix féminines, Kamelot semble pour la première fois se reposer sur ses acquis : tout coule trop facilement et les mélodies sont moins accrocheuses. L'acier se serait-il rouillé pendant que la cour du Roi Arthur s'adonne à la fête ?

Silverthorn
(SPV / Steamhammer) 2012
Ghost Opera Après le départ de l'emblématique Roy Khan, Kamelot s'est trouvé un nouveau chanteur en la personne de Tommy Karevik mais ne change pas pour autant son approche musicale. On y décèle tout au plus un repli sur ses racines allant de pair avec un dynamisme qui n'avait plus été aussi apparent depuis The Black Halo. Quelques titres comme Sacrimony ou Veritas surnagent mais dans l'ensemble, la production de Sascha Paeth est trop comprimée. Quand à Karevik, sa voix ressemble parfois à celle de Khan et parfois pas mais, dans un sens ou dans l'autre, il fera carrière.

Dominion
(Noise) 1996
Dominion Ca s'améliore légèrement même si le Métal américain de ce groupe issu de Tampa en Floride a décidément besoin d'une voix qui fera la différence. Sinon, le groupe se forge un style dans le genre Rock médiéval et fait une fixation sur le Roi Arthur. Derek Gores lui est déjà au rendez-vous et ses illustrations feront désormais partie de la magie du groupe.

The Fourth Legacy
(Noise) 1999
The Fourth Legacy David Pavlicko (claviers) est parti et Kamelot devient un quartet. Miro arrange et tient les claviers. Le Power Rock mélodique se fait plus progressif et intègre même des influences irlandaises (The Shadow of Uther) ou moyen-orientales (Nights of Arabia et Desert Reign). Idéal pour écouter en lisant de la Fantasy.

Karma
(Noise) 2001
Karma Le disque de la révélation. Le Power Metal médiéval de Kamelot se pare des orchestrations du Rodenberg Symphony Orchestra arrangées par Miro et acquiert une dimension vraiment symphonique. La production de Sascha Paeth et Miro rend pleinement hommage aux mélodies et aux harmonies. Et s'il manque une étoile, c'est parce qu'ils vont faire encore mieux après.

The Black Halo
(SPV / Steamhammer) 2005
The Black Halo Prolongeant le concept du disque précédent inspiré par le thème de Faust, préservant avec sagesse le feu qu'il a fait naître, peaufinant sa musique dans le moindre détail et confiant à des invités comme le Rodenberg Symphony Orchestra ou Jens Johansson ce qu'il ne peut faire lui-même, Kamelot est désormais au sommet de son art.

One Cold Winter's Night [LIVE] - 2 DVD
(SPV / Steamhammer) 2006
One Cold Winter's Night [LIVE] - 2 DVD Le même show que celui du double compact mais avec les superbes images prises sous des angles multiples par les 18 caméras de Patric Ullaeus. Tout le concert tient sur le premier disque. Le second comprend son lot habituel de documentaires, de photos et d'interviews plus des clips vidéo dont ceux de The Haunting et de March Of Mephisto également réalisés par Patric Ullaeus.

Poetry For The Poisoned
(KMG) 2010
Poetry For The Poisoned Globalement, le groupe maintient son niveau de qualité avec des compositions denses, majestueuses et mélodiques et des arrangements symphoniques bien ciselés. La voix du chanteur Roy Khan semble moins puissante qu'auparavant mais garde son pouvoir de séduction. Toutefois, la répétition d'un style bien au point depuis plusieurs albums laisse une impression de déjà entendu et fait espérer que le groupe évoluera par la suite vers une formule plus innovante et plus ambitieuse. A noter la voix effrayante de Jon Oliva (Savatage) en invité sur The Zodiac qui se réfère au fameux tueur en série américain.

Haven
(Napalm) 2015
Haven Second album de Kamelot avec le chanteur Tommy Karevik, Haven maintient son niveau de qualité avec ce prog métal symphonique hyper-produit, aux textures riches et polies, qui a fait sa réputation. Rien de bien original certes mais la formule est cette fois proche de la perfection. Alissa White-Gluz en duo avec Karevik dynamite le dense Liar Liar tandis que la cornemuse de Troy Donockley et les vocaux angéliques de Charlotte Wessels rehaussent la ballade Under Grey Skies: Deux titres exemplaires parmi d'autres qui mettent en relief le soin extrême apporté par le groupe à sa musique.

Les discographies présentées ici ne sont pas exhaustives mais plutôt indicatives des disques à écouter en priorité pour suivre l'évolution d'un groupe. En particulier :
  • Le choix s'est porté de préférence sur les disques en studio plutôt que sur ceux enregistrés en concert, sauf s'il s'agit d'albums live approuvés par le groupe, documentant une période particulière et gravés avec une qualité sonore suffisante.
  • Certains disques en studio ne sont pas repris s'ils sont d'une qualité artistique nettement insuffisante par rapport à la moyenne de la discographie du groupe. C'est par exemple parfois le cas pour certains albums réalisés en vitesse pour terminer une obligation contractuelle avec une compagnie de disques.
  • Les compilations ne sont généralement pas reprises sauf cas exceptionnel où des versions alternatives et/ou des titres inédits ont été inclus.
  • Au moins un DVD du groupe, pour autant qu'il en existe, est ajouté à la discographie : ce nouveau support de plus en plus répandu permet en effet de se faire une bonne idée des prestations en concert et offre souvent en bonus des interviews et documentaires intéressants sur les musiciens et leur musique.
  • Les disques d'un groupe qui n'entrent plus dans la catégorie « Rock Progressif », par exemple suite à un changement de personnel ou d'orientation musicale, ne sont pas inclus. Ce qui ne signifie pas qu'il s'agit de « mauvais » disques mais seulement qu'ils ne s'évaluent pas selon le même référentiel.
  • Les disques pirates et autres bootlegs ainsi que les disques non commerciaux distribués confidentiellement via l'Internet ou un « fan club » ne sont pas repris.
Par ailleurs, les notes attribuées gardent toujours leur part de subjectivité et ne sauraient relever d'un jugement universel (voir à ce sujet l'essai sur les disques essentiels publié sur une autre page de ce site).


[ RP 1968-1980 | RP 1981-1990 | RP 1991-2000 | RP post 2000 | Art Progressif ]

Prog Rock StoryRépertoire des CD chroniquésL'Art ProgressifLiens Prog

Index Rock Progressif

Index Rock Progressif

PDL Home Page - pierre.dulieu@skynet.be