Le Rock Progressif

Spécial : Les Grands Producteurs du Prog


Série VI- Volume 7 Volumes : [ 1 ] [ 2 ] [ 3 ] [ 4 ] [ 5 ] [ 6 ]



Ken Scott

Ken Scott : Ingénieur du Son et Producteur

La plupart des groupes produisent aujourd’hui eux-mêmes leurs albums et, sauf quelques rares et remarquables exceptions, le résultat n’est pas toujours à la hauteur des bonnes volontés. Car un producteur, c’est d’abord une oreille externe capable de pousser les musiciens à donner le meilleur d’eux-mêmes, d’amplifier un style ou de mieux le mettre en évidence, de sélectionner les meilleurs titres et de les agencer en un répertoire homogène ou attrayant, d’orienter les choix des studios et des techniques d’enregistrement quand ils ne composent pas eux-mêmes ou ne jouent pas carrément avec le groupe. Bref, le rôle d’un producteur, c’est d’abord de définir l'identité sonore d'un album et, si possible, d’inventer pour chacun d’entre eux, un contexte sonore original. En jazz, John Hammond, Alfred Lion, Bob Thiele, Creed Taylor, Manfred Eicher et Siegfried Loch comptent parmi les plus grands. Mais le prog a aussi a ses spécialistes.

Le producteur anglais Ken Scott est l’un d’entre eux.

D’abord simple pousseur de bouton chez EMI, Ken Scott est promu ingénieur « cutting » (ou mastering) et, en 1967, ingénieur du son dans les studios EMI (renommés Abbey Road en 1970). Il a alors la chance de travailler avec notamment les Beatles (Magical Mystery Tour, The White Album), Procol Harum (A Salty Dog), The Jeff Beck Group (Truth) et Pink Floyd au début de leur carrière.

En 1969, Ken Scott quitte EMI pour les Studios Trident où il devient producteur. Il co-produit avec Bowie six de ses albums (dont Hunky Dory, The Rise And Fall Of Ziggy Stardust, Aladdin Sane et Pin Ups) et travaille avec Kansas (Vinyl Confessions, producteur), Rick Wakeman (The Six Wives Of Henry VIII, mixage), Lou Reed (Transformer, mixage), Dixie Dregs (What If, producteur), Happy The Man (producteur) et les membres des Beatles pour leurs projets personnels (dont All Things Must Pass de George Harrison en tant qu'ingénieur). C'est aussi Ken Scott qui a contribué à redéfinir le son du jazz-rock des 70's en collaborant à des albums essentiels du genre comme Birds Of Fire et Visions Of The Emerald Beyond du Mahavishnu Orchestra; Spectrum, Crosswinds et Total Eclipse de Billy Cobham; le premier disque de Stanley Clarke et les deux suivants, Journey To Love et School Days; ainsi que There And Back de Jeff Beck.

Mais ses plus belles réalisations restent la production pour Supertramp de Crisis? What Crisis? et surtout Crime Of The Century, un album qui prit 6 mois pour son enregistrement et dont le son fut peaufiné avec une précision chirurgicale. C'est cet album qui établit la légende de Supertramp et aujourd'hui encore, nombre de vendeurs Hi-Fi ont ce disque en magasin pour mettre en évidence la qualité de leur matériel.

A Lire : Ken Scott, Abbey Road to Ziggy Stardust, Alfred Publishing, 2012, 448 pages (anglais)

Quelques titres sur lesquels Ken Scott a travaillé :





Eddy Offord

Eddy Offord : Ingénieur du Son et Producteur

S'il existe un producteur qu'on peut relier à la musique prog, c'est bien le britannique Eddy Offord, réputé avant tout pour avoir produit les meilleurs albums de Yes.

Eddy Offord a longtemps travaillé, d'abord comme technicien et ensuite comme ingénieur du son et producteur, aux Studios Advision de Londres qui, dans les 70's, s'était spécialisé dans l'enregistrement de groupes prog comme Yes, ELP, Brian Auger, Curved Air, Gentle Giant, Steve Hillage et Jeff Wayne. Pour Yes, il définira un son d'une grande clarté qui trouvera son apogée dans Fragile et dans Close To The Edge. Les membres de Yes le considéraient comme le sixième musicien du groupe tant ses interventions en studio furent essentielles pour définir le son général des albums. Chris Squire, dont la Rickenbacker fut toujours bien mise en relief par Offord, dira d'ailleurs de lui "La maturité d'Eddie Offord, en tant que producteur et ingénieur, a pu conférer à Fragile la profondeur sonore et la sophistication que cette œuvre méritait". Une fois Offord parti pour d'obscures raisons après Relayer, les fans entendront une sacrée différence sur les deux disques suivants : Going For The One et surtout Tormato dont le son étouffé et mal défini a rebuté tout le monde y compris les musiciens eux-mêmes.

Pour ELP, Offord fut l'ingénieur des quatre premiers albums avec Greg Lake à la production. Sa contribution fut tellement appréciée que le trio lui rendit hommage sur l'album Tarkus de 1971 en intitulant un morceau "Are You Ready, Eddy?" (qui est la phrase que prononçait généralement Greg Lake avant de débuter un enregistrement, ce à quoi Offord répondait invariablement "ouais, ça roule"). Comme témoignage de la bonne humeur ambiante, on entend à la fin de cette plage la dame qui préparait les sandwiches pour Advision répondre au groupe "We've only got ham or cheese (il n'y a que de la viande ou du fromage)".

Après s'être relogé aux USA à la fin des 70's, Eddy Offord a encore collaboré, entre autres, à The Sentinel pour Pallas (1984) ainsi qu'à Union (1991) pour Yes avant de prendre sa retraite au milieu des année 90.

On pourra se faire une bonne idée du son "Offord", lumineux et détaillé, en écoutant les morceaux suivants issus des LP originaux ou des premières éditions en compact :




Vous avez aimé cette page ? Faites le savoir sur mon livre d'or.

[ Rock Progressif : 1968 - 1980 | 1981 - 1990 | 1991 - 2000 | 2001 - 2003 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 |
| 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018 ]

[ Disques Rares, Rééditions, Autres Sélections : Séries I | II | III | IV | V ]

[ L'Art Progressif : les plus belles pochettes ]

Chronologie du Rock Progressif depuis 1965Répertoire des CD chroniqués



Index Rock Progressif

© DragonJazz - cdjazz@dragonjazz.com