Jethro Tull : Discographie sélective


Retrouvez ces albums sur la boutique Prog de DragonJazz - rubrique : Folk-Rock



This Was This Was
(Chrysalis) 1968
Un premier essai qui s'inscrit dans le British Blues de la fin des 60's. Avec la flûte de Ian Anderson en plus qui partage ici la vedette avec la guitare de Mick Abrahams. Pas mal du tout dans le genre.

Benefit Benefit
(Chrysalis) 1970
Un peu décevant à la première écoute par rapport à la claque du précédent opus. Mais plus ambitieux aussi car Anderson a le souci de faire progresser sa musique. John Evans est invité à l'orgue et au piano. Benefit marque quelque part une transition vers de nouveaux horizons mais c'est une demi-réussite.

Thick As A Brick Thick As A Brick
(Chrysalis) 1972
L'étape la plus aboutie de la trajectoire de Jethro Tull. Voici le magnum opus progressif d'un groupe ambitieux qui ne repose pas sur ses lauriers. Un superbe concept album à ranger entre Close To The Edge et Foxtrot, tout deux sortis cette année-là.

Warchild Warchild
(Chrysalis) 1974
Prudent retour en arrière vers des valeurs plus traditionnelles et des morceaux courts. L'amateur de Prog est déçu même si Warchild offre quelques titres rock et acoustiques plutôt réussis et des orchestrations appropriées de David Palmer . Le problème est que, d'un disque à l'autre, on attend toujours mieux d'un groupe comme Jethro Tull.

Too Old To Rock'N'Roll, Too Young To Die Too Old To Rock'N'Roll, Too Young To Die
(Chrysalis) 1976
Le concept global n'a aucun intérêt mais la musique est écoutable. Les synthés n'ont pas encore remplacé les guitares acoustiques et le groupe est au top (y compris le nouveau bassiste John Glascock). Quelques orchestrations élaborées rappellent que Too Old était au départ conçu comme une comédie musicale, ce qui explique aussi l'abondance de paroles.

Heavy Horses Heavy Horses
(Chrysalis) 1978
Dans la même veine folklorique anglaise, Heavy Horses, gorgé de belles mélodies et de textes inspirés, est encore meilleur que le précédent.

Stormwatch Stormwatch
(Chrysalis) 1979
Retour au concept album avec cette histoire écologique de fin du monde. Dommage que la musique manque singulièrement d'inspiration et n'arrive à retrouver ni le progressif flamboyant de Thick As A Brick, ni la fraîcheur des mélodies folk de Heavy Horses.

Broadsword And The Beast Broadsword And The Beast
(Chrysalis) 1982
Sur la pochette, Anderson se déguise en elfe et semble replonger dans la Fantasy. Mais l'amateur de progressif n'y trouvera pas son compte malgré quelques mélodies attrayantes et des synthés mieux apprivoisés.

Crest Of A Knave Crest Of A Knave
(Chrysalis) 1987
Un infection chronique de la gorge conduit Anderson a un repos forcé. Il revient trois années plus tard avec un disque au son lourd et électrique. Martin Barre joue au guitar hero et Jethro Tull remporte un Grammy Award dans la catégorie Hard & Heavy.

Catfish Rising Catfish Rising
(Chrysalis) 1991
Les textes n'ont aucun intérêt ! Seule compte la musique toujours énergique dans le même style que les deux albums précédents mais cette fois interprétée avec un regain d'urgence.

J-Tull Dot Com J-Tull Dot Com
(Varese) 1999
Du Jethro Tull conventionnel : la flûte d'Anderson s'envole toujours avec élégance tandis que la guitare de Martin Barre reste à l'affût du moindre break. Andy Giddings aux claviers cimente tout ça avec beaucoup de savoir faire.

Living With The Past Living With The Past [DVD]
2002
Le répertoire du groupe, en forme de Best Of, est revisité avec beaucoup de classe dans ce concert entrecoupé d'interviews. Le son comme l'image sont de qualité et les extras foisonnent. En particulier, les retrouvailles bluesy d'Anderson et de Mick Abrahams sont bien sympathiques !

Stand Up Stand Up
(Chrysalis) 1969
Martin Barre remplace Mick Abrahams à la guitare et le changement est radical. Jethro Tull relègue le Blues au second plan et se fend d'un grand disque de Rock sans aucune scorie. La cerise sur le gâteau, c'est bien sûr la fameuse Bouree de Bach interprétée à la flûte par un Anderson déchaîné.

Aqualung Aqualung
(Chrysalis) 1971
Jeffrey Hammond-Hammond remplace Glenn Cornick à la basse et John Evans est intégré. Parfait mélange de titres échevelés, de mélodies accessibles et d'idées complexes et originales, Aqualung est pour beaucoup le meilleur album du Tull et c'est en tout cas son disque le plus célèbre.

A Passion Play A Passion Play
(Chrysalis) 1973
Encouragé par le succès du disque précédent, Ian Anderson persiste dans la même voie progressive mais avec un succès plus mitigé. C'est surtout le concept obscur et vaguement inspiré par l'Enfer de Dante qui n'accroche pas. La musique elle reste d'un excellent niveau.

Minstrel In The Gallery Minstrel In The Gallery
(Chrysalis) 1975
Probablement influencé par Steeleye Span qu'il a produit, Anderson concocte un mélange plutôt réussi de folklore élisabéthain ou médiéval et de Rock électrique. Le côté progressif de la musique culmine sur Baker Street Muse qui dure plus de 16 minutes et rappelle par sa complexité A Thick Of The Brick.

Songs From The Wood Songs From The Wood
(Chrysalis) 1977
Avec un répertoire nettement plus orienté vers le folklore anglais, Ian Anderson produit un disque qui accroche et confirme qu'il est l'un des interprètes parmi les plus doués de cette fusion rock-folk élégante qui lui va finalement comme une redingote.

Bursting Out Bursting Out [Live]
(Chrysalis) 1978
Doté d'un son remarquable, ce double LP qui met l'emphase sur le côté rock du groupe offre une compilation de ses plus grands titres depuis A New Day Yesterday jusqu'à Songs From The Wood.

A A
(Chrysalis) 1980
Ian Anderson quitte l'habit du vagabond et endosse celui du scientifique. Même le personnel du groupe change. Quant à la musique, Jethro Tull la pare de synthétiseurs espérant peut-être surfer un moment sur la New-Wave.

Under Wraps Under Wraps
(Chrysalis) 1984
Le disque le moins connu. Anderson, aidé par Peter-John Vettese aux claviers, s'intéresse à la guerre froide et à l'espionnage et produit un disque qui se veut moderne mais qui n'intéresse personne.

Rock Island Rock Island
(Chrysalis) 1989
Jethro Tull persiste dans la même veine Hard que le disque précédent mais avec nettement moins d'enthousiasme.

Roots To Branches Roots To Branches
(Chrysalis) 1995
Ce disque marque un retour au son classique de Jethro Tull, c'est à dire antérieur à sa période Hard. Anderson, dont la voix a changé, revisite ses multiples influences et s'ouvre même à quelques autres d'inspiration orientale. Pas mal !

Christmas Album Christmas Album
(Fuel 2000) 2003
Le vieux mage jouant au Papa Noël ! On croit rêver. Mais non, Anderson a réussi à capter avec sensibilié les ambiances traditionnelles des fêtes de Noël, imposant à nouveau ce style Folk Rock unique proche de celui de Heavy Horses. Une réussite aussi inespérée qu'incontestable.

Les discographies présentées ici ne sont pas exhaustives mais plutôt indicatives des disques à écouter en priorité pour suivre l'évolution d'un groupe. En particulier :
  • Le choix s'est porté de préférence sur les disques en studio plutôt que sur ceux enregistrés en concert, sauf s'il s'agit d'albums live approuvés par le groupe, documentant une période particulière et gravés avec une qualité sonore suffisante.
  • Certains disques en studio ne sont pas repris s'ils sont d'une qualité artistique nettement insuffisante par rapport à la moyenne de la discographie du groupe. C'est par exemple parfois le cas pour certains albums réalisés en vitesse pour terminer une obligation contractuelle avec une compagnie de disques.
  • Les compilations ne sont généralement pas reprises sauf cas exceptionnel où des versions alternatives et/ou des titres inédits ont été inclus.
  • Au moins un DVD du groupe, pour autant qu'il en existe, est ajouté à la discographie : ce nouveau support de plus en plus répandu permet en effet de se faire une bonne idée des prestations en concert et offre souvent en bonus des interviews et documentaires intéressants sur les musiciens et leur musique.
  • Les disques d'un groupe qui n'entrent plus dans la catégorie « Rock Progressif », par exemple suite à un changement de personnel ou d'orientation musicale, ne sont pas inclus. Ce qui ne signifie pas qu'il s'agit de « mauvais » disques mais seulement qu'ils ne s'évaluent pas selon le même référentiel.
  • Les disques pirates et autres bootlegs ainsi que les disques non commerciaux distribués confidentiellement via l'Internet ou un « fan club » ne sont pas repris.
Par ailleurs, les notes attribuées gardent toujours leur part de subjectivité et ne sauraient relever d'un jugement universel (voir à ce sujet l'essai sur les disques essentiels publié sur une autre page de ce site).


[ RP 1968-1980 | RP 1981-1990 | RP 1991-2000 | RP post 2000 | Art Progressif ]

Prog Rock StoryL'Art Progressif

Index Rock Progressif

Index Rock Progressif

PDL Home Page - pierre.dulieu@skynet.be