Galahad : Discographie sélective


Retrouvez ces albums sur la boutique Prog de DragonJazz


La création du groupe anglais Galahad remonte à 1985, soit quelques années seulement après la première vague du néo-prog devenue aujourd’hui légendaire (Marillion, IQ, Pallas et Pendragon). A l’époque, Galahad combinait des compositions originales avec des titres de rock classique empruntés à Led Zeppelin, Pink Floyd, U2, Dire Straits, Queen, Rush, Black Sabbath ou Genesis. Originaire du Dorset, c’est là qu’ils se sont produits pour la première fois le 31 août 1985 dans un Centre communautaire près de Christchurch. De 1985 à 1991, date de leur premier CD officiel, le line-up du groupe a changé à plusieurs reprises mais le chanteur Stuart Nicholson et le guitariste Roy Keyworth étaient présents dès la formation d’origine. Après avoir personnalisé son répertoire, Galahad a enregistré plusieurs démos et morceaux qui ont été éventuellement édités en cassette avec les moyens du bord. Ces premiers pas ont pour la plupart été remastérisés, voire réenregistrés, et ressortis plus tard en compact sous la forme de trois compilations intitulées « Other Crimes and Misdemeanours ».

En 1991, Galahad sort son premier CD officiel (Nothing Is Written) qui contient au-moins trois compositions intéressantes : Aqaba, Richelieu’s Prayer et Face To The Sun. Bien que mal produit de façon indépendante et auto-financé, l’album révèle un néo-prog certes typique dans le style de Marillion mais d’une bonne facture - Nicholson qui chante un peu comme Fish auditionnera plus tard pour remplacer le chanteur au sein de Marillion mais la rumeur veut qu’il n’a pas été retenu justement parce son chant était trop proche de celui du bouillant Ecossais et que Marillion souhaitait explorer d’autres voies. le disque se vendra à plusieurs milliers de copies, un succès relatif qui témoigne d’un réel intérêt de la part d’un public alors en manque de productions progressistes. A noter que le bassiste Neil Pepper, décédé en 2011, ainsi que le batteur Spencer Luckman, toujours fidèle au poste, jouent déjà sur cet album.

Le groupe est alors diffusé sur la BBC Radio One et décroche quelques concerts en Allemagne et au Japon. Pour embrayer sur cette reconnaissance inespérée, Galahad sort en 1993 une compilation de titres anciens, certains réenregistrés, intitulée In A Moment Of Complete Madness qui en étonnera plus d’un par la qualité de ses deux suites épiques finales : Ghost Of Durtal and Welcome To Paradise. Not All There (1994) qui vient ensuite est une parenthèse dans la discographie du groupe : un album acoustique de chansons qui relèvent davantage du folk-rock anglais que du rock progressiste. Après deux autres compacts (l’excellent Sleepers en 1995 et le médiocre Following Ghosts en 1999), Galahad s’égare avec un « dance remix » sans aucun intérêt (De-constructing Ghosts, 1999) mais revient en 2002 avec un disque original qui va changer le cours de sa carrière : Year Zero est un formidable concept album où le groupe, stimulé par le nouveau claviériste Dean Baker, combine des effets électroniques dérivés du Krautrock à son néo-prog symphonique. C’est à partir de là que Galahad est passé dans la cour des grands tandis que les productions qui suivront (Empires Never Last, 2007 et Battle Scars, 2012) afficheront toutes une qualité nettement supérieure. A l’origine marginal, Galahad est devenu aujourd'hui, à force de travail et de persévérance, l’un des piliers incontournables du courant néo-progressiste moderne.



Other Crimes & Misdemeanours
(Oskar Records) 1992 / Réédition 2008
A l'origine, il s'agissait d'une compilation, uniquement disponible en cassette, de morceaux rares enregistrés par des line-up variables dans les années 80 et au début des 90's. La réédition en CD digipack permet de retrouver, après 16 années, cette musique améliorée sur le plan sonore. Cet album n'intéressera que les fans et les historiens du néo-prog d'autant plus que les meilleurs titres ont été réenregistrés plus tard en mieux (Painted Lady (1990 / 1993), The Chase (1987 / 1993), The Looking Glass (1987 / 1995)... La pochette est reprise d'un 45t simple de 1987 (Dreaming From the Inside / The Opiate) dont les deux titres ne sont bizarrement pas inclus ici.

In A Moment Of Complete Madness
(Avalon Records) 1993
Ce disque est une collection d'anciennes chansons enregistrées par le Galahad avec différents line-up mais toujours avec le même chanteur Stuart Nicholson. Earth Rhythm, Lady Messiha, One For The Record, Second Life et Parade ont ainsi été enregistrés en 1989 tandis que les deux longs titres épiques qui sont les meilleurs moments de l'album (Ghost Of Durtal et Welcome To Paradise, respectivement composés en 1985 et 1987) ont été réenregistrés en 1992 et 1993. Inégal dans le style rock/pop et néo-prog des années 80's mais encore une fois, porteur de promesses.

Not All There (Galahad Acoustic Quintet)
(Avalon Records) 1994
Cet album paru sous le nom de Galahad Acoustic Quintet est une version "unplugged" de Galahad avec la participation additionnelle de Sarah Quilter (fl, cl, sax). Comprenant des guitares sèches, un piano, des flûtes, une clarinette et des percussions, la musique a les accents d'un folk-rock mélodique anglais, parfois médiéval, comme celle des premiers disques des Strawbs ou de Magna Carta. Nicholson apparaît ici comme un bon chanteur, expressif mais sans forcer sa voix. Atypique dans la discographie du groupe, cet essai en acoustique n'en est pas moins une raffraîchissante réussite.

Classic Rock Live
(Avalon) 1996
Classic Rock Live, Aqaba, Ghost Of Durtal, Richelieu's Prayer... Les grands titres épiques sont ici brillamment interprétés lors d'un concert donné le 22 avril 1995 à Rotherham (Angleterre) pour la fameuse Classic Rock Society.

Other Crimes And Misdemeanours II
(Oskar) 1997
Une autre compilation de titres datant de 1986 à 1991, remastérisés par Chris Torpe et rassemblés par Oskar Productions sur un CD en 2008. Le premier simple 45 tours du groupe sorti en 1987 et devenu extrêmement rare (Dreaming From The Inside / The Opiate) est cette fois inclus. Le reste, qui date du début des années 90, n’a rien d’exceptionnel sinon de documenter une période extrêmement pauvre en réalisations progressives.

De-constructing Ghosts
(Avalon) 1999
Le groupe reprend les masters de Following Ghosts et concocte un « remix » album. Le même traitement a été réservé plus ou moins à la même époque au Strange Engine de Marillion. Dans les deux cas, le résultat est médiocre et sans aucun intérêt pour les amateurs de rock progressiste. A réserver aux oreilles réceptives à la « dance / house music » et aux breakbeats qui vont avec.

Year Zero
(Avalon) 2002
C’est ici que tout a basculé pour Galahad. Abandonnant le néo-prog classique et persévérant dans une voie défrichée lors de Following Ghosts qui consiste à mixer différentes influences, ils délivrent cette fois une œuvre forte, atypique mais totalement passionnante. Les sons électroniques inspirés de Tangerine Dream se même au rock symphonique. Le space-rock à la Hawkwind côtoie le baroque, les orgues d’église, le mellotron, des passages jazzy et même pop. Cette musique est l’une des plus éclectiques du prog mais elle est malgré tout cohérente et coule du début à la fin en un long fleuve tumultueux.

Empires Never Last
(InsideOut) 2007
Sans conteste le sommet de la discographie de Galahad, Empires Never Last est encore meilleur que Year Zero. Combinant les canons du néo-prog avec un arsenal de claviers et de sons électroniques, l’album comprend des passages instrumentaux somptueux qui doivent probablement beaucoup au claviériste Dean Baker (déjà catalyseur du changement sur Year Zero). La pochette représente la prise de Berlin par l’armée russe mais sur le drapeau, le symbole soviétique a été remplacé par la lettre G... Un "G" pour Galahad, désormais prêt à conquérir le monde du rock progressif grâce à son irrésistible musique.

Whitchurch 92/93 - Live Archives Vol. 2 [CD / DVD]
(Oskar) 2012
Après les deux concerts de Classic Rock Lives, ce second volume, à nouveau édité par le label polonais Oskar Productions, présente deux shows plus anciens enregistrés à Whitchurch (Hampshire). Celui de juillet 1992 est inclus sur le CD audio et comprend 12 titres dont Face To The Sun, Exorcising Demons, Richelieu's Prayer et Lady Messiah. Le show de Juillet 1993, repris sur le DVD, a une set list similaire sans Face To The Sun mais avec Sleepers et Ghost Of Durtal. Pour complétistes seulement.

Beyond The Realms Of Euphoria
(Avalon) 2012
Peut-être encore plus que sur les disques précédents, cet album laisse apparaître ce que le groupe doit au claviériste Dean Baker dont l'électronique fluide sous-tend désormais toute la musique de Galahad. On en jugera par cette reprise modernisée de Richelieu's Prayer (un titre qui figurait sur leur premier LP Nothing Is Written). Sinon, Stu Nicholson chante mieux que jamais et les autre musiciens sont au top y compris le regretté bassiste Neil Pepper décédé peu après cet enregistrement.
Nothing Is Written
(Avalon Records) 1992
Le premier LP officiel du groupe. Directement inspiré par la première vague du Néo-Prog symponique que Galahad a manqué de quelques années seulement, cet album inégal affiche d'indéniables qualités au niveau des compositions (Aqaba très cinématographique avec son ambiance à la Lawrence d'Arabie et surtout l'épique Richelieu's Prayer, avec ses interludes baroques au clavecin et à l'orgue d'église, sont très réussis). Toutefois Stuart Nicholson a encore de l'espace pour s'améliorer en tant que chanteur tandis que la production, limitée par le manque de moyens financiers, ne facilite pas l'écoute de ce disque.

Voiceprint Radio Sessions [EP]
(Voiceprint CD single) 1994
Trois titres seulement sur ce CD de 20 minutes : Aries, The Chase et Learning Curve enregistrés au Room With A View à Ringwood (Hampshire) au printemps 1993. La nouvelle version d'Aries, un morceau épique qui date de 1987, s'étend sur plus de 10 minutes avec plusieurs variations de rythme et des claviers envahissants dans un style néo-prog basique. Le compact est aujourd'hui introuvable mais, pour les complétistes, sachez que ces trois titres sont repris en ouverture de la compilation Other Crimes And Misdemeanours III éditée par Oskar Productions.

Sleepers
(Avalon Records) 1995
C'est un Galahad en pleine forme et en net progrès que l'on retrouve sur Sleepers, un des disques majeurs du néo-prog des années 90 à 95. Le morceau éponyme en particulier, avec son orchestration dramatique en introduction, est un grand moment. Sur les titres les plus récents, Le couple Karl Garrett (claviers) / Roy Keyworth (gt) tisse des textures savantes tandis que Nicholson affirme davantage sa personnalité. Et sur Exorcising Demons, la rythmique (Neil Pepper / Spencer Luckman) pousse le groupe dans des zones plus heavy à l'instar de leurs compatriotes d'Arena. Sleepers peut être considéré comme étant le meilleur album de la première période de Galahad.

Two Classic Rock Lives [2 CD]
(Oskar) Edition 2008
L'excellente prestation de Classic Rock Live a été remastérisée et augmentée d'un second concert enregistré le 28 octobre 1994 au légendaire Mister Smiths de Bournemouth, le tout ayant été édité par Oskar Records en 1998 sous le nom de Two Classic Rock Lives. La setlist du concert de Bournemouth inclut plusieurs morceaux qui furent également interprétés 6 mois plus tard à Rotherham : Sleepers, Aqaba, The Chase, Ghost Of Durtal, Richelieu’s Prayer et Room 801.

Following Ghosts
(Avalon) 1999
Cet album affiche une volonté de se démarquer du néo-prog classique et de Marillion en particulier. Galahad tire dans toutes les directions y compris vers le rock heavy. Des sons électroniques mi-dance mi-krautrock sont injectés pour la première fois dans quelques titres dont le fameux Bug Eye de 14 minutes tandis que l’on a recours à des sons ethniques sur d’autres. Mais la sauce ne prend pas. Les compositions sont cette fois moins accrocheuses, voire complaisantes, le disque privilégiant malheureusement la quantité au profit de la qualité. Quant au rythme haché et grossier de Myopia, il ne fera jamais l'unanimité.

Other Crimes And Misdemeanours III
(Oskar) 2001
Dernière compilation retraçant la préhistoire du groupe avec 3 titres issus d'un EP édité par Voiceprint en 1994 (Aries, The Chase et Learning Curve), 3 titres issus d'une session pour BBC Radio One en 1991 (Face to the Sun, One For the Record et Room 801), un titre non inclus sur le Classic Rock Live par manque de place (Exorcising Demons) et 3 titres enregistrés pour des hommages à des groupes prog (The Ceiling Speaks de Twelfth Night, Lady Fantasy de Camel et The Chamber Of 32 Doors de Genesis).

Live in Poland - Resonance [DVD]
(Metal Mind) 2006
Ce concert a été enregistré au théâtre Wyspianski de Katowice (Pologne) le 22 mai 2006. La set list comprend les 4 premiers titres de leur récent album Year Zero, Bug Eye de Following Ghosts, Sleepers et, une année avant la parution de Empire Never Lasts, 5 titres essentiels qui feront partie de leur prochain compact en studio. Les images sont correctes et la musique excellente tandis que Nicholson et sa cohorte donnent vraiment l'impression de tout maîtriser avec l'aisance et l'assurance des meilleurs.

Sleepless In Phoenixville - RoSfest Live [2 CD]
(Oskar) 2009
Ce disque live a été enregistré au Festival Rites of Spring (RoSfest) en avril 2007 à Phoenixville. La set list comprend les 4 premiers morceaux de Year Zero, 4 titres de Empire Nevers Lasts, 2 de Sleepers, l’incontournable Bug Eye de Following Ghosts et Lady Messiah, une ancienne composition de 1987. La prestation est bonne et témoigne de l’originalité du groupe à cette époque. Toutefois, ce concert en 2 CD est redondant avec celui enregistré une année plus tôt en Pologne et déjà sorti en DVD par Metal Mind.

Battle Scars
(Avalon) 2012
Le côté « métal » à la Arena, déjà apparent dans le disque en studio précédent, a encore été renforcé, sans doute sous l’impulsion de Karl Groom (Threshold) qui est resté en poste à la production. Sinon, le mélange original des composantes de la musique de Galahad est toujours là comme on pourra en juger sur le titre éponyme dévastateur qui ouvre l’album. Tout est d’un très haut niveau, extrêmement varié et surtout original. Quant à la nouvelle version offerte en bonus de l'excellent Sleepers de 1995, la qualité de sa transformation radicale frappe comme un tsunami et permettra de juger du chemin accompli depuis par Nicholson et les siens.

Galahad : Solidarity - Live in Konin [2 CD / 1 DVD]
(Oskar Productions), 2015
Enregistré le 26 octobre 2013 au théâtre Oskard de Konin en Pologne, ce concert a une set-liste centrée sur les deux récents albums Battle Scars et Beyond The Realms Of Euphoria tout en offrant aussi de bonnes versions live de l'incontournable Empires Never Last et de Sleepers. De quoi fêter dignement leur 30ème anniversaire. Sinon, le film est un peu trop fonctionnel et les bonus sont maigres: une galerie de photos et un court documentaire de quelques minutes.


Les discographies présentées ici ne sont pas exhaustives mais plutôt indicatives des disques à écouter en priorité pour suivre l'évolution d'un groupe. En particulier :
  • Le choix s'est porté de préférence sur les disques en studio plutôt que sur ceux enregistrés en concert, sauf s'il s'agit d'albums live approuvés par le groupe, documentant une période particulière et gravés avec une qualité sonore suffisante.
  • Certains disques en studio ne sont pas repris s'ils sont d'une qualité artistique nettement insuffisante par rapport à la moyenne de la discographie du groupe. C'est par exemple parfois le cas pour certains albums réalisés en vitesse pour terminer une obligation contractuelle avec une compagnie de disques.
  • Les compilations ne sont généralement pas reprises sauf cas exceptionnel où des versions alternatives et/ou des titres inédits ont été inclus.
  • Au moins un DVD du groupe, pour autant qu'il en existe, est ajouté à la discographie : ce nouveau support de plus en plus répandu permet en effet de se faire une bonne idée des prestations en concert et offre souvent en bonus des interviews et documentaires intéressants sur les musiciens et leur musique.
  • Les disques d'un groupe qui n'entrent plus dans la catégorie « Rock Progressif », par exemple suite à un changement de personnel ou d'orientation musicale, ne sont pas inclus. Ce qui ne signifie pas qu'il s'agit de « mauvais » disques mais seulement qu'ils ne s'évaluent pas selon le même référentiel.
  • Les disques pirates et autres bootlegs ainsi que les disques non commerciaux distribués confidentiellement via l'Internet ou un « fan club » ne sont pas repris.
Par ailleurs, les notes attribuées gardent toujours leur part de subjectivité et ne sauraient relever d'un jugement universel (voir à ce sujet l'essai sur les disques essentiels publié sur une autre page de ce site).


[ RP 1968-1980 | RP 1981-1990 | RP 1991-2000 | RP post 2000 | Art Progressif ]



Index Rock Progressif

PDL Home Page - pierre.dulieu@skynet.be